Marina and The Diamonds

Critique album: Marina and The Diamonds – Electra Heart

Marina and The Diamonds - Electra Heart Marina and The Diamonds Electra Heart

Deuxième opus de la jeune Marina and The Diamonds, Electra Heart alterne entre pop facile et synthétisée et pop plus rock et plus travaillée.  

Les premières pièces ne sont pas vraiment représentatives du reste de l’album, donnant dans une pop un peu bonbon qu’on imaginerait parfois tout droit sortie du répertoire de Katy Perry (on pense surtout à Primadonna, Lies et même Hypocrates qui vient plus tard), elle confère à certaines de ses pièces une ambiance très années 80, sur Homewrecker et Bubblegum Bitch notamment qui elle détonne un peu du contenu restant.

Puis, au fil des chansons, on s’éloigne un peu de la facilité pop avec des mélodies de voix plus élaborées et plus intéressantes (Starring Role, Valley of the Dolls).

Au final, avec son très grand registre de voix, passant aisément des notes hautes aux plus graves, son look parfois vintage, parfois « Barbie », après plusieurs écoutes et en jetant un oeil à la pochette on se dit que Marina and the Diamonds, c’est comme si Lana Del Rey et Katy Perry avaient muté en une seule personne.

Electra Heart est un album qui s’apprécie au fil des écoutes, mais qui ne défonce rien à première vue. Il faut s’y attarder pour réellement en ressortir des subtilités sonores. Niveau pop accrocheuse, Marina and The Diamonds ne rate pas trop la cible, mais reste dans le déjà-vu.

 

Vos commentaires