The Franklin Electric

The Franklin Electric à Montréal | Sold Out le Métropolis !

Retour sur la soirée de samedi au Métropolis où le groupe montréalais The Franklin Electric a fait danser, pleurer et chanter l’assistance qui comptait plus de 2000 personnes.

La première partie a été une réelle découverte avec le groupe folk acoustique émergent Woodlock. Ils ont donné le ton à la soirée avec leur charmant accent australien et leurs rythmes accrocheurs.

The Franklin Electric entre ensuite sur scène et l’énergie est à son comble. On sent l’électricité dans l’air du Métropolis bondé lorsque le groupe joue les premières notes de Watching From A Rooftop qui annonce le début une soirée mémorable.

Du temps qu’ils n’avaient pas de contrat de disque, ils sont montés sur les planches de quelques scènes montréalaises, notamment celles du Divan Orange et du Théâtre Corona, avant de signer avec le label Indica basé ici-même. Avec fierté et ardeur, le groupe a travaillé sur leur deuxième album Blue Ceilings pendant un an avant d’en faire le lancement au début du mois de janvier dernier. Nous avons eu la chance d’entendre entre autres les titres I Know the Feeling et Burning Flame tirés de celui-ci.

Les morceaux plus connus de leur album précédant This Is How I Let You Down, tels que The Strongest Man Alive et Seventeen, et ont fait chanter la foule en chœur. Le moment était purement magique lorsque les quatre membres du groupe se sont rassemblés au devant de la scène pour interpréter le morceau acoustique Show Me The Quiet Air. Seul un talent brut comme le leur peut arriver à produire un instant aussi émouvant sur scène.

Jon Matte excelle autant au clavier, au piano, qu’à la trompette. Ajoutons à son talent sur scène son charme indéniable (qui se multiplie lorsqu’il s’adresse à la foule en français) qui a assurément fait fondre le cœur de plusieurs dames assistant au spectacle. Le fondateur du groupe a su s’entourer de virtuoses musicaux tels que Martin Desrosby, Alexis Messier et Liam Killen.

Par la suite, le chanteur demande à la foule quoi jouer ensuite, en ajoutant : « we’ve got all night ! » Old Piano, jouée par Matte au piano spécialement livré sur la scène pour l’occasion a été accompagné par le public qui chantait chacune des paroles. Au grand plaisir des couples présents, l’ambiance plutôt romantique était propice aux rapprochements.

À la suite des succès Running et This is How I  Let You Down, les lumières se tamisent et le groupe quitte la scène. Le Métropolis au complet réclame un rappel qui a été récompensé par les inoubliables notes d’Unsatisfied, qui clôt la soirée en beauté.

Pour les couples amoureux et pour les cœurs brisés, le spectacle était tout simplement électrisant. Leurs chansons éveillent tout une gamme d’émotions allant de l’admiration à la nostalgie, passant par le pur bonheur de voir un groupe aussi talentueux lors d’une prestation live. Après la soirée de samedi, The Franklin Electric reprend leur tournée vers l’Europe en s’envolant vers Berlin, et sera de retour à temps pour prendre part au festival Santa Teresa à la fin avril. Détails par ici.

Un groupe local à découvrir ou redécouvrir!


 

* Photo en entête par Le Petit Russe.

Vos commentaires