crédit photo: Eliott Garneau
Envol et Macadam

Festival Envol et Macadam 2021 – Jour 3 | Un match parfait !

Samedi 11 septembre 2021, dans l’ombre des commémorations  des 20 ans d’un anniversaire que plusieurs d’entre nous préféreraient oublier, quoi de mieux qu’un match parfait en cette magnifique soirée automnale.

La foule est un peu plus nombreuse que lors de mon dernier passage jeudi dernier et c’est tant mieux.

Olivier de Lévis en est à sa troisième année au festival: “Je suis venu surtout voir Despised Icon.”  Lui-même batteur au sein du groupe Motjaw, un cover band de Linkin Park, aimerait jouer å Envol et Macadam un jour. “Les compos s’en viennent » assure-t-il.

Samuel, originaire de St-Fidèle dans la magnifique région de Charlevoix mais maintenant résidant de Charlesbourg, est un ancien prof d’éducation physique devenu maintenant électricien. “C’est ma première fois à envol et Macadam. Despised Icon ! Ça, je connais ! Les autres un peu moins…. À date c’est très bon. Je suis arrivé vers 16h30. C’est sa coche ! “ C’était son premier gros show post Covid.

Le métal est à l’honneur aujourd’hui. Voici la liste des joueurs étoiles qui ont brûlé les planches de la scène du stade Canac à Québec.

The Bridgetsens

Les Bridgetsens font ce qu’ils aiment le plus faire: des chansons pop punk garage, aux mélodies accrocheuses. Tapage de pieds et brasage de tête sont au rendez-vous.

Christian Tremblay-Lemieux parle de son expérience au festival: “J’ai vraiment aimé ça. Ça sortait de l’ordinaire. Moi je n’ai pas l’habitude de faire des spectacles. On était sur un gros stage. Il y avait beaucoup de son et ça sonnait fort et je suis quand même content de notre show en général. C’est notre premier à vie.”

“Je ne sais pas si ça va vraiment avoir un impact, mais quelque part les gens nous ont entendus. Ça va nous aider à nous faire connaître. On n’a pas des idées de grandeur mais on est quand même content de sortir de notre local. C’est l’fun de faire autre chose… Ça évolue. Ça fait 20 ans que je fais de la musique avec mon frère. Y’a un album qui va sortir probablement au début de 2022 sur différentes passerelles. On n’espère pas vraiment faire d’argent avec ça mais oui l’offre semble vraiment correcte avec la compagnie de disque. On aimerait bien faire des shows prochainement, mais on va voir comment ça se passe avec la covid.” conclut Christian.

Hopeful Sixteen

Hopeful Sixteen est un groupe de Métal Alternatif provenant de la ville hôte des festivités.

Formée en 2015, la formation a réalisé trois albums, plusieurs vidéoclips et a tourné à  travers tout le Canada.

La foule peu nombreuse a su réserver un accueil chaleureux lors de cette performance de 30 minutes en plein milieu d’après-midi.

Hate It Too

Hate it Too a été formé en 2008 à Trois-Pistoles, mais vit maintenant à Québec depuis 2012. Avec une centaine de spectacles joués et deux sorties (It’s About Time (EP) et Purple Mountains) qui ont été bien accueillies au sein de la communauté mondiale de skatepunk, le groupe réussit avec son nouvel album à mélanger le monde du punk- rock avec du métal mélodique.

Aeternam

Depuis ses débuts à Québec en 2007, Aeternam est reconnu pour sa sonorité unique et authentique, combinant le métal extrême et épique à des influences mélodiques ethniques dans un parfait mélange d’harmonie et de brutalité. Leur quatrième album: « AlQassam » est paru en Mars 2020.

Boundaries

Accumulant sans relâche les sorties indépendantes depuis 2014, le groupe hardcore/punk de Québec BOUNDARIES a prouvé à maintes reprises qu’il ne manquait pas de riffs contagieux et de rythmes entraînants. S’inspirant d’illustres groupes hardcore comme Down to Nothing et No Warning, mais également de groupes rock moderne comme Queens of the Stone Age et The Hives, BOUNDARIES cherche à définir un son qui leur est propre.

“Un christie de bon show !” selon Denis de Québec, un habitué des shows rock depuis plus de 30 ans.

MUTE

Rapide, technique, mélodique : ce ne sont que quelques mots que la communauté punk rock utilise pour décrire la musique de MUTE.

Considéré par beaucoup comme un incontournable dans le monde du skate punk, le groupe a passé les 20 dernières années à adopter une approche 100% DIY pour apporter sa musique aux masses !

Comeback Kid

Accueil des plus chaleureux pour Comeback Kid ce soir. Prestation intense ou l’urgence de crier sa rage en ces années troubles est bien senti.

Le chanteur gravira les estrades pour se rapprocher de ses fans.

Suite aux légers débordements sur l’abri des joueurs jeudi dernier, la sécurité s’est assuré de placer des cônes orange et des rubans rouges pour interdire la zone convoitée par les fans les plus aguerris.

Afin de finir en beauté, les musiciens, mis à part le batteur, se rendront ensemble au marbre afin de voler le show en beauté.

« Nous sommes un groupe de hardcore, mais nous n’avons pas l’impression d’appartenir à une secte en particulier ».

Voivod

Formé en 1982 à Jonquière, Voivod démarre ses activités musicales en proposant une formule speed metal unique qui inspirera une kyrielle de groupes internationaux à travers le temps.

“Salut les photographes ! Hey vous êtes loin ! C’est ça la distanciation… Criez  plus fort j’suis sourd un p’tit  peu…”

Après près de trente ans de carrière et fort d’une discographie riche de quatorze albums studio, Voivod fait indiscutablement partie de la légende du métal mondial. Respect et honneur !

Quelques problèmes techniques plus tard, et quelques vagues improvisées à la demande de Snake et le bal métal repart de plus belle  “On est à Québec calisse ! C’est pas parce vous êtes loin que vous ne pouvez pas faire du bruit.”

Le spectacle tire à sa fin mais pas avant d’entendre la magnifique reprise Astronomy Domine de Pink Floyd avec un: “On a passé au travers calice !” bien senti.

Despised Icon

Despised Icon est un groupe canadien de deathcore de Montréal formé en 2002.

Après une pause de quelques années, Despised Icon revient sur la scène en 2016 avec la sortie de leur album intitulé Beast.

La formation culte, en clôture de festival,  est certes la plus attendue.

Dès les premières notes, la foule s’anime et les têtes battent la mesure. Sur scène, c’est l’apocalypse. Impossible de suivre le tempo tellement c’est rapide.

“Nous sommes Despised Icon de Montréal ! Ça fait deux longues années qu’on n’a pas fait de show !”

CHAMP DE RÊVE – PRISE 3 –

En cette troisième et dernière soirée du Festival Envol et Macadam à Québec,  je ne peux que lever mon chapeau à toute l’organisation qui a su prendre le risque de nous présenter un festival haut en couleur représentant les différents univers de la scène alternative.

Le défi a été relevé avec brio à tous les points de vue. Un parcours sans faute, sans débordement en ces temps perturbés.

J’aurais aimé voir plus de spectateurs, mais avec les changements des règles sanitaires des dernières semaines, il est encore étonnant que l’événement ait pu avoir lieu. La production a fait preuve d’audace et c’est tout à leur honneur.

 

 

 

 

 

 

 

Vos commentaires