Caracol

Entrevue avec Caracol: Blanc Mercredi, la scène et l’anglais

Caracol est de retour cet automne avec un deuxième album solo, Blanc Mercredi, une œuvre sublime aux couleurs hivernales, aux sonorités enchanteresses et dont les textes sont empreints d’une grande maturité et font état des beautés de la vie.

La chanteuse, qui fera la première partie du concert de Joseph Arthur ce soir à Montréal, a généreusement accordé une entrevue téléphonique à Sorstu.ca pour discuter de son disque, du processus de création, de la conciliation travail/famille, ainsi que d’offrir une réponse aux critiques qui pourraient s’offusquer de son choix d’inclure à son album des chansons en anglais.

Caracol est une fille qui n’arrête jamais de travailler. « Je suis un peu tout le temps en mode écriture. Il y a des artistes qui prennent une période pour écrire, une période pour enregistrer et une période pour la tournée; moi j’ai jamais fait ça comme ça, je suis toujours en train de prendre des notes pour des chansons. »

Photo: Maude Chauvin

La tournée de L’Arbre aux Parfums s’est terminée alors que la chanteuse était enceinte de huit mois. Et quatre semaines seulement après la naissance de sa fille, Caracol planchait déjà sur le nouvel album, Blanc Mercredi, qui à ce moment n’avait pas encore de ligne directrice.

« C’est l’hiver dernier que j’ai finalement pris le temps de défricher et de trier mes idées de chansons. J’étais à Montréal, il y avait pas mal de neige et en même temps j’avais mon petit bébé. J’étais vraiment dans un cocon. »

« Je n’avais pas de thématique au départ. Je ne voulais pas nécessairement faire une thématique d’hiver. Je cherchais un fil conducteur, car pour moi un album c’est plus que de simples chansons collées ensemble, j’aime qu’il y ait un lien. Pour l’Arbre aux parfums, j’avais trouvé dès le départ le concept, alors je cherchais.

Et ce sont finalement les tempêtes de neige qui m’ont donné cette ligne-là et qui ont guidé le choix des chansons. Et les illustrations par la suite (de l’artiste italien Malleus) sont venues boucler la boucle. »

« Quand j’ai écrit les chansons de L’Arbre aux parfums, j’étais complètement dans un autre état d’esprit. Je sortais d’une phase plus difficile et les rythmes rocksteady et reggae offraient un contraste avec les paroles, car je voulais équilibrer la chose. Je n’aime pas la musique déprimante. Mais les paroles qui me venaient étaient définitivement beaucoup plus sombres. »

 

Un 2e album plus facile

Blanc mercredi, 2e album de Caracol

Étonnamment, Caracol a senti moins de pression pour le deuxième album, qui s’avère pourtant une étape marquante dans une carrière, et qui fait peur à bien des artistes. Avec l’Arbre aux parfums en 2008, elle sentait qu’elle avait des choses à se prouver à elle-même, et avait l’impression que les gens avaient certaines attentes suite à l’aventure (et à l’énorme succès) de Dobacaracol, duo dont elle faisait partie avec Doriane Fabreg.

« L’Arbre aux parfums m’a établie comme artiste, et donc je me suis sentie moins stressée pour le nouvel album. Les chansons, je les ai écrites de façon tellement honnête. Je suis vraiment bien avec ces chansons. Je les ai donc lancées avec confiance. »

En 2008, c’est la découverte et l’apprentissage du ukulele qui a inspiré à Caracol les chansons de son premier album. Comment le son de Blanc Mercredi s’est-t-il développé en comparaison?  Écoutez sa réponse :

 

 

Un travail collaboratif

Photo: Maude Chauvin

« J’ai la chance d’avoir de super bons musiciens, et en studio c’est là qu’on voit la différence entre un bon musicien et un excellent musicien. Particulièrement mon drummer, Justin Allard… personnellement, je trouve que c’est le meilleur drummer au monde! (rires).  C’est quelqu’un qui va arriver avec des idées de sons variés, qui va accorder sa batterie différemment d’une chanson à l’autre, qui va y mettre sa personnalité. Ça, ça fait toute la différence.

Et mon réalisateur, Sébastien Blais-Montpetit, a un grand rôle à jouer dans le cachet de la production. J’adore sa façon de travailler, et en plus, c’est mon chum, alors c’est cool! »

Comment Caracol arrive-t-elle justement à concilier son travail et sa vie amoureuse?

Écoutez sa réponse :

 

 

Chanter an anglais pour s’ouvrir au monde

Blanc Mercredi est un album majoritairement francophone. Ceci dit, trois chansons an anglais s’y retrouvent. L’Arbre aux parfums contenait lui aussi des chansons écrites dans la langue de Shakespeare. Et certains critiques se demandent pourquoi Caracol chante en anglais.

Est-ce que les critiques la dérangent? Écoutez sa réponse (dans laquelle elle nous apprend également une primeur) :

 

Formule acoustique en première partie de Joseph Arthur

Ce sera accompagnée du très polyvalent Manuel Gasse que Caracol présentera ses nouvelles pièces en formule acoustique ce soir au Théâtre Corona, à Montréal, en première partie du chanteur américain Joseph Arthur.

« C’est assez nouveau pour moi cette formule acoustique, mais j’adore ces versions-là. Et c’est acoustique, oui, mais quand même assez étoffé parce que (Manuel) joue des percussions avec ses pieds. Et ça force à se concentrer plus sur l’aspect vocal quand on est en version dépouillée. J’ai hâte de voir à quoi ressemble le public de Joseph Arthur au Québec. J’ai super hâte! »

Souhaitons un beau succès à Caracol dans ses projets, et si vous ne l’avez pas encore entendu, tendez l’oreille à Blanc Mercredi, un album qui devrait plaire à un très large public.

Rappelons que la chanteuse sera de retour sur scène au Québec en mars prochain. Un concert est notamment prévu pour L’Astral, à Montréal, le 20 mars 2012, ainsi qu’un autre au Théâtre Petit Champlain, à Québec, le 26 avril.

Il est aussi toujours possible de se procurer des billets pour la performance de ce soir au Théâtre Corona de Montréal.  (cliquez sur l’icône de billet ci-bas, à côté de l’événement)

Événements à venir

  • mardi

    avec Amay Laoni | Série de concerts Kartel Musik

    Lieu : MTELUS

Vos commentaires