Shash'U
Critique Publié le

Entrevue | Shash’U : l’avènement du power funk

Épaulé par le légendaire P-Thugg de Chromeo, le producteur électro montréalais Shash’U propose Thru Da Night, un nouvel EP qui paraît sous la prestigieuse étiquette newyorkaise Fool’s Gold Records et qui établit les bases d’un nouveau style : le power funk.

En mêlant avec ardeur la guitare funk, les mélodies synthwave rétro-futuristes et les rythmes impétueux, Shash’U désire d’emblée s’affirmer comme un compositeur inventif qui, au lieu de surfer sur les vagues house ou trap du moment, préfère innover et, par conséquent, se mettre en danger. «Mon EP, c’est le son de quelque chose que j’ai toujours voulu entendre et que j’ai décidé de créer», explique-t-il, par rapport au power funk – ou PWRNK pour les intimes.

«C’est un mélange de Karate Kid et Contra avec une cerise sur le top, un peu comme Lance et Compte mais back in the days. C’est de la funk cinématographique et nostalgique, qui joue avec l’essence des sons 80’s, du hip-hop de mon enfance et de l’électro. C’est l’année 2130, mais imaginée en 1980.»

Breakdanceur à la base, l’artiste montréalais a évidemment privilégié le groove dans ses compositions. «C’est grâce à la danse que j’ai compris que ma musique devait suivre et comprendre le mouvement du corps», indique-t-il. «Maintenant, je cherche à imposer mon style et à faire du PWRFNK un son qui va faire danser les gens autant que les autres genres issus de l’électro.»

Beaucoup d’ambitions, donc.

DJ et producteur reconnu sur la scène électro montréalaise depuis plusieurs années, Shash’U croit maintenant qu’il est temps pour lui de passer à une autre étape. «C’est un gros step dans ma carrière musicale. C’est le moment où je vois finalement ‘’global’’. Je tiens à ce qu’on se souvienne de moi comme l’ambassadeur d’un style», ajoute-t-il, confiant.

 

Un bon coup de main

Pour l’aider dans son cheminement, P-Thugg, moitié du duo electrofunk montréalais Chromeo, a pris les choses en main et a parlé en bien au légendaire DJ montréalais A-Trak, qui tient les rênes du label newyorkais Fool’s Gold Records, avec lequel sont également liés Danny Brown, High Klassified et RL Grime. «La suite des choses s’est faite sur une période de 15 mois. Mon team de Silence D’or a fait le suivi, et nous nous en sommes venus à une entente de licence», se souvient-il.

Shash’U récolte dès à présent les fruits de son labeur : «Ça ouvre des portes et ça donne beaucoup de confiance. En très peu de temps, ça m’a donné une tonne de nouvelles opportunités. Je leur en serai toujours reconnaissant.»

À peine remis de l’enthousiasme général entourant ce premier EP au rayonnement international, le compositeur voit déjà plus loin et s’apprête à faire paraître PWRFNK, un autre EP, à la fin du mois de mars prochain. «C’est plus lourd et plus sexy», prévient-il, mentionnant qu’il contiendra une collaboration avec son groupe rap FRSHMKRS.

«En fait, c’est une continuité. Les deux sont liés et complémentaires. Le premier, c’était les articles ; le deuxième, c’est les noms et les verbes.»

* Lancement ce samedi 31 janvier au Belmont.

Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires

Sors-tu.ca vous recommande...