Harmonium
Nouvelle Publié le

Entrevue avec Harmonium | Harmonium XLV : Un classique sous un nouveau jour

Pour souligner le 45e anniversaire de leur premier album, les trois membres originaux d’Harmonium, Serge Fiori, Louis Valois et Michel Normadeau, réunis devant les médias pour la première fois en 44 ans, nous ont reçu pour nous annoncer une belle surprise. Pour un instant, Un musicien parmi tant d’autres, Aujourd’hui je dis bonjour à la vie, Harmonium, Vieille courroie, Si doucement, chansons immortelles faisant désormais partie du canon de toute personne habitée par le Québec, connaitront une seconde vie.

Photo d’entête © Jean-Charles Labarre, spinprod.com.

Nouvelles versions à partir des bandes originales

Au départ, l’idée vient de Fiori, qui, à force d’écouter des listes d’écoute, trouvait dommage de constater que les chansons de l’album «sonnaient tout petit» entre d’autres titres ayant bénéficié des standards de productions modernes. Il trouvait qu’elles méritaient d’être élevées aux standards de production d’aujourd’hui et, maintenant, «ça sonne en p’tit Jésus de plâtre», dit-il de son ton espiègle si caractéristique.

Louis Valois s’est montré plus réticent au départ, ne souhaitant se lancer dans un tel projet que s’il y trouverait une valeur ajoutée. Son enthousiasme, palpable lors de notre rencontre, a rapidement pris le dessus après qu’il eut réécouté les bandes originales, surpris par la qualité du matériel qui se cachait derrière les versions que nous connaissons tous si bien.

«Il ne s’agit pas d’une entreprise commerciale», explique Serge Fiori, mais plutôt d’un trip, celui de redécouvrir les chansons en réécoutant les bandes originales, d’y déterrer ce qui avait été tu lors du mix final, d’être surpris par la qualité de ces trouvailles, et d’écouter l’appel de tout ce matériel, brulant d’envie d’être revisité à la console de mixage.

On entendra par exemple pour la première fois l’entièreté du solo de guitare de Fiori à la fin d’Aujourd’hui, je dis bonjour à la vie, qui se terminait autrefois sur un fade out. En plus de divers nouveaux solos de guitare et d’une finale revisitée pour Vieille courroie, on aura aussi droit à une version inédite du plus grand hit de l’album, Pour un instant, cette fois avec batterie et harmonica (joué par Normandeau). «Nous avions fait deux versions de cette chanson, avions dû en choisir une au profit de l’autre, que nous avons redécouverte en écoutant les bandes originales», explique Valois.

Retour sur le passé

Le groupe s’amuse à revenir dans le passé : «En retravaillant cet album, j’ai eu le bonheur de penser à la naïveté que nous avions à 21 ans» nous dit Fiori, du haut de la sagesse qui l’habite maintenant. Il se rappelle aussi la générosité et l’effervescence du groupe à cette époque. L’effervescence créative émanant d’un moment charnière de notre culture. La générosité de jouer pour les gens et de leur offrir ce dont ils avaient besoin, entre autres en donnant un son au Montréal de l’époque.

Mais la nouvelle version s’incarne aussi dans le Montréal d’aujourd’hui. Ne trouvant plus l’enregistrement original des enfants jouant dans la cour de l’école Lajoie qui marque le début d’Aujourd’hui je dis bonjour à la vie, le groupe y est retourné pour recapter la rumeur d’une récréation d’aujourd’hui. L’enregistrement original se terminait par une fillette s’approchant du micro pour demander «qu’est-ce que vous faites» et les frissons ont envahi Fiori lorsqu’il réalise que la même chose s’était produite sur le nouvel enregistrement. Pour Valois, cette anecdote démontre bien à quel point la magie a opéré durant ce processus de recréation de l’album les ayant lancé.

Fiori se souvient avec fierté du défi qu’ils ont su relever avec brio à l’époque, celui de «suggérer beaucoup avec pas grand chose», alors que les trois gars avaient l’ambition d’évoquer les grands groupes du prog de l’époque, mais qu’ils avaient un budget famélique et seulement cinq après-midis de studio pour enregistrer l’album. Cette ambition explique sans doute pourquoi cet album vieillit si bien («C’est quelque chose qui vieillit bien, comme nous» s’exclame d’ailleurs Fiori, pince sans rire). Elle explique aussi la différence entre ce premier opus et les deux qui le suivront, plus chargés, plus ambitieux et moins centrés autour des instruments acoustiques.

«On y va avec notre âme», explique Valois pour confirmer que cette entreprise vient du cœur et non du portefeuille. Conscient que cet album en a accompagné plusieurs et que le remodeler pourrait être un sacrilège pour certains, Valois croit que la version originale partage désormais sa vie avec un «frère jumeau» qui permet de redécouvrir sous un nouveau jour ces chansons immortelles. Nous avons très hâte : cette musique gagnera à être redécouverte à l’ancienne, dans un sous-sol baigné d’une épaisse fumée, tout ouïe, dans le voyage intérieur qui révèle toutes les couches qui se cachent derrière ces chansons acoustiques en forme de pointe d’icebergs.

Et le futur?

La suite des choses ? Valois et Fiori ont de la difficulté à ne pas trop en révéler sur un projet qui, si on lit entre les lignes, semble déjà initié. Après avoir revisité l’Heptade en 2016 et maintenant leur premier album, viendra sans doute le tour de Si on avait besoin d’une cinquième chanson, seul album francophone figurant dans la liste des 50 meilleurs albums de rock progressif selon le mythique Rolling Stone. Aussi, Valois ne ferme pas la porte à l’idée de remonter sur scène pour y livrer les chansons du premier album, en autant que les conditions idéales soient réunies. Il avoue même que c’est en quelque sorte un rêve pour lui (rêve que nous partageons avec lui).

Fiori dit avoir appris qu’avec Harmonium «tout est possible, si ça part de la bonne place». Or, le rêve nous semble être un bon point d’origine… Producteurs et diffuseurs, à votre tour de prendre le relais!

Harmonium XLV, version remasterisée et remixée sera disponible à partir du 6 décembre prochain sur les plateformes numériques ainsi qu’en magasin en quatre formats différents : CD, disque vinyle, disque vinyle coloré en édition limitée et coffret-souvenir.

Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires