crédit photo: Gaelle Leroyer
Charlotte Cardin

Charlotte Cardin – The Phoenix Experience | La meilleure façon de lancer un album en pandémie

À défaut de pouvoir lancer en bonne et due forme son premier album tant attendu, Charlotte Cardin a opté pour une formule virtuelle pour donner le coup d’envoi à Phoenix, paru vendredi dernier. Offrant une performance créative à souhait qui a su profiter au maximum de l’aspect virtuel du concert, la Montréalaise a donné vie à son premier album en le jouant dans son intégralité pour la toute première fois. D’une durée de 50 minutes, le livestream a passé beaucoup trop vite, certes, mais était bien complet, visuellement intéressant et d’une qualité sonore plus que considérable.

Après le décompte menant à 20h, Charlotte Cardin est apparue sur nos écrans, le regard vide, en remplissant éternellement un verre d’eau. Après quelques images saccadées nous donnant un avant-goût de ce qui nous attendait visuellement, la chanteuse était maintenant assise sur le sofa d’un salon lumineux avec une guitare comme seul instrument.

Débutant en force avec Meaningless, la chanteuse épate déjà avec sa voix. Offrant une version un peu plus retenue et plus douce de la chanson, elle a été interrompue par un glitch, une anomalie vidéo – effet désiré, bien évidemment. Enchaînant avec Daddy, aussi retenue que la précédente, la chanson s’est terminée avec une Charlotte Cardin quittant son sofa et dansant pendant quelques secondes sur l’instrumentation complète qui venait de faire une entrée remarquée. Reprenant sa position initiale et donnant le même traitement à l’excellente Passive Agressive, la chanteuse mettait de l’avant sa splendide voix dans une mise en scène des plus simples.

* Photo par Gaelle Leroy.

On se transporte en studio…

Après cette ouverture coup de poing, Charlotte s’est évanouie et a été transportée en studio où allait se dérouler le reste de la soirée. Maintenant dans un univers plus sombre, coloré et vaporeux, c’est avec la puissante Oceans qu’elle a poursuivi. Après Xoxo, deux musiciens ont fait leur entrée pour Romeo et Je quitte.

L’image passant maintenant au noir et blanc et la chanteuse s’adressant pour la première fois au public virtuel, c’est Sad Girl, single paru une semaine avant la sortie de l’album, qui a été joué. Dirty Dirty, rare chanson de ses plus anciens EP qu’on a pu entendre lors de cet événement, a été chantée par une Charlotte Cardin pleine d’assurance et vêtue d’un manteau de cuir judicieusement enfilé pour cette chanson.

Photo par Gaelle Leroyer

Pour Sex To Me, la caméra est restée en gros plan sur le visage doux de la chanteuse alors qu’elle retirait petit à petit ses vêtements pour cette chanson bien sensuelle et rythmée. Un plateau acoustique a ensuite été dévoilé – Charlotte était entourée de centaines de chandelles et était assise avec sa guitare pour Sun Goes Down. Un choeur tout de blanc vêtu a rejoint la chanteuse dans le faisceau des bougies pour amener la chanson à un autre niveau. Si cette dernière n’avait pas été suffisante pour vous donner des frissons, c’est avec Anyone Who Loves Me que Cardin, entourée de feu et assise au piano, aura fait hérisser tous les poils de vos bras.

C’est dans une transition visuelle de fumée que Charlotte Cardin fera sa dernière apparition avec Phoenix. Terminant la chanson en vraie rock star avec sa guitare électrique, la chanteuse quitta le plateau, laissant les fans sur leur faim par le simple fait que les trop courtes 50 minutes étaient bien exécutées, vocalement impeccables et drôlement efficaces. Un rappel de trois chansons a eu lieu 10 minutes après la fin de la diffusion principale : Good Girl, Main Girl et Faufile.

La qualité sonore de la diffusion en direct était particulièrement remarquable. La voix de la chanteuse était judicieusement mixée et n’était jamais enterrée par les instruments. Pour un lancement d’un premier album, c’était un quasi sans faute. Chapeau à la chanteuse et au plaisir de la voir sur scène dans un futur des plus rapprochés.

Il n’est pas trop tard pour se reprendre si vous l’avez manqué. The Phoenix Experience est disponible en vidéo sur demande jusqu’à dimanche 17h, par ici.

* Photo par Gaelle Leroy.

Vos commentaires