Half Moon Run

Série OSM POP: Half Moon Run à la Maison Symphonique | La richesse du nombre

Ça faisait un petit moment qu’on attendait la venue de Half Moon Run à la Maison Symphonique de Montréal pour lancer la série OSM POP 2017-2018. La soirée a finalement eu lieu mardi soir, et on n’est pas encore remis de nos émotions.

On s’était plu en février dernier d’imaginer comment sonneraient les pièces connues de la formation montréalaise dans un contexte symphonique. Après le tonnerre d’applaudissements en fin de soirée, on ne pouvait que s’époustoufler du fait que ce qu’on venait de vivre était loin au-delà de ce qu’on avait pu imaginer.

La prémisse du spectacle voulait que le quatuor formé de Devon Portielje à la voix et à la guitare, Conner Molander à la guitare et aux harmonies, Dylan Phillips à la batterie et Isaac Symonds à la basse et aux percussions, mettent de côté leurs instruments pour ne prêter que leurs voix à l’OSM. C’est du moins la prémisse de l’OSM POP. Il faut dire que normalement, la série de concerts fait affaires avec des chanteurs, pas des groupes. Cette fois-ci, l’OSM a permis à Half Moon Run de joindre l’orchestre avec leurs instruments respectifs.

La richesse des arrangements

Quand on pense Half Moon Run, on pense aux arrangements complexes et songés des morceaux, et aux harmonies qui font rayonner les paroles. C’est exactement ce à quoi on a eu droit mardi soir, mais à la puissance 40 000! Après l’entrée du premier violon qui rejoignait l’orchestre déjà installé sur scène, les membres du groupe sont entrés, suivant le chef d’orchestre. Ils ont ensemble lancé la soirée sur Sun Leads Me On, pièce titre du second album, plus grandiose que jamais.

On connait le morceau pour sa douceur, sa délicatesse et la richesse des harmonies prenantes. Il faut maintenant l’imaginer accompagné d’un orchestre qui met en lumière toutes les singularités de la mélodie et qui la complexifie de manière éblouissante. Les frissons des centaines de spectateurs ahuris étaient palpables du balcon! Et c’était comme ça pour chacun des morceaux.

half moon run- Maison symphonique-2017-6

On a entendu tant des morceaux empruntés au second album qu’au premier, Dark Eyes. Dès qu’on pouvait reconnaître la mélodie — ce qui n’était pas toujours le cas, à notre grand émerveillement — on entendait les halètements d’anticipation qui jaillissaient à travers la salle.

Le pianiste Blair Thomson s’est chargé de créer les arrangements pour la soirée, et même les membres de la formation, qui ont pourtant composé les morceaux, semblaient entendre les chansons comme si c’était la première fois. Blair Thomson y a incorporé bien sûr les cordes et les cuivres, mais aussi de l’orgue et du vibraphone, tout en laissant de la place pour le groupe et leurs instruments.

La richesse des moments

À travers l’éventail d’émotions que nous ont fait vivre l’OSM et Half Moon Run, trois moments ont retenu notre attention. D’abord, quand Dylan Philips s’est avéré un pianiste hors pair, lui qui s’est vu offrir un morceau solo au piano accompagné de l’orchestre. Pour une ancienne pianiste, c’était un moment unique à faire jalouser l’assemblée. Ensuite, quand ils ont interprété Call Me in the Afternoon plus dynamique et complexe que jamais qui s’est value la première ovation debout de la soirée. Puis quand, après un rappel et deux saluts, le groupe est revenu sur scène profiter de l’acoustique incroyable de la salle pour nous interpréter un morceau acoustique, sans micro, sans ampli. Un moment magique spontané.

On pourrait continuer de la sorte en citant toutes les particularités qui ont nourri l’enchantement de la soirée, comme une Need It tout droit sortie d’un film policier en noir et blanc, ou quand le chanteur a mis la main sur sa guitare pour la première fois de la soirée, montrant l’union du groupe avec l’orchestre et donnant le ton au reste de la soirée.

La foule de la Maison Symphonique de Montréal mardi soir a pu assister à une soirée pour le moins inoubliable. Heureusement, la soirée n’est pas complètement unique puisqu’une seconde représentation aura lieu mercredi soir, même heure, même poste. D’autres moments mémorables sont sans aucun doute à prévoir.

Vos commentaires