Social Distortion
Critique Publié le

Critique | Social Distortion au Métropolis de Montréal

Mardi 23 octobre 2012 – Métropolis (Montréal)

Le légendaire groupe punk rock Social Distortion était de retour à Montréal, mardi soir, pour un concert au Métropolis. Bien qu’ils n’aient plus rien à prouver, les quatre musiciens de la banlieue d’Anaheim ont une fois de plus démontré que Social D. a encore le rock dans les veines.

« You’re doing a great job so far! And your job, by the way, is to have a great time! »

Le chanteur et guitariste Mike Ness. Photo par Catherine Rosa

En une phrase (un peu cliché, avouons-le), le chanteur et guitariste Mike Ness résumait bien l’esprit de la soirée. Le mot d’ordre: le plaisir brut par voie de bon vieux rock’n’roll grisant.

Après plus de 30 ans de carrière, Social Distortion a donné. Ness et ses compères (qui se sont greffés à la formation en cours de route) n’ont plus rien à prouver, ni à réinventer.

Les fans connaissent la valeur du groupe: l’énergie, la simplicité, la sincérité de leur approche en font encore et toujours une valeur sure.

Mardi soir, Social Distortion a bien démontré les quelques facettes de son vaste répertoire. Les bons vieux titres punk (1945, Machine Gun Blues, Sweet & Lowdown ou encore Don’t Drag Me Down au rappel) côtoient le rockabilly (All I Can Do Is Cry), le rock’n’roll (Far Behind), du country électrique (Sick Boy) et même un blues rock bien senti (Black Magic).

La formation californienne enchaîne tous ces genres musicaux avec le même son de guitares saturé, qui provient des doigts de Mike Ness et de son acolyte Jonny « 2 Bags » Wickersham.

Le guitariste Jonny Wickersham. Photo par Catherine Rosa

Brent Harding, lui, alterne de la basse électrique à la contrebasse, au gré des titres interprétés, pendant que David Hidalgo Jr. (qui avait précédemment joué avec Suicidal Tendencies et The Drips) bat la cadence avec vigueur.

Au rappel, Social Distortion entonne également une chanson tirée d’un album solo de Ness (Company C, qui ne figurait que sur la version vinyle de Cheating At Solitaire, lancé 1999), ainsi que l’incontournable relecture punk de Ring Of Fire, de Johnny Cash.

Vétérans accomplis, Social Distortion ne cherche plus de midi à quatorze heures pour épater la galerie. Le charisme de Ness et le dynamisme de la bande suffisent à permettre au vaste répertoire du band de briller.

Photos en vrac
(par Catherine Rosa)

 

 

Grille de chansons
All I Can Do Is Cry
Far Behind
Bad Luck
Highway 101
1945
Sick Boy
Machine Gun Blues
Cold Feelings
Bakersfield
Sweet & Lowdown
Ball & Chain
Dear Lover

Rappel
Pleasure Seeker
Black Magic
Company C (chanson de Mike Ness)
Don’t Drag Me Down
Ring Of Fire (Reprise de Johnny Cash)

Vos commentaires