Guide cadeaux Culture Cible

Guide des fêtes Culture Cible 2019 | 14 suggestions de sorties musicales pour gâter vos proches cet hiver!

Le compte à rebours a déjà commencé, et il ne reste que quelques semaines pour terminer son magasinage du temps des fêtes. Au lieu de tomber dans la surconsommation de babioles et de mauvais tricots, pourquoi ne pas plutôt offrir des billets de spectacle? Ce ne sont pas les sorties qui manquent, mais dans le cadre du Guide des Fêtes Culture Cible 2019, Sors-tu a pris soin de sélectionner quatorze idées géniales pour gâter vos proches.

Jazz
JPL Victo Jazz
6 au 9 février à Victoriaville

Pour une deuxième année consécutive, le festival JPL Victo Jazz fera vibrer les mélomanes dans la région du Centre-du-Québec. Parmi les invités de marque, on souligne la présence de Nikki Yanofsky. La chanteuse qui mêle jazz et musique pop gravite sur la scène musicale depuis une bonne décennie, même si elle n’a que vingt-cinq ans.

Forte d’une nomination au dernier Prix Polaris pour l’album canadien de l’année, Dominique Fils-Aimé sera aussi de la partie au Cabaret Guy-Aubert. Parmi les autres noms à retenir, le saxophoniste Yannick Rieu, la pianiste torontoise Carol Welsman et le groupe The Brooks feront un tour.

Budget: entre 63$ et 225$
Billets et passes en vente ici

Indie
Keane
24 mars au MTELUS

Icône de la post-britpop, le groupe originaire de Battle au Royaume-Uni revient à Montréal en mars prochain. Révélée grâce au succès Somewhere Only We Know il y a bientôt quinze ans, la formation a effectué un retour sur disque à l’automne avec Cause and Effect.

La tournée qui accompagne cette nouvelle galette fera déplacer les Anglais jusqu’à Montréal, où ils n’ont pas joué depuis 2012. Une belle découverte pour les adeptes des Killers et des premiers albums de Coldplay.

Budget: 55$
Billets en vente ici

Indie
Metronomy
7 février au MTELUS

Décidément, les amateurs de musique britannique seront servis au MTELUS en 2020. Le projet Metronomy, qui a pris plusieurs formes et exploré plusieurs sons depuis ses débuts au milieu des années 2000, fera aussi vibrer la salle de la rue Ste-Catherine. Mené d’une main de maître par Joseph Mount, le groupe valse entre le rock alternatif, le new wave et le nouveau disco.

En 2019, le groupe a fait paraître un sixième album, Metronomy Forever, entièrement écrit, interprété et produit par Joseph Mount. Il s’agissait d’un retour vers un son un peu plus rock après Summer 08, sorti seulement un an auparavant. Entre les deux, Mount a aussi travaillé sur le dernier album de Robyn. Bref, le bonhomme ne manque pas d’idées par les temps qui courent. Sur scène, Metronomy devient un quintette efficace qui donne le goût de se dégourdir.

Budget: 43,75$
Billets en vente ici

Rock
The Beaches
20 février au Théâtre Corona

Originaires de Toronto, les quatre femmes du groupe The Beaches savent comment bûcher. La formation vient tout juste de sortir un troisième EP, nommé The Professional. Deux ans auparavant, elle avait collaboré avec Emily Haines et James Shaw, tous deux de Metric, pour produire un premier album complet, Late Show.

Depuis, The Beaches a été invité à jouer en première partie des Rolling Stones et à ouvrir les cérémonies d’avant-match de la dernière Coupe Grey. Le groupe se démarque avec ses refrains irrévérencieux et ses mélodies ultra-accrocheuses. Le tout servi dans un son bien rock, qui flirte avec les influences garage et glam.

Budget: 31$
Billets en vente ici.

Musique classique
L’Orchestre Métropolitain présente Mozart grandeur nature
7 février à la Maison symphonique de Montréal

En 2020, le chef Yannick Nézet-Séguin fêtera ses vingt ans en tant que chef principal et directeur artistique de l’Orchestre Métropolitain, avec qui il a signé un contrat à vie cet automne. Pour amorcer l’année, l’ensemble fera équipe avec le Chœur Métropolitain pour présenter deux œuvres. D’abord, la Symphonie no 5 du compositeur québécois Jacques Hétu sera interprétée. Ensuite, les musiciens et chanteurs s’attaqueront à la Grande messe en do mineur de Mozart.

Il ne faudra toutefois pas tarder avant de prendre ses billets: le concert présenté la veille au Centre national des Arts à Ottawa affiche déjà complet.

Budget: entre 71,28$ et 178,21$
Billets en vente ici

Musique, variété
Damien Sneed: We Shall Overcome
16 janvier 2020 au Théâtre Maisonneuve

En tournée partout aux États-Unis, Damien Sneed viendra présenter son spectacle We Shall Overcome au public montréalais en janvier. Le concert se veut un hommage au héros américain qu’est Martin Luther King Jr. Au menu, le pianiste présente des chansons qui ont marqué le mouvement des droits civiques, puisant tant dans le blues que le classique, le jazz et la chanson populaire.

Si Damien Sneed est plutôt méconnu au Québec, il est grandement reconnu à l’international. Si bien qu’il a participé, entre autres, aux cérémonies des Jeux Olympiques de Londres et a collaboré avec Aretha Franklin ou Stevie Wonder. Il interprétera d’ailleurs, entre autres, des chansons de ces deux derniers artistes lors du concert du 16 janvier.

Budget: de 42,55$ à 95,80$. Les enfants de douze ans et moins peuvent obtenir un rabais sur leur siège.
Billets en vente ici.

A capella
Los Angeles Master Chorale: Lagrime di San Pietro
30 janvier à la Maison symphonique

En tout, ce sont vingt-et-un chanteurs qui fouleront la scène de la Maison symphonique le temps d’un concert. Pour l’occasion, la chorale originaire de Californie interprétera Lagrime di San Pietro, œuvre inspirée des poèmes de l’Italien Luigi Tansillo. La pièce a été composée par le Franco-flamand Roland de Lassus durant la Renaissance.

Pour l’occasion, c’est l’excentrique Peter Sellars qui s’occupera de la mise en scène. Reconnu pour son travail innovant, voire controversé dans le monde de l’opéra et du théâtre, Sellars s’attaque à un projet a capella pour la première fois de son illustre carrière. La présentation mélangera chant et art de performance.

Budget: entre 54,05$ et 118,80$
Billets en vente ici

Danse
Che Malambo
7 février à la Salle Wilfrid-Pelletier

Armés de bombos, de boleadoras et de leurs voix puissantes, les membres de la troupe argentine Che Malambo sont prêts à donner un spectacle unique. Unique au moins parce que plusieurs ne savent sûrement pas de quoi on parle lorsqu’on mentionne l’utilisation d’un bombo ou d’un boleadoras. Le premier est un énorme tambour au son grave et puissant, très important dans la musique folklorique du pays d’Amérique du Sud. Le second est, selon la description du spectacle sur le site de la Place des Arts, un « lasso muni de pierres à ses extrémités ».

C’est une chose de connaître les définitions, mais c’en est une autre d’entendre et de voir ces instruments en personne. Le spectacle met en scène quatorze gauchos, qui présenteront du malambo endiablé. Danse, percussion, précision et agilité seront au rendez-vous pour cette soirée haute en couleurs.

Budget: entre 51,75$ et 105$
Billets en vente ici

Musique du monde
Drum Tao 2020
25 février à la Salle Wilfrid-Pelletier

On avait beaucoup apprécié le collectif japonais lors de sa dernière visite à Montréal à l’hiver 2018. Voilà que deux ans plus tard, la troupe est prête à remettre ça. Notre chroniqueur Gilles G. Lamontagne y avait découvert « une mise en scène résolument moderne qui fait s’alterner le déferlement des tambours soulevant la foule, à des moments intimistes lui permettant de reprendre son souffle en faisant connaître des instruments de musique traditionnels ».

La troupe se targue d’avoir joué devant plus de huit millions de spectateurs depuis ses débuts. Il faut dire que leurs horaires chargés et exigeants aident à faire grimper ce nombre. En tout, Drum Tao visitera une cinquantaine de villes en Amérique du Nord en seulement trois mois. Heureusement, les villes de Québec, Sherbrooke et Montréal font partie du lot.

Budget: entre 49,75$ et 105$
Billets en vente ici

Rock, pop
Festivoix de Trois-Rivières
25 juin au 5 juillet à Trois-Rivières

Le plus grand festival de musique en Mauricie est de retour pour une 27e édition. Pour l’occasion, les organisateurs ont mis le grappin sur l’un des groupes chouchous du Québec avec Rise Against. La formation punk, qui roule sa bosse depuis deux décennies déjà, vit une véritable histoire d’amour avec la province depuis ses tout débuts. Pour preuve : tous les billets individuels avant-scène pour le concert se sont déjà envolés. Il reste encore toutefois plusieurs billets réguliers et des passeports pour l’ensemble du festival.

Évidemment, d’autres têtes d’affiche seront annoncées dans les prochains mois. À titre d’exemple, la dernière édition avait reçu entre autres, Bad Religion, Three Days Grace, Cœur de Pirate, Charlotte Cardin et Loud.

Budget: 32$ pour un billet journalier, 49$ pour un passeport régulier
Billets en vente ici

Danse
Ballet Atlantique du Canada: Alien
26 mars au Théâtre Outremont

Dans ce spectacle, le chorégraphe Igor Dobrovolskiy explore avec une grande sensibilité la quête d’une vie nouvelle par des immigrants. C’est une réalité que l’Ukrainien d’origine comprend très bien, lui qui est arrivé au Canada au tournant du millénaire pour s’y établir.

Il s’agit sans aucun doute d’un sujet qui prend de plus en plus de place dans l’actualité. Dobrovolskiy s’assure toutefois de toujours mettre l’humain au premier plan de son œuvre. On laisse donc un peu de côté la politique pour s’attacher plutôt à la quête d’une identité nouvelle par ces personnes qui décident de tout laisser derrière eux.

Budget: entre 29,50$ et 41$
Billets en vente ici

Poésie
50e anniversaire de la Nuit de la poésie
27 mars au Théâtre Outremont

C’est le 27 mars 1970 qu’avait lieu la fameuse Nuit de la poésie au Gesù, immortalisée dans un documentaire culte réalisé par Jean-Claude Labrecque et Jean-Pierre Masse pour l’ONF. Cinquante ans plus tard, de nombreuses célébrations auront lieu au Théâtre Outremont. D’abord, l’auteur-compositeur Edgar Bori prendra la scène pour célébrer cet anniversaire majeur. Accompagné du musicien Jean-François Groulx, il présentera des textes du poète Michel Garneau, qui était présent à l’événement original, en plus de quelques œuvres de son propre cru.

Ensuite, Michel Garneau présentera le soir même une compilation de textes, livrés par un bouquet de comédiennes, de comédiens et de poètes. Un micro ouvert sera par la suite animé, dès 23:30, par la comédienne et metteure en scène Nathalie Baroud. Ces deux derniers événements sont offerts en formule « payez ce que vous voulez ».

Budget: 42,50$ pour le spectacle d’Edgar Bori
Billets en vente ici

Théâtre
Madame Catherine prépare sa classe de troisième pour l’irrémédiable
25 mars au Théâtre Outremont

Ne vous fiez pas seulement au titre : cette pièce écrite par Elena Belya verse beaucoup trop dans l’humour noir pour s’adresser à des élèves du primaire. Ici, la comédienne Alice Pascual devient Madame Catherine, enseignante qui craint le pire pour sa classe. Durant la pièce, elle tente de s’assurer que ses marmots sont bien préparés en cas de tentative de tuerie.

La pièce a d’abord fait rire, puis a ému le Canada anglais en 2018. Elle a ensuite été présentée au Théâtre Prospero au printemps 2018, puis à l’automne 2019. Ici, la paranoïa et la panique prennent de plus en plus de place dans ce monologue.

Budget: entre 23,50$ et 27,50$
Billets en vente ici.

Magie des fêtes
Centre Eaton
Décembre

Enfin, on glisse un mot sur le Centre Eaton, complexe commercial situé en plein cœur du centre-ville de Montréal. Depuis le 5 décembre, le Centre s’est mis en mode festif avec un décor de Noël. On y retrouve ce que le Centre appelle des stations Instagram, et on encourage les visiteurs à partager leur expérience sur les médias sociaux.

En plus d’un « sapin stylisé », le Centre Eaton présente une boîte lumineuse géante, avec des décorations de Noël chatoyantes! En tout, ce sont des milliers de lumières DEL écoénergétiques qui descendent du plafond jusqu’au premier étage de l’édifice. En plus des décorations, le Centre Eaton propose près de 125 boutiques et restaurants depuis l’ouverture du très attendu TimeOut Market Montréal, un concept qui a fait ses preuves à l’international, et qui attirera les foodies de passage en ville. Les plus grandes tables à Montréal proposent des versions adaptées de leurs meilleurs plats, de quoi ravir les adeptes de cuisine avec un grand C!

Vos commentaires