Nelligan
Entrevue Publié le

Entrevue avec l’équipe de Nelligan | Opéra romantique au TNM

La salle de répétition du Théâtre du Nouveau Monde, nouvellement baptisée Salle Réjean-Ducharme, résonnait de belles et grandes voix alors que la production Nelligan, qui prendra l’affiche le 14 janvier, était présentée par extraits à la presse culturelle. L’opéra romantique Nelligan est créé en 1990 sur un livret de Michel Tremblay et la musique d’André Gagnon. Trente ans plus tard, le spectacle s’annonce comme un accomplissement artistique de haut vol dans la présente saison du TNM.

Un spectacle prometteur

C’est le comédien et metteur en scène chevronné Normand Chouinard qui tient les rennes une fois de plus, après avoir dirigé la production de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal au Monument-National en 2010, avec les deux mêmes chanteurs que maintenant : Marc Hervieux en Nelligan vieux, et Dominique Côté en Nelligan jeune.

« Cette fois-ci, dira Normand Chouinard en entrevue après les extraits, nous avons voulu créer une nouvelle production avec des acteurs qui chantent, accompagnés non pas par cent musiciens, mais en plus intime avec deux pianos et un violoncelle. Le décor est dépouillé, avec ses cinq lits d’hôpital en métal et deux hautes colonnes contrastantes. À l’Opéra de Montréal, on l’avait présenté dix fois, tandis que maintenant nous sommes assurés de faire trente représentations, et il y a des supplémentaires qui s’ajoutent. Les billets se vendent dangereusement bien. »

Nelligan, un Québécois fascinant

C’est que la vie et l’œuvre d’Émile Nelligan, né en 1879 à Montréal et décédé en 1941 en institution psychiatrique à l’âge de soixante-et-un ans, continuent de fasciner, tel l’ancrage d’un mythe bien de chez nous. La mère du poète, Émilie Hudon, qui sera chantée par la voix puissante de Kathleen Fortin pour une deuxième fois, était une Québécoise francophone issue de la petite bourgeoisie du Bas-du-Fleuve, et dont le père avait été le premier maire de Rimouski.

Le père de Nelligan, tout au contraire, était un anglophone d’origine irlandaise, rigide et austère, n’ayant que peu de sensibilité artistique. Il voulait par-dessus tout que son fils devienne avocat ou médecin. Et c’est lui, un simple employé des postes, qui fera interner Émile à vingt ans, dans la totale incompréhension et le plus grand mépris pour le mot « poète ». Inflexible et insensible, David Nelligan revendiquera alors ne pas vouloir « de fou dans sa maison ».

*Photo par Christian Brault.

La véritable raison de cet internement est plutôt que le jeune Émile, chanté par Dominique Côté, aime un peu trop la vie de bohème et les marginaux intellectuels de la trempe de Rimbaud, Verlaine, Mallarmé ou Baudelaire. Rêveur et rebelle, instable, il est appuyé par de rares amis le fréquentant dans la maison familiale de l’avenue Laval, près du Carré Saint-Louis, parmi lesquels la journaliste Robertine Barry de La Patrie qui le publiera dans son journal.

Émile Nelligan connaît tout de même des épisodes de délires paranoïaques et de dépression profonde. La médecine du temps prodiguée dans ce qui s’appelait un asile aura raison de l’écrivain, qui avait rédigé entre seize et dix-neuf ans près de cent soixante poèmes, constituant ainsi toute son œuvre.

Nelligan aura passé vingt-six ans à la retraite Saint-Benoît-Joseph-Labre, avant d’être déporté à l’hôpital psychiatrique Saint-Jean-de-Dieu où il croupira jusqu’à sa mort. Il y écrira bien quelques poèmes, mais rien de comparable à son œuvre de jeunesse. Le drame est total et final. Sa mère ne lui rendra visite qu’une seule fois après trois ans d’internement, et son père, jamais.

Un opéra qui interpelle

« J’aime l’opéra Nelligan depuis l’âge de 15 ans, affirme Kathleen Fortin. Les sensations et les émotions sont restées les mêmes trente ans plus tard. Je suis touchée particulièrement par la mère, elle m’interpelle, je ne sais pas pourquoi, sinon qu’elle était artiste aussi, et que c’est elle qui lui a transmis l’amour de la poésie, de la littérature et de la musique. Mais il semble qu’elle lui ait transmis aussi sa fragilité émotive. Et il faut se reporter à l’époque, alors que la maladie mentale n’était pas bien traitée, et en plus très mal vue. »

*Photo par Christian Brault.

Quant à Marc Hervieux en Nelligan vieux, et dont la voix puissante emplissait la salle de répétition, on peut dire de lui qu’il a le nom « Nelligan » tatoué sur le cœur. Après la production du Monument-National, il avait pris l’initiative plutôt rare de conserver les décors et les costumes et de les faire transporter dans un entrepôt à Laval. Son intention était de présenter le projet d’une reprise au directeur du Festival d’opéra de Québec, en lui faisant miroiter une production moins chère, puisque les décors et les costumes étaient à disposition. Et c’est exactement ce qui s’est produit.

« Pour moi, résume Marc Hervieux avec des éclairs dans les yeux, c’est comme réaliser un rêve à 50 ans. J’ai eu la piqûre pour Nelligan à 14 ans quand mon professeur de français m’a fait découvrir sa poésie. J’ai vraiment été frappé de plein fouet. Je ne pouvais pas m’imaginer être chanteur un jour, car je rêvais d’être acteur et de connaître la consécration en venant jouer sur les planches du TNM, après les plus grandes scènes du monde. Et là, je vais le faire. C’est tout un défi à relever, mais j’ai l’avantage de bien connaître l’œuvre. Et j’ai de l’assurance devant le rôle, tout en sachant que c’est un bien grand vaisseau! »

Après les représentations au TNM, Nelligan partira en tournée dans huit villes au Québec, jusqu’au 20 mars 2020.

Événements à venir

Vos commentaires