Piknic Électronik

PIKNIC ÉLECTRONIK 2018 | Voyage Funktastique et Bwana sous le soleil couchant

Ce dimanche 8 juillet, la Plaine des Jeux du Parc Jean-Drapeau accueillait cinq artistes et plusieurs centaines de fêtards dans un climat idéal : un ciel bleu, quelque 30°C, une brise légère et un fleuve scintillant sous le soleil plongeant. Le concept Piknic Électronik, lancé il y a plus de 15 ans à Montréal et aujourd’hui exporté à l’international, est une aventure à suivre… tous les dimanches de l’été!



Piknic : un concept à maturité

Les Montréalais peuvent être fiers du concept Piknic Électronik, né à Montréal en 2003 et répandu depuis à Barcelone en 2012, à Melbourne et Dubaï en 2014 et à Santiago au Chili en 2015. Pour quiconque avait visité cet événement à ses débuts – où quelques dizaines de danseurs à peine se rassemblaient alors – la transformation est phénoménale : deux scènes, cinq DJ invités, une dizaine de foodtrucks et de caravanes de boissons et plus d’un millier de festivaliers, la plupart âgés entre 20 et 40 ans, s’y réunissent tous les dimanches de mai à septembre, entre 14h et 21h30.

L’ambiance a d’abord levé autour de la SCÈNE Moog Audio, ouverte par la Montréalaise Nana Zen à 14h, suivie, à 16h, de Walla P et Dr.MaD de la formation québécoise Voyage Funktastique. Vers 17h, la moitié des spectateurs discutaient sur la colline devant la scène; les autres dansaient sur les rythmes festifs boogie/ modern funk.

Entretemps, depuis 16h, le parterre Solotech se remplissait peu à peu autour de la québécoise Laurence Matte, qui s’inspire particulièrement de la chanson, de la musique house et d’influences orientales pour créer des rythmes fluides.

* Photo par Charles Prot.

À partir de 18h, C’est Bwana, le jeune Torontois Nathan Micay, qui a électrisé cette scène avec ses rythmes de dance aux influences internationales. À coups d’ondes légères et d’échos infinis, il nous a instantanément plongés dans son univers évasif, en état de transe, en union avec le cosmos… Un coup de cœur! Les trois derniers EP de l’artiste sont Three Way Is The Hard Way (2017), Generation Nostalgia / Factories 1979 (2016) et Opening The Gate (2016). Vers 19h, il y avait foule sous le soleil plombant du parterre Solotech.

Sous un ciel dont le bleu devenait timidement plus foncé à chaque minute, le soleil cédant sa place à l’éclairage orangé des projecteurs transversaux, tous les festivaliers ou presque dansaient désormais. La soirée s’est terminée vers 20h sur la scène de la colline, Moog Audio, avec le duo Voyage Funktastique et à 21h30 sur la scène Solotech avec Brodinski. Ce compositeur et producteur de musique électronique français, nommé Louis Rogé, produit une musique aux fortes tendances américaines et anglaise. Il a d’ailleurs coproduit, en 2013, les morceaux Black Skinhead avec Daft Punk et Send it up avec Gesaffelstein sur l’album Yeezus de Kanye West. Depuis 2007, il a lancé treize EP et un album, Brava (2015).

* Photo par Charles Prot.

À 21h30, tous auraient bien dansé une heure de plus. Il faisait bon dehors et dans nos corps… Quelle meilleure façon de commencer la semaine!

Cette année, Piknic Électronik nous a préparé 21 événements à son calendrier, du 20 mai au 30 septembre 2018. C’est une aventure à suivre!

https://piknicelectronik.com/montreal/

Vos commentaires