Air

Entrevue avec AIR : Le Voyage dans la lune de Méliès a désormais sa trame sonore

Créer une bande sonore pour une version originale couleur restaurée du Voyage dans la lune de Georges Méliès en un mois: défi de taille pour Jean-Benoît Dunckel et de Nicolas Godin, mieux connus comme le duo français de musique électronique Air. Sors-tu.ca a eu l’occasion de s’entretenir avec Nicolas Godin afin de discuter de l’album qui en résulte, aussi intitulé Le Voyage dans la lune, disponible en magasins depuis mardi.

Dans le cadre du 150e anniversaire de la naissance de Georges Méliès, Lobster Films, la Fondation Groupama Gan pour le cinéma et la Fondation Technicolor pour le patrimoine du cinéma se sont lancés dans une longue (10 ans) et onéreuse (500 000 euros) restauration d’un des premiers classiques du cinéma : Le Voyage dans la lune.

Afin de présenter cette nouvelle version restaurée du « premier film de science-fiction » de 1902 au Festival de Cannes, le consortium a approché Air à un mois de préavis afin d’ajouter une trame sonore musicale au film qui, à l’époque, n’en avait pas, évidemment.

Godin et Dunckel se sont empressés d’accepter, en imaginant une approche qui collerait à la version qu’ils connaissaient: celle en noir et blanc. L’existence d’une version colorisée a toutefois changé la donne. « On n’était même pas au courant qu’il existait une version couleur de ce film, explique Nicolas Godin au bout du fil. Pour nous, c’était quelque chose d’inimaginable ».

« Quand on a vu le film en couleur le lendemain, ou 2 jours plus tard, on a compris que ç’allait être quelque chose de complètement différent de ce qu’on pensait faire. Parce que le film en couleur et le film en noir et blanc sont deux choses complètement différentes: d’un côté, il y a quelque chose qui est un peu comme une pièce de musée, et de l’autre, quelque chose de complètement psychédélique, d’assez fou. On aurait dit un clip des Beatles ou je sais pas quoi ».


Voyage dans la lune, version originale couleur restaurée, de Georges Méliès –  © 2011 Lobster Films – Fondation Groupama Gan – Fondation Technicolor

 

Respecter l’imaginaire plutôt que l’époque

Pour les gars de Air, il n’a jamais été question de créer une musique qui évoquait l’époque à laquelle appartient le film, l’idée étant plutôt de lui donner une résonance moderne. « Ça se sépare (de l’époque) parce qu’on a utilisé des nouvelles technologies et des compositions modernes.  En revanche, on trouvait que la musique de l’époque ne collait pas du tout à la science-fiction. C’était des espèces de piano pour des films burlesques, rien de propice au mystère, au rêve, à l’aventure dans les étoiles ».

Bien que l’importance historique du film aurait pu être intimidante, le duo s’est plutôt senti libre de créer à sa guise. « Méliès n’a donné aucune indication, il s’en fichait complètement de la musique parce que le cinéma n’était pas sonorisé à l’époque. On avait carte blanche. Personne n’avait jamais fait de musique pour ce film, on était les premiers ».

Air n’a pas senti non plus le devoir de respecter l’esthétique de Méliès à la lettre. « C’est l’imaginaire d’un peu tout le monde, en fait. Cette image de la lune avec la fusée qui lui cogne dans l’oeil, c’est peut-être l’une des images les plus connues du monde. C’est un peu une musique universelle qu’on a faite; on avait l’impression de partager cet héritage avec tous les gens qui connaissent cette image ».

 

La génération de l’espace

Depuis ses débuts, l’oeuvre de Air regorge de références intergalactiques. De Moon Safari à 10 000 Hz Legend, Air a toujours trouvé sa place parmi les étoiles.

Est-ce pour cela que les artisans de la restauration du film leur ont confié ce mandat?  « Oui, je pense que notre génération de musiciens, on est obsédés par l’espace. Quand on était petits, on nous disait qu’en l’an 2000, on voyagerait dans l’espace. On a grandi avec ça, on a été nourri de ça. Il y aura toujours des traces de l’espace dans l’oeuvre des gens de ma génération ».

L’album Le Voyage dans la lune contient des parties faites sur mesure pour bonifier les images du film de Méliès, mais comporte aussi des pièces entières dont la musique ne figure pas sur le film. « On a prolongé le travail du film, on a écrit des paroles, un peu de bonimenteur. On a imaginé un vol spatial, le décollage, des choses comme ça. Des choses qui sont d’abord en rapport avec le film et qui, petit à petit, sont allées vers le voyage dans l’espace en général. Il y avait des choses en rapport avec l’idée du voyage spatial qui étaient importantes pour nous et qui n’étaient pas dans le film, notamment l’idée de voyager en apesanteur. Le voyage en lui-même n’est pas exploité non plus (dans le film): on les voit décoller et on les voit atterrir, mais on ne sait pas du tout ce qui s’est passé pendant le vol ».

Parmi les 11 titres qui figurent à l’album, on compte notamment deux pistes avec des chanteuses invitées: Seven Stars avec Victoria Legrand et Who Am I Now? avec Au Revoir Simone. Le disque se veut à la fois une trame sonore fidèle à l’oeuvre cinématographique restaurée et un album complet, indépendant du film.  Fait rare dans le monde de la musique de film, d’ailleurs: la durée du disque (31 minutes) dépasse largement celle du film (moins de 15 minutes).

 

Travailler sur un film monté

Évidemment, Air n’en est pas à ses premiers pas en matière de musique de film: on pense bien sûr à la bande originale de l’oeuvre de Sofia Coppola, The Virgin Suicides (2000), disque récompensé d’un prix Victoire de la musique en 2001.

L’expérience avec Le Voyage dans la lune différait de celle avec Coppola, notamment puisque le film existait déjà, monté et tout. Les musiciens pouvaient donc travailler en communion avec le montage et épouser chaque détail. « On se disait que les gens pourraient enfin se rendre compte de ce dont on est capables parce qu’on peut être d’une synchronicité absolument parfaite ».

« Ce qui se passe, souvent, c’est qu’on fait la musique pour une scène, et le lendemain, la scène a été rallongée ou raccourcie, et tout notre travail s’en trouve diminué. Tout s’écroule comme un château de cartes, parfois, c’est frustrant. Ce n’était pas le cas ici. C’était génial. Ça ne se reproduira jamais ».

Air n’a aucune intention de monter un spectacle en lien avec Le Voyage dans la lune. Rien à avoir avec la nature du projet. « On a terminé une tournée il y a un an, et on ne voulait pas retourner sur la route tout de suite, résume-t-il simplement. On va attendre 2013 pour repartir en tournée ». Avec du nouveau matériel?  « Ouais. Euh… je sais pas, on verra. Nous, on vit au jour le jour alors on n’a pas trop de plans à long terme ».

 

* Le Voyage dans la lune du groupe Air est disponible depuis mardi dernier. Une version de luxe inclut un DVD avec le film colorisé, avec la musique de Air en bande originale.

Vos commentaires