Patrick Watson

CityFolk d’Ottawa 2015 – Jour 3 | Patrick Watson, Van Morrison et plus

Bel endroit que ce parc Lansdowne, au cœur du Glebe, un quartier « hip » d’Ottawa. La difficulté de stationnement et d’entrer sur le site ne décourage pas encore les festivaliers. Il faut le dire, il fait beau et les têtes d’affiche sont assez importantes : on verra sur scène notamment Patrick Watson et Van Morrison.


Patrick Watson 

Vers 18 h, l’artiste se dirige tout de suite vers son piano. Tant pis pour ceux qui ne sont pas du bon côté de la scène, ils ne le verront presque pas pendant la durée du spectacle, car l’artiste restera le plus souvent courbé sur son piano, les yeux fermés, emporté par la musique.

Comme sur la couverture de leur nouvel album, le groupe était entouré de têtes de robots insérées dans un petit foulard de plumes rouges.

Dès les premiers accords de la chanson Love Songs For Robots, le silence s’installe dans la foule. Le groupe juxtapose le nouveau et l’ancien : à une chanson de son nouvel album, Bollywood, qui épatera la foule, succède 12 Steps et Into Giants, tirées de son quatrième album. Il fait donc alterner des crescendo à couper le souffle et la voix douce mais puissante de Patrick Watson.

L’artiste quitte la scène un peu trop tôt, mais revient pour interpréter une autre chanson en disant qu’il lui restait en fait dix minutes. Il parle tellement vite qu’il est plus facile de le comprendre lorsqu’il chante.

Ce n’était peut-être pas l’idéal pour cet artiste, de passer devant une foule qui attendait surtout Van Morrison, mais le spectacle qu’il a livré a été remarquable et remarqué.

PatrickWatson-Cityfolk-festival-Ottawa-sorstu-2015-1

 

Jenn Grant

Il faudra refaire la queue pour aller s’entasser devant la scène Ravenlaw. Le spectacle se donnera ici à l’intérieur, dans une salle ornée de lumières.

On attend les prochains artistes, l’atmosphère s’alourdit, parce qu’il fait de plus en plus chaud.

Jenn Grant va chanter quelques chansons de son nouvel album. Elle dégage un petit air rustique, du Sud pourrait-on dire, qui reste charmant.

JennGrant-Cityfolk-festival-Ottawa-sorstu-2015-2

 

Elle King 

La foule change de visage : elle est plus jeune, car les têtes grises quittent la salle pour aller s’installer devant la scène Télus où Van Morisson s’exécutera quinze minutes plus tard. Elle King arrive sur scène, et après quelques mots, commence son spectacle avec Can’t Be Love.

Bien que le micro manque de puissance, la forte voix d’Elle King s’impose. Elle raconte des anecdotes sur l’origine de ses chansons. Ainsi elle interprète Good To Be A Man, en expliquant d’abord que c’est probablement depuis cette chanson qu’elle n’a pas été larguée… Je vous laisse l’écouter.

ElleKing-Cityfolk-festival-Ottawa-sorstu-2015-3

 

Van Morisson 

Van Morrisson nous ramène à une autre époque, un autre folk, qui se montre en fait intemporel.

C’est depuis 16 h déjà que les gens l’attendent devant la scène Telus. Heureusement qu’il fait beau.

Pour les festivaliers qui arrivent à 20 h 30 sur le site, il est impossible de se glisser dans la foule, ou même d’aller s’asseoir sur l’herbe derrière. Ils doivent reculer et regarder le spectacle depuis la colline. Il n’empêche qu’ils peuvent profiter du spectacle parce que le son porte loin.

Van Morrison arrive sur scène, lunettes noires et chapeau, et commence avec sa chanson Close Enough For Jazz rythmée par le saxophone. Bien que la voix de la vocaliste soit superbe, elle ne semblait pas assez puissante pour ceux qui étaient plus loin.

Parmi ses premières chansons, il interprétera Days like this, accompagné de ses musiciens.

Il joue de l’harmonica avant d’entamer la chanson Babe, Please Don’t Go.

Van Morrison interprétera ensuite God Shines His Light, sans parler à la foule, ce qui ne sort pas de l’ordinaire. Il jouera 1 heure et demie sans arrêt en restant devant son micro. Il vient quand même de célébrer ses soixante-dix ans…

Ses musiciens ont intercalé entre les chansons quelques solos impressionnants de jazz.

Ils ont interprété des classiques tels que Brown Eyed Girl qui a soulevé l’enthousiasme de la foule, jusque-là assez tranquille.

VanMorrison-Cityfolk-festival-Ottawa-sorstu-2015-2

Il reste encore deux journées à ce festival, avec beaucoup d’autres têtes d’affiche, comme Of Monsters and Men, Wilco et Passenger. Suivez nos prochaines couvertures au cours des prochains jours.

 

Vos commentaires