Rétrospective 2014 | Top 10 – Albums Anglophones de l’année

Un Top 10 de l’année ? Wow, quelle idée originale, non!

Mi-décembre oblige, l’équipe de Sors-tu.ca s’est prêté au délicat jeu de la Rétrospective annuelle (avec un grand R). Chaque jour cette semaine, nous dévoilerons un palmarès résumant les coups marquants de l’année en musique :

– Lundi : Top 10 des albums anglophones

– Mardi : Top 10 des albums francophones

– Mercredi : Top 10 des découvertes de l’année

– Jeudi : Nos fameux #WIN, les bons coups de l’année, moments marquants et autres félicitations d’usage

– Vendredi : Nos infâmes #FAIL de 2014

 

De plus, question de se casser le bécyk encore un peu plus, nous avons décidé de mettre une douzaine de nos collaborateurs à contribution pour constituer non pas une ixième liste des coups de coeur de Truc-Machin-La-Blogueuse, mais bien un classement qui se veut représentatif de la variété des points de vue des collabos de l’équipe Sors-tu.ca.

Pas d’accord avec nos choix ? D’avis que (tel album) devrait s’y trouver ? La section commentaire au bas de l’article sert justement à ça ! On veut savoir ce qui vous a allumé cette année en musique.

Alors allons-y, on plonge :


 

POSITIONS 10 à 6

10- Kandle – In Flames

Extrait de la critique de Magalie Morin (10 mars 2014) :
« Honnêtement, on voudrait l’écouter chanter à peu près n’importe quoi, tant elle enveloppe, tant elle apaise. Elle nous plonge dans une atmosphère qui persiste longtemps après l’écoute, qu’elle ait été unique ou démultipliée. Chaque jour, on se lève avec un morceau différent en tête, nouveau ver d’oreille dont on ne veut absolument pas se débarrasser. »

9- Julian Casablancas + The Voidz – Tyranny

Sans contredit, c’est ce que Julian Casablancas a fait de plus pertinent depuis le premier album des Strokes : un album rock, aux influences heavy métal évidents, tout en rudesse tout en étant créatif et franchement punk dans la dégaine.

Du solide.

8- Timber Timbre – Hot Dreams

Extrait de la critique de Marc-André Mongrain (avril 2014) : « Il y a de ces groupes qui affinent leur son d’album en album sans jamais faire du surplace. Timber Timbre en est un bon exemple : après le brillant Creep On Creeping On de 2011, le groupe ressasse les mêmes ambiances brumeuses et les mêmes sonorités rétro-spaghetti, et aboutit avec son meilleur album à date. »

7- Alvvays – Alvvays

Une petite surprise, en provenance de Toronto. Le groupe indie pop canadien, formé en 2012 par Molly Rankin (fille de John Morris Rankin, du groupe The Rankin Family), frappe dans le mille avec son premier album. Justement le groupe sera de passage à Montréal jeudi soir (18 décembre) pour un concert à la Sala Rossa.

6- Lykke Li – I Never Learn

Extrait de la critique de Michèle-Andrée Lanoue (mai 2014) : « La suédoise Lykke Li clôt une trilogie avec son plus récent album I Never Learn où sa voix sublime raconte la rupture avec une fragilité d’une rare intelligence. Un écrin épuré pour les âmes romantiques. »

La suite par ici : ↓

Vos commentaires