The Governors Ball
Critique Publié le

Governor’s Ball 2015| Bjork, The Black Keys, Lana del Rey, Drake, Noel Gallagher et plus

Les amateurs de hip-hop, de rock ou encore du pop avaient de quoi se réjouir lors du Governors Ball à New York, qui a mis le paquet avec d’excellentes têtes d’affiche. L’événement se tenait le week-end dernier, du 5 au 7 juin, sur Randall’s Island, située au niveau d’Harlem sur l’East River.

Lancé en 2011, ce festival éclectique vise chaque année à réunir des artistes aux genres aussi variés que possible.  Cette année, il célèbre sa cinquième édition et rien de moins que quatre scènes superbement aménagées pour rendre le tout très agréable pour les festivaliers.

Pour 2015, les organisateurs ont sorti l’artillerie lourde, avec Drake, Florence + The Machine, St. Vincent et My Morning Jacket le vendredi, ainsi que Deadmau5, Bjork, Ryan Adams et Flume le samedi, et The Black Keys, Lana Del Rey, Noel Gallagher et Tame Impala le dimanche.

gov-ball-2015-01


Jour 1

Malgré une pluie fine qui tombait sur la grosse pomme aux alentours de 15h, nous nous sommes dirigés vers une scène secondaire pour voir à l’oeuvre Charli XCX.  Toujours aussi pétillante, la chanteuse pop anglaise y est allée de ses hits avec Sucker, Boom Clap et London Queen.  Elle sera de retour à Montréal au festival Osheaga le dimanche 2 août prochain.

gov-ball-2015-charli-xcx-03

Toujours du côté anglais, le quatuor Rudimental peut se vanter d’explorer tous les styles musicaux (house, dubstep, R&B…) en présentant plusieurs nouvelles pièces dont Never Let You Go.  Mélodies très groovy, quelques exhibitionnistes ne se gênaient pas pour se dandiner tant bien que mal…

Lorsqu’est venu le temps de casser la croûte, on était à même de constater à quel point il est possible se saouler à la Bud Light pour la modique somme de 3-4$ et se nourrir de junk food sans se ruiner, en dépit d’un taux de change défavorable (* tousse tousse * Osheaga…)

À 20h, le moment des choix déchirants : qui écouter entre St. Vincent, The Decemberists et Florence + The Machine (qui n’était programmée que pour une prestation d’une heure) ?  Il fallait faire un choix : nous avons penché pour St. Vincent et The Decemberists, car la scène principale sur laquelle performait Florence + The Machine était trop éloignée des 3 autres.

De toute façon, ces trois artistes seront à Osheaga et il semblerait qu’il y ait aucun conflit d’horaire à l’horizon pour trois-là, à Montréal.

gov-ball-the-decemberists-0

Malgré une foule estimée à 50 000 personnes pour voir Drake, nous avons préféré le rock psychédélique de The Morning Jacket devant quelques milliers de fans.  Une énergie forte et brute émane de leurs morceaux sans qu’ils perdent le rythme enjôleur.  Ils sont vraiment conçus sur mesure pour les festivals.

Leur dernier concert à Montréal remonte en 2011 et malheureusement rien n’est annoncé pour l’instant.


Jour 2

Les amateurs de musique électronique étaient servis alors que Bjork entreprenait son huitième concert à New York (seul arrêt en Amérique du Nord) avant de poursuivre sa tournée en Europe.

Au fil de sa carrière, Bjork a échappé à toute étiquette et expérimenté de nombreux styles musicaux dont l’électro-pop en dominance samedi soir.

Que dire de son costume? Elle portait un ensemble noir, mauve et vert qui avait la forme d’une araignée – ou d’un autre insecte inconnu à nos yeux – et d’un masque digne d’une soirée au bal masqué. Toujours originale et excentrique quel que soit le lieu où elle performe.

Derrière elle et ses musiciens vêtus en blanc, un énorme écran géant prenait quasi toute la longueur de la scène.  Que pouvait-on y voir? La nature sous tous ses états: des papillons mangeant des oeufs, une orgie d’insectes et j’en passe….

gov-ball-2015-bjork-02

Ceux qui voulaient à tout prix apprécier ses hits des années 90 ont sans doute été déçus.  En effet, la plupart des morceaux étaient tirés de son album Vulnicura et la foule à grande majorité dans la vingtaine quittait pour se diriger vers la scène où Flume était en action.  Dommage!

Néanmoins, elle a remercié chaleureusement le public d’innombrables « Thank you! » (au moins une dizaine de fois) et elle a réservé des feux d’artifice durant sa pièce Hyperballad.  Croisons les doigts pour un retour hâtif de Bjork dans la Belle Province.

Ensuite, on s’est dirigé vers ce jeune phénomène australien de 23 ans connu sous le nom de Flume.  Sa grande force?  Des paroles intelligibles qui se distordent pour se fondre dans l’instrumentation à la Jamie XX.  Le beat lourd et persistant contraste bien la mélodie et est parfaitement adapté dans le cadre de festivals.  Flume offrira 2 prestations le même soir (ce jeudi 10 juin) au Métropolis.  À voir!

Finalement, on a terminé la soirée en se déhanchant sur l’électro house de Deadmau5.  Le son était tellement fort qu’on pouvait même l’entendre proche de la scène où Ryan Adams interprétait Oh My Sweet Carolina.  De mauvais poil, l’interprète américain a dit à ses fans: “This song is not going to match the robot music over there… It’s like we’re living in a fucking Terminator nightmare!”

Que serait un festival majeur sans une petite dose de controverse…..


Jour 3

Pour les fans de musique indie, cette dernière journée était un extase pour les oreilles.  Après un passage remarqué à Montréal (voir la critique) et à Boston (voir la critique),  revoici Tame Impala dans la grosse pomme pour offrir une performance d’une heure plus qu’honnête devant une foule plus ou moins imposante. Pourquoi? Les festivaliers étaient rués devant la scène secondaire pour voir A-Trak.

gov-ball-2015-tame--impala

Une autre dilemme s’enchaîne… The War On Drugs ou Weird Al Jankovic?  Ce dernier sera à la Place des Festivals cet été dans le cadre d’un concert gratuit donc le premier choix s’imposait.  Le groupe de rock américain a pris du gallon et sa dernière prestation à Montréal remonte en 2011 dans la minuscule Casa Del Popolo.  La quasi-totalité des hits provenaient du dernier album Lost In The Dreams.  Une excellente entrée en matière pour la suite qui s’annonce fort prometteuse…. Noel Gallagher’s High Flying Birds.

Bizarre de le voir si tôt dans la programmation alors qu’il aurait pu être la tête d’affiche dans n’importe quel autre festival en Europe.  Oasis fait partie de cette lignée de nombreux groupes ayant connu un succès monstre en Europe, mais connaissent quelques difficultés en Amérique du Nord, après Kasabian, The Chemical Brothers et The Libertines…

Malgré tout, Noel a offert ses succès de son dernier album ainsi que de nombreuses reprises Don’t Look Back In Anger, The Masterplan, Champagne Supernova.

Il nous a fallu quitter avant The Black Keys et Hot Chip pour reprendre l’autobus de nuit.  Au moins, on pourra se reprendre à Osheaga cet été…

 

Photos par Lizett Vargas

Grille de chansons de Bjork

01. Stonemilker
02. Lionsong
03. Family
04. Notget
05. Hunter
06. Bachelorette
07. Sun In My Mouth
08. Army Of Me
09. 5 Years
10. Quicksand
11. Wanderlust
12. Mouthmantra
13. Mutual Core
14. Hyperballad

Événements à venir

Vos commentaires