Kaaris

Kaaris brille à l’Olympia de Montréal malgré l’absence de Kalash Criminel

L’Olympia a accueilli le rappeur français Kaaris jeudi dernier, précédé de plusieurs premières parties qui ont bien chauffé la salle en dépit de l’absence de Kalash Criminel, qui a été retenu par les douanes canadiennes.

Le rappeur était de retour à Montréal après être venu en octobre 2015 avec le rappeur français Gradur au Théâtre Berri. Cette fois, un événement d’envergure se présentait avec une salle deux fois plus grande.

Lost, Izzy-S et Maniks ont entrepris de cultiver l’ambiance et l’ardeur de l’auditoire, entamant leurs hits respectifs, accompagnés de leur bande. Des pas de danse exaltés pour certains, des balaklavas sur le visage et des drapeaux tendus à bout de bras pour quelques autres, la foule était plus que préparée pour ce concert, mais semblait aussi peu à l’affût des premières parties.

Le son peu puissant de la salle, manquant fortement de basse, a nui à une immersion musicale complète, mais s’est amélioré vers la fin du spectacle. Un espace immense, et trop peu de personnes pour le combler, restait vide dans endroit qui peut accueillir près de 2500 personnes.

Enima, tête d’affiche montréalaise qui a remplacé Kalash Criminel, était quant à lui bien connu par le public, chantant à tue-tête les morceaux du rapper : Blow, Come Through et bien d’autres. Le producteur montréalais Lloyd $, membre du collectif La Famille, assurait le contrôle des platines pour cette performance annoncée à la dernière minute.

Chose remarquable durant ce concert, les spectateurs regardent plus la performance à travers l’écran de leur cellulaire qu’avec leurs yeux. C’est déjà un fait connu, en effet, mais les proportions que ç’a pris étaient incroyables. Il semble qu’enregistrer un concert en entier sur Snapchat soit devenu à la mode, tant mieux pour ceux qui n’ont pas pu avoir de billets disons.

Kaaris est arrivé après près de 2 heures de performance de la part des autres artistes. Une impatience avait marqué la foule qui ne cessait de scander «On veut Kaaris!» à chaque occasion qui se présentait. Arborant le t-shirt de sa marque Jeune Riche, la stature imposante du rappeur en a étonné plus d’un.

Il a toutefois pris le temps de remercier ses fans à sa manière, prenant momentanément le cellulaire de ceux qui le brandissaient pour enregistrer le concert. Rapper et se filmer en même temps, puis tendre le cellulaire en espérant que le propriétaire récupérerait son appareil semblait être le modus operandi de l’artiste pour bien faire réagir la foule.

Une performance en bonne et due forme a suivi, pas de rappel ou d’extravagances. Se-vrak, Chargé, Or Noir, Zoo, une chose était sûre, l’auditoire était loin d’être ignorant quant à ses succès. Kaaris a conclu le spectacle en interprétant Arrêt du cœur, le hit interprété en duo avec son confrère Kalash Criminel, absent au grand désarroi de plusieurs.

 

Vos commentaires