Critique CD: Ice Cube – I Am the West


Ice Cube
I Am the West

Le rappeur américain et ex-membre du défunt groupe N.W.A Ice Cube nous présente son 9e albumI am the West (un 2e en 2 ans). Après le très potable Raw Footage en 2009, ce nouvel album (qui compte sur la collaboration de différents producteurs) déçoit et n’est pas à la hauteur de ce que O’Shea Jackson (de son vrai nom) nous offre depuis 1988.

Cette nouvelle formule à la production rend l’écoute un peu ardue. Il n’y a pas vraiment de suite logique comme sur Death Certificate ou même The War Album. Ne cherchez pas plus loin, cet album est pour la radio moderne et urbaine.


Je suis l’Ouest?

Est-ce que la fortune de 140 millions de Ice cube et ses nombreuses apparitions à la télé américaine lui ont monté à la tête avec un tel titre ? Non, cet appelation est volontaire, lui qui s’est aperçu qu’il peut moderniser son produit pour cibler une plus jeune génération, des fans qui vénèrent Jay-Z ou Usher…

Néanmoins, l’album est déjà rendu à son 4e extrait et vidéoclip (surprenant!). Les 2 premiers (I Rep the West et Drink the Kool Aid) sont dignes de mention car ils représentent bien notre « glaçon » favori. Cette dernière est la seule chanson « old-school » et la meilleure de l’album (de loin).

Elle a même fait jaser Dr.Dre et Eninem (I ain’t the Doctor – This ain’t the patient- This ain’t that nigga always on vacation – This ain’t no white boy’s rehabilitation), même si Ice Cube jure qu’il n’y a vraiment aucun lien avec ces 2 individus.

Hood Robbin’ est un autre bel exemple du talent d’Ice cube, qui avance l’idée que le rêve américain est en mauvaise posture, alors que la chanson Nothing Like L.A est un beau clin d’oeil à son épouse Kimberly, avec qui il partage sa vie (et 4 enfants) depuis 1989.


Plusieurs titres superflus

Il y a toutefois plusieurs pistes inutiles qui incitent à peser sur la flèche droite de votre lecteur audio: Y’all Know Who I Am, It Is What It Is, Fat Cat et All Day Every Day. Du remplissage ? Tout à fait, et c’est plutôt honteux.

Cet album est son pire depuis The Peace album et ne passera sûrement pas à l’histoire. Bref, 2 mauvais albums sur 9 et un aux 10 ans, ce n’est quand même pas si mal.

En juillet 2009, Ice cube et WC étaient venus à Montréal, au Théâtre Telus, et leur prestation n’était pas passé à l’histoire non plus. Espèrons qu’il reviendra à ses racines (old school) pour le prochain album..


Moments forts :
Drink the Kool Aid, Hood’ Robbin, I Rep the West

Moments faibles : Malheureusement, il y en a plusieurs…

Vos commentaires