Les Hay Babies

Francouvertes 2013 – Les finalistes | Les Hay Babies

Notre série d’entrevues avec les finalistes des Francouvertes 2013 se conclue avec Les Hay Babies, trio folk-pop acadien dont le succès croît à vue d’oeil. Bonnes premières au terme de chacune des deux premières rondes, Les Hay Babies tenteront de répéter l’exploit et remporter les grands honneurs devant Marcie et Dead Obies ce soir au Club Soda. Nous avons rejoint la chanteuse et joueuse de banjo Julie Aubé au téléphone, alors que les filles se trouvaient en route vers Saint-Quentin, au Nouveau-Brunswick.


 Sors-tu.ca : Félicitations pour votre présence en finale des Francouvertes. Pour des artistes acadiens, ce n’est pas très courant. Comment avez-vous trouvé l’expérience ?

J.A. : En rentrant dans le concours, on n’était pas tellement au courant de ce que c’était. On s’est lancé là-dedans sans trop savoir, sans attente, en partie parce que notre gérant nous le suggérait.  On a joué à Montréal quelques fois alors on en avait un peu entendu parler. On était au courant de l’histoire des Sœurs Boulay aussi.

Mais ça a adonné que c’était une vraiment belle expérience. La seule chose qui est dommage, c’est qu’on ne vit pas à Montréal, alors on n’a pas pu voir les autres spectacles que ceux qui se passaient les soirs où on était là.

 

Plusieurs personnes vous croyaient favorites dès le départ, et la perception n’a pas beaucoup changé depuis avec votre première place à chaque étape. Est-ce que ça vous met davantage de pression ?

Photo par Pierre Bourgault.

Photo par Pierre Bourgault.

(rires) Je ne sais si je peux dire une pression, mais ça nous a surpris. On a fait le show avec Lisa (N.D.L.R. : première partie de Lisa LeBlanc à l’Olympia de Montréal, en janvier dernier) mais quand même… On croyait vraiment que le fait qu’on vienne de loin nous nuirait. Et comme c’est à moitié le vote du public, on ne se faisait pas trop d’attente. On ne comptait pas sur le vote du public. On assumait que c’était les autres groupes qui auraient profité de ça. Tout ça pour dire qu’on est bin contentes d’être rendues à ce point-ci. On a déjà dépassé nos attentes.

 

Tout le processus contribue à vous faire voir, à faire grossir votre popularité au Québec… Ça veut dire que vous allez devoir voyager encore plus que jamais !

C’est sur qu’on voyage beaucoup. Ça fait partie de ce qu’on vit depuis le début. Nous autres, on n’a pas le choix : on habite au Nouveau-Brunswick et on veut jouer un peu partout.

À chaque fois qu’on joue à Montréal, c’est un investissement. Tu gagnes des scènes, you know.

 

Êtes-vous un groupe de concours ?  Qu’est-ce que vous alliez chercher chez les Francouvertes ?

Je ne pense pas qu’on a fait de concours avant.  (Elle consulte les filles dans l’auto à savoir si elles ont fait des concours avant). Bin on s’est kind of rencontrées dans un concours pendant le secondaire, quatre ou cinq ans passé.  Mais non, on n’est pas très portées sur les concours.

L’aspect showcase des Francouvertes, c’est plus notre genre. C’est ça qui est nice. Tout le monde a le chance de jouer 30 minutes. T’as le temps de montrer ce que tu sais faire. Au Lion d’or et au Club Soda, en plus. C’est tellement des bonnes salles.

Julie Aubé. Photo par Pierre Bourgault.

Julie Aubé. Photo par Pierre Bourgault.

Avez-vous changé d’approche, ajusté le tir entre chaque étape ?

Non, parce que justement, on est toujours sur la route. On n’a pas beaucoup le temps de composer ou de faire de nouveaux arrangements. On a présenté le show des Hay Babies comme il est et ça a bien répondu. Alors on va faire encore le même show en finale.

Quels sont vos plans pour l’après-Francouvertes ?

C’est sur qu’on écrit tout le temps des chansons. On vient d’avoir une salle de répét’ à Moncton, on va commencer à faire de la pré-production bientôt. En mai et juin.

Il va falloir prendre du temps off the road et rester sur place pour écrire. Sinon, ce n’est pas possible, on n’a pas le temps du tout. C’est plus ça qui nous manque. Ça va faire du bien de juste être créatives ensemble. 

Même que le temps qu’on s’est alloué en mai et juin, ce sera probablement pas assez. Il va falloir faire quelque chose cet automne, arrêter de jouer si on veut vraiment faire un album. 

Vos commentaires