Samian

Critique concert: Samian, Diane Tell et Monogrenade aux FrancoFolies 2012

Vendredi 8 juin – Scène Ford – Samian

Cette seconde soirée des FrancoFolies s’est déroulée sans une goutte se pluie, pour le plus grand bonheur des festivaliers qui avaient écopé la veille lors du grand concert d’ouverture avec Pierre Lapointe.

C’est sur cette même scène où se sont produit Les Revenants, Dionysos, Daran et Pierre Lapointe la veille que l’un des Algonquins préférés des Québécois, le rappeur Samian, s’est avancé devant une foule animée et bien fournie.

C’est avec la fougue et la passion qui lui sont propres que Samian a déboulé ses rimes au coup de 20h. Mélangeant habilement le slam, le rap et même parfois le reggae, le Québécois qui met en valeur ses origines amérindiennes, tant dans ses mots que ses textes, était visiblement apprécié par tous les âges que constituait la foule. Son message positif (il en a d’ailleurs passé un à Jean Charest concernant le Plan Nord), rassembleur, doublé d’une présence vibrante sur scène, ont fait de son passage aux FrancoFolies de Montréal une réussite.

Samian & Loco Locass

Ajoutez à cela la présence d’Anodajay et de Loco Locass sur scène avec Samian, en plus de deux hommes magnifiquement habillés en tenue traditionnelle de chef amérindien et vous obtiendrez une foule qui clame un rappel, ce qu’elle finira par obtenir, alors que Diane Tell commençait à jouer ses premières notes…

Diane Tell et Monogrenade

Celle qui était l’une des vedettes de la chanson pop francophone dans les années 80 avec, entres autres, son succès Si j’étais un homme, Madame Diane Tell, animait pour une première fois dans cette édition des FrancoFolies de Montréal le grand concert de la soirée sur la Place des Festivals.

Malheureusement pour la chanteuse, une foule assez discrète s’était déplacée pour l’occasion. Il faut dire que la fête n’a pas vraiment levé non plus, avec un répertoire, excusez l’expression, un peu « matante ». Diane Tell n’avait pas non plus une grande voix sur scène vendredi soir. Seules les présences d’Anodajay, avec sa pièce Jamais su dont le refrain est tiré Souvent, longtemps, énormément, et la présence de Marie-Pierre Arthur, qui a interprété avec une prestance plus intéressante que Diane Tell elle-même, la fameuse Légende de Jimmy, ont donné un petit coup de jeunesse et de vie à cette soirée.

Monogrenade au Pub Molson M

De son côté, le groupe Monogrenade a dû être agréablement surpris d’attirer autant la foule au coup de 19h sous le Pub urbain Molson M. En effet, en plus d’avoir rempli la tente, une foule assez importante s’était massée aux abords du pub afin de tenter d’y voir quelque chose! Avis aux organisateurs des Francos: il faudra prévoir plus grand l’année prochaine!

Événements à venir

Vos commentaires