Milanku
Critique Publié le

Festival d’été de Québec 2019 – Jour 9 | Lourdeur en basse-ville avec Milanku et Délétère

Le Festival d’été de Québec (FEQ) est fascinant. Un soir il est possible de voir le meilleur du rock radio des années 90. Ou bedon, une diva s’époumoner sur les Plaines avec ses chansons d’amour. Le lendemain, rendez-vous dans des bars douteux aux planchers gluants de bière pour une bonne dose de metal. Récit d’une petite soirée de vendredi dans St-Roch (ou rock).

Délétère

Depuis plusieurs années, l’Anti, de la rue Dorchester, est dans le coup avec le FEQ afin d’offrir un volet underground aux festivaliers. C’est aussi l’occasion de mettre en valeur le talent de la ville de Québec. C’était le cas hier avec Délétère et leur metal extrême.

Donnant dans le black, avec des influences death, le groupe ne réinvente rien mais est d’une efficacité redoutable. Bonne présence sur scène, blastbeats à profusion, ambiance de funérailles, tout y était pour plaire à la foule nombreuse. En fait, ça se marchait sur les pieds. Québec est une ville qui aime son metal extrême. Malheureusement, nous devions quitter avant la fin du programme. Direction rue St-Joseph.

Milanku

Le Cercle n’est plus, mais l’esprit vit toujours au travers du D’Auteuil. Sur le coup de minuit (en fait, peut-être même un peu avant), le groupe montréalais Milanku ne perd pas de temps et démarre en douceur. C’était parti pour un 50 minutes de post-rock/metal/hardcore.

Désormais avec une attaque à trois guitares, les sonorités du groupe sont plus riches que jamais. Dans la tradition post, les passages instrumentaux sont longs et augmentent en intensité avant une explosion de vocales criés. Le setlist a bien sûr fait une bonne place aux chansons du petit dernier, sorti l’an passé, Monument du non-être & Mouvement du non-vivant. Cela dit, moins d’une heure était peut-être un peu court pour la foule qui aurait bien aimé une petite dernière pour la route. Mais peu importe, la prestation était sans faille.

Malgré l’heure tardive et le style plus niché, la salle était, au dire du responsable à la porte, pleine. Au point où l’auteur de ces lignes n’a presque pas pu rentrer. C’est pour dire. À la vue du succès de la soirée, on ne peut maintenant qu’espérer que le FEQ invite dans les années à venir les groupes établis du style tels que Mogwai, Explosions in the Sky et autres Caspian de ce monde.

Bref, une autre soirée réussie, qui donne raison à l’équipe de programmation à chaque fois que des groupes underground sont invités.

Artistes
,
Villes
Salles
,

Événements à venir

Vos commentaires