Milky Chance
Entrevue Publié le

Milky Chance lance Blossom : l’éclosion d’un groupe en pleine ascension

Après le lancement de leur deuxième album « Blossom », le 17 mars dernier, le groupe Milky Chance a débuté une tournée mondiale et s’arrêtera à Osheaga cet été. Connus pour le hit instantané Stolen Dance, les membres du groupe sont en pleine promotion et en pause de spectacle pour un petit moment. Sors-tu.ca a jasé avec le duo qui plane depuis 2013 sur un succès qui ne risque pas de s’atténuer de sitôt.

Un processus différent

Clemens Rehbein et Philipp Dausch ne formaient pas un groupe à proprement dit lors de l’enregistrement du premier album Sadnecessary. C’est une tout autre histoire pour Blossom, que ce soit sur le plan de la création, de l’enregistrement, de l’état d’esprit du groupe et de la production. « Le premier album a été créé sans aucun plan alors que celui-ci naît de l’expérience acquise depuis la formation du groupe et les trois années de tournée, tout est calculé », explique Philipp. Pour Clemens, il s’agit d’un lancement de plus grande envergure, puisqu’il se fait à travers le monde, tandis que le premier album s’est fait connaître petit à petit.

Les deux musiciens devenus pères de famille ont parcouru le monde pendant trois ans et ont évolué tout en composant Blossom, lorsqu’ils avaient un peu de temps libre. Leur horaire chargé explique un si grand délai avant la sortie d’un nouvel album tant attendu. Ils avouent tous les deux que la majorité du travail se fait à la maison, dans un état d’esprit plus calme, mais que leurs vies privées en paient légèrement le prix.

Milky Chance au Ottawa Bluesfest 2015. Photo par Greg Matthews

Milky Chance au Ottawa Bluesfest 2015. Photo par Greg Matthews

Plus de possibilités musicales

Le son et les « grooves » du premier album se font toujours entendre sur Blossom et conservent leurs origines reggae, electro et folk. Il y a toutefois beaucoup plus d’instruments sur le nouvel album, commente Clemens. Il ajoute que la production est plus grosse, plus professionnelle et qu’il y a plus d’options à explorer cette fois-ci. Avec Antonio Greger, qui s’est joint à la formation en 2015 à la basse et à l’harmonica, Milky Chance s’harmonise d’un piano et se munit d’un batteur. Ce qui a pour effet de changer la dynamique lors de leurs concerts, nous disent les artistes.

D’un angle musical, l’ajout des instruments était une évolution naturelle qui devait se produire, selon Philipp Dausch. « Clemens jouait de la guitare et chantait et je faisais un travail de DJ. Nous aimons créer des sons électroniques, mais voulons le faire en jouant avec de vrais instruments et avoir plus de latitude sur scène. » Lors de l’enregistrement de Blossom, les musiciens projetaient déjà les pièces Losing You et Ego, dans lesquels on note un son plus dynamique grâce à ces changements.

Le premier extrait de Blossom a été lancé à la fin de l’année 2016 pour une raison précise : « Nous avons choisi Cocoon comme single puisque c’est un pont entre les deux albums, elle reflète les nouvelles couleurs de notre son, les arrangements sont assez minimalistes. C’est une pièce transitoire qui introduit bien le nouveau disque », explique le duo. Ils avouent que c’est parfois difficile d’avoir eu un succès aussi immense que Stolen Dance, « puisqu’on doit se battre pour l’attention sur d’autres chansons. »

Difficile à définir, Milky Chance adore que les gens tentent de mettre le doigt sur un style de musique en particulier lorsqu’ils écoutent leur musique. « Nous ne faisons rien de précis lorsque nous composons, nous aimons que les gens entendent plusieurs genres, que ce soit le reggae, le folk ou l’électro. ». Ils ajoutent en rigolant qu’ils ont même entendu quelqu’un, récemment, définir Cocoon comme une pièce influencée par le flamenco.

En tournée depuis déjà un mois, en Europe, le groupe se produira maintenant en Amérique du Nord cet été, après une petite pause. Ils ont déjà commencé à jouer les nouvelles chansons afin de les pratiquer et de donner la chance aux gens de les entendre, mais ils annoncent que ce sera un bon mélange des deux albums. Le groupe, qui adore performer dans les festivals, se produira à Osheaga cet été et a bien hâte d’y retourner.

Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires