Major Lazer

Critique concert: Major Lazer, Poirier et A Tribe Called Red au Piknik Électronik

Vendredi 29 juin 2012 – Parc Jean-Drapeau (Piknic Électronik)

Le Piknik Électronik débutait sa série estivale “Piknic 10” hier soir, au Parc Jean-Drapeau, afin de célébrer les dix ans de l’événement. Au programme, nul autre que Major Lazer, projet musical du réalisateur et DJ Diplo (et anciennement en collaboration avec le producteur Switch, aussi mieux connus pour leur travail avec M.I.A.), DJ Poirier et A Tribe Called Red nous auront fait dansé toute la soirée.

Soirée qui a pourtant débuté lentement, un début plutôt tranquille, Poirier s’est mis aux tables tournantes dès 18h, par contre le public n’y était pas encore. Le soleil se couchait, il y avait une petite brise et seulement quelques personnes dansaient. Malgré l’attaque de moustiques au bord du fleuve St-Laurent, Poirier a tout de même livré, restant fidèle à sa marque de commerce, les bons beats reggae et dub et les classiques qui se sont enchaîné : des remix des Fugees (Ready Or Not), Chaka Demus & Pliers (Murder She Wrote) ou encore Sister Nancy (Bang Bang). À la fin de son DJ set, il a remercié la foule et a joué un morceau de son dernier EP : Alert Riddim EP.

Dès 20h, A Tribe Called Red ont pris le devant, dans une transition assez smooth entre le set de Poirier et celui du groupe. Basé à Ottawa, le trio vient tout juste de sortir son premier album en téléchargement gratuit ici:

 

Bien que le groupe est ensemble depuis longtemps, le public montréalais n’était peut-être pas encore familier avec la formation.Ils ont pourtant été très bien accueillis, la foule commençait à se réchauffer.

Les imageries sur les écrans nous rappelaient des chants africains aux allures très tribales. A Tribe Called Red, nom évidemment emprunté à A Tribe Called Quest, ont démontré leur amour pour le groupe en faisant un remix de Award Tour. Leur respect pour le hip hop old school a aussi été présent avec le tube de KRS One, Sound of Da Police.

Bref, le trio a bien animé la foule pour terminer avec le remix officiel du nouveau simple de Nelly Furtado, Big Hoops version drum n’ bass.

 

« Put your hands up » : impossible d’arrêter de danser

Le temps venu pour Major Lazer, la nuit a tombé et il était évident que le public n’attendait que ça.  « Put your hands up and jump » a vraiment été le thème de la soirée. Vêtu d’un costume et cravate, Diplo a survolé la foule dans les première minutes à l’intérieur d’une boule en plastique géante.

Suivi par des confettis, le signe coloré de Major Lazer sur les écrans faisait allusion au logo de MTV et nous laissait déjà éblouis par l’intensité des couleurs.

Major Lazer sait très bien comment animer une foule. Ils ont incité la foule à enlever leurs t-shirts (même les filles!) et tels les Red Hot Chili Peppers à Woodstock 1994, ils ont demandé de les lever en l’air et les tourner en rond. De même qu’ils ont demandé à la foule de s’accroupir et sur le compte de trois de tous sauter en même temps. Un moment mémorable.

Côté simples, on n’a pas été déçus : Hold The Line, Pon de Floor, Keep It Goin’ Louder, Original Don, et même Get Free avec Amber de Dirty Projectors ont tous été au rendez-vous. Les remix de Snoop Dogg, Rihanna, Beastie Boys, Sean Paul et d’autres classiques ont été mixés avec des extraits de dubstep de façon très fluide et on a même eu la chance d’écouter de nouveaux morceaux tels Bubble Butts qui ont confirmé à la formation que les filles de Montréal étaient
les plus belles au monde (après avoir invité des filles du public à « shaker leur junk in the trunk »!).

Un rappel de White Stripes a couronné la soirée, pour laisser tout le monde épuisé, mais satisfaits d’une bonne soirée dansante comme seul Major Lazer sait les faire. Un concert à ne pas manquer pour tous les amateurs de bonnes soirées dansantes aux saveurs reggae, dub, dubstep, dancehall et drum n’ bass!

* Major Lazer sera de passage au Festival d’été de Québec le 11 juillet, sur les Plaines d’Abraham. Le trio A Tribe Called Red sera pour sa part en prestation au Bluesfest d’Ottawa le 8 juillet.

Vos commentaires