crédit photo: LePetitRusse
Klô Pelgag

La marée du Grand Héron de Klô Pelgag et ses invitées : Déguster le fruit des labeurs

Seulement quelques jours après son fabuleux spectacle spectral, Klô Pelgag a pu se produire sur scène vendredi devant un public de 56 chanceuses personnes à la Cinquième salle de la Place des Arts afin de présenter La marée du Grand Héron. Au menu : des invitées de marque, des mamans, quelques grimaces et une pincée de pelgagueries!

Préambule: se tromper de salle après 14 mois sans spectacles

Arrivé sur place, je ne me rappelais plus exactement laquelle des salles de la Place des Arts est la Cinquième salle et j’ai vu une file quelque part, donc je me suis mis dans cette file. Le gars a la porte a eu un problème avec mon billet mais il me faisait confiance: « ok entre! ». J’ai poireauté pendant 45 minutes avant que les lumières se ferment et qu’on me dise « Bienvenue au Théâtre Duceppe, pour la pièce King Dave ».

Dieu merci le spectacle de Klô n’était pas commencé…

En plus, l’attachée de presse (qui nous a fourni l’accès média pour le spectacle) m’avait écrit « tu es là? ».  Moi: « …oui? je suis siège X ». Elle me répond: « je ne suis pas loin, siège Y! » Je me penche, pour voir une madame qui me sourit poliment, sans vraiment vouloir interagir avec moi. Je me disais que je la trouvais un peu wack, l’attachée. Sans oublier que je trouvais que le public de Klô avait vieilli et qu’on était clairement plus de 56 dans la salle…

En préparation du Festival en chanson de Petite-Vallée

Pour en revenir à King Dave La marée du Grand Héron, ce spectacle est le fruit d’une résidence d’artiste ayant eu lieu du 3 au 6 mai à la Place des Arts, en vue de le reproduire au 38e Festival en chanson de Petite-Vallée, qui aura lieu du 1er au 10 juillet cette année.

Pourquoi « La marée du Grand Héron »? Il serait tentant de croire en une nouvelle poésie de Klô Pelgag, une professionnelle des titres alambiqués. Après tout, comprendre les métaphores et concepts de Klô Pelgag est un exercice souvent ardu et peu fructueux. Or, Klô Pelgag ne semble pas avoir eu grand choix en termes de titre : le 38e Festival en chanson de Petite-Vallée a astucieusement décidé de se donner le thème « Les grandes marées ». Ce thème est inspiré d’un conte d’Alain Côté, qui y décline la présence d’animaux (le Héron, le Coyote et le Loup) durant différentes marées. Le Festival transpose donc trois spectacles, trois « marées », trois animaux, trois artistes. Le Festival bénéficiera donc d’un spectacle de Klô Pelgag (Héron), puis Tire le Coyote (Coyote) et finalement Jean Leloup Louis-Jean Cormier (Loup).

Un spectacle harmonieux (mais surtout en présentiel!)

Pour son cinquième spectacle en présentiel depuis le début de 2021, Klô Pelgag s’est accompagnée d’invitées qui ont laissé ou qui vont laisser leur empreinte dans le paysage pop québécois. L

a vétérane pop Marie-Pierre Arthur a ainsi ouvert le bal avec une douce et majestueuse interprétation de Puits de lumière.

 

* Marie-Pierre Arthur. Photo par LePetitRusse.

 

Ceux et celles qui ont eu la chance de visionner le Spectacle spectral – qui sera de retour la semaine prochaine – auront reconnu « Les Grands-Mères à Broil », soit les artistes émergentes Lysandre, Laurence-Anne et N Nao. La douce et calme Safia Nolin est venue compléter la programmation.

La marée du Grand Héron suit une formule assez simple. Chaque artiste a présenté deux ou trois chansons de son répertoire, alors que les autres invitées en profitent non seulement pour effectuer un chœur, mais aussi pour parfois jouer d’un instrument et/ou se dandiner. Le spectacle ne nous a pas semblé fragmenté ou irrégulier. Le tout a été plus grand que la somme des parties : l’uniformité des styles musicaux présentés et la passion contagieuse des artistes ont suffit à créer une fluidité à la présentation, sans créer pour autant un effet de redondance. La sobriété chic de Marie-Pierre Arthur venait compléter l’aspect théâtral de Lysandre, alors que la pop exotique de Laurence-Anne s’est vue rééquilibrée par la pop plus éclatée de Klô Pelgag.

* Laurence-Anne. Photo par LePetitRusse.

La présence de Safia Nolin aura été brève mais remarquée. Fidèle à son habitude, l’artiste a offert une prestation intimiste et minimaliste, optimisant l’attention de son auditoire à sa voix et ses accords. Bien que l’apparition de Safia Nolin ait été réjouissante, elle a clairement dénoté du reste du spectacle, qui se voulait plus pop, voire pop rock, et où toutes les invitées restaient sur scène.

Photo par Marika Laforest.

Autrement, la mise en scène, orchestrée par Philippe Brach était simple et efficace. Les artistes semblent généralement avoir pu occuper l’espace qu’elles voulaient, malgré les contraintes sanitaires. Seule Klô Pelgag semblait parfois limitée dans ses mouvements-suprises qu’on lui connaît, ce qui la réduisait souvent à effectuer des balancements dignes de prières sataniques. Cette situation lui a toutefois permis de vraiment mettre de l’avant ses invitées, qui sont dans certains cas très peu connues du public. C’est lors de sa prestation à elle que l’enfant terrible de la musique québécoise a lâché un peu plus son fou, en sautillant et en se roulant à terre.

 

Hommage aux mamans

Chaque artiste est introduite par un intermède sonore où Klô Pelgag discute avec la mère de l’invitée qui s’apprête à jouer. On y trouve des petites perles remplies d’authenticité, d’humour et de vulnérabilité. De quoi donner une teinte humaine et très originale à ce spectacle déjà très personnel.

Que le grand oiseau lui ait été imposé ou non, Klô Pelgag a très bien su jongler avec le symbolisme du Héron. Celui-ci est souvent associé à la cigogne, qui symbolise pour plusieurs la maternité, alors qu’on le considère dans certaines mythologies comme apportant les bébés aux humains. Ce symbolisme donne un écho particulier aux intermèdes sonores, mais aussi à la célébration de la Fête des mères ce dimanche, la deuxième pour Klô Pelgag en tant que maman.

Mais bon, peut-être me voyez-vous me perdre à nouveau dans l’univers de Klô Pelgag.

La marée du Grand Héron sera présentée le 4 juillet 2021 au Festival en chanson de Petite-Vallée. Des spectacles de Klô Pelgag, Marie-Pierre Arthur, Safia Nolin, Laurence-Anne et N Nao seront également présentés séparément. Toutes les informations sont sur le site du Festival.

Le spectacle spectral de Klô Pelgag sera de retour le 14 mai 2021. Des billets sont encore disponibles. Le deuxième album de Laurence-Anne, Musivision, est sorti en fin avril.


Grille de chansons

  1. Puits de lumière (Marie-Pierre Arthur)
  2. Lac Léman (N Nao)
  3. Tout va bien (N Nao)
  4. Pajaros (Laurence-Anne)
  5. Soleil de cauchemar (Laurence-Anne)
  6. Tintagel (Lysandre)
  7. La Roseraie (Lysandre)
  8. Des feux pour voir (Marie-Pierre Arthur)
  9. Technicolor (Safia Nolin)
  10. Dagues (Safia Nolin)
  11. À l’ombre des cyprès (Klô Pelgag)
  12. Où vas-tu quand tu dors (Klô Pelgag)
  13. Rémora (Klô Pelgag)

Rappel

  1. Les animaux (Klô Pelgag)

Événements à venir

Vos commentaires