Our Lady Peace

Critique album: Our Lady Peace – Curve

Our Lady Peace - Curve Our Lady Peace Curve

Figure marquante du rock canadien dans les années 90, le groupe torontois Our Lady Peace réitère sa place auprès des groupes influents avec un 8e album studio en carrière, Curve.

On y retrouve des pièces plus brutes, plus près des bases du rock. Les instruments sont présents, on peut distinguer chaque note de guitare, chaque appui de la baguette de Jeremy sur sa cymbale. L’époque des bruits de robots-extraterrestres sur Spiritual Machine est manifestement révolue.

Les musiciens semblent plus matures, plus accomplis. Même dans les textes, l’approche est définitivement plus personnelle que politique. Les préoccupations sociales de Raine Maida ont été amplement exploitées dans son projet solo, The Hunters Lullaby, en 2007, en plus des nombreuses causes auxquelles le groupe est associé. Par exemple, la pièce Fight The Good Fight, parue l’automne dernier, ne figure pas sur Curve, mais se retrouvera sur le disque Occupy This Album, sur lequel on peut également entendre des titres de Yoko Ono, Mogwai, Third Eye Blind et autres.

 

Un mélange de rock brute, de simplicité et une touche de mélodies accrocheuses

Plusieurs critiquaient, dans les débuts d’Our Lady Peace, l’instabilité de la voix de Maida. Ce temps est assurément révolu. Et la simplicité de certaines pièces de l’album le démontre, comme dans la ballade Someday Will Change, l’une des plus belles chansons sur Curve.

Bien sûr, Our Lady Peace n’est plus une machine à succès et ne fournit pas de pièces aussi marquantes que celles produites dans les belles années de Clumsy (Superman’s Dead, 4 am) ou d’Happiness Is A Fish You Can Catch (Is Anybody Home?, Thief). Mais le quatuor n’a pas pour autant perdu la touche pour écrire des mélodies accrocheuses, comme le prouve le premier extrait, Heavyweight, ou encore la pièce Fire In The Henhouse.

Curve ne sera pas donc l’album le plus marquant de votre discographie d’Our Lady Peace, mais il le complète à merveille, puisque le groupe a su évoluer dans quelque chose qui le ressemble aujourd’hui plutôt que de tenter de rester collé à leur vieille recette à succès.

 

*** Our Lady Peace donne un concert à guichet fermé lundi le 2 avril 2012 au Théâtre Corona à Montréal. Lisez la critique du concert.

 

Recommandations à la pièce :

–       Fire In The Henhouse

–       Heavyweight

–       As Fast As You Can

–       Will Someday Chance

Vos commentaires