-M- (Matthieu Chedid)

Beirut ouvre la marche pour le 36e Festival International de Jazz de Montréal

Le Quartier des spectacle était plein à craquer pour l’ouverture de la 36e édition du Festival de Jazz de Montréal, alors que Beirut a offert une prestation sans fausse note, voyageant entre les différentes époques musicales de leur carrière.

beirut-fijm-2015(c)-Benoit-Rousseau01Hier soir, la foule a eu droit au portrait musical complet du sextuor, ayant évolué d’un son folk orchestral rappelant l’Europe de l’Est (Gulag Orkestar) à des sonorité habillées davantage de synthétiseurs (The Rip Tide).

Mais c’est avec Scenic World que la formation du Nouveau-Mexique a décidé d’officiellement emboîter le pas des festivités jazz de Montréal, un choix judicieux à constater l’enthousiasme des milliers de personnes rassemblées pour l’événement.

“Vous me faites trembler ici”

Ce fût les seuls quelques mots bien sentis de Zach Gordon adressés à la foule durant la soirée. Elephant Gun et Nantes ont suffi pour conquérir un public qui connaissait les airs et les paroles des premiers projets de Beirut et qui participait à l’ambiance festive de la soirée.

Ambiance festive qui transite à la découverte alors que le groupe offre August Holland tiré de l’album No No No, qui sortira en septembre prochain et qui annonce un son revisité pour le groupe, sans toutefois trahir le son original propre à Beirut.

beirut-fijm-2015(c)-Benoit-Rousseau02

Il faut croire que ce n’est pas seulement la justesse musicale assez exceptionnelle de chacun des musiciens en harmonie parfaite qui charme les fans alors que Zach Gordon reçoit un soutien-gorge sur scène, moment qui a amusé autant le muti-intrumentiste que le public.

C’est Gulag Orkestor en rappel qui ouvre la marche vers la fin de la soirée et qui souligne la maîtrise exceptionnelle et l’utilisation unique des cuivres (deux trompettes et un trombone) de Beirut, les cordes ayant étés remplacés par les cuivres pour cette soirée.

Les versions revisitées de In the Mausoleum et The Flying Club Cup concluent cette première soirée festive et rythmée du Festival de Jazz de Montréal.

Vos commentaires