Ariane Moffatt

FME 2015 – Jour 1 | «FME, tu es splendide»

Comme le veux la tradition, c’est tout Rouyn-Noranda qui se transforme pour accueillir son FME. Partout, commerces, maisons, trottoirs, rues et ruelles sont habillés des couleurs 2015, soit le jaune et le rouge et arborent fièrement les langues de serpents quand ce n’est pas le cobra lui-même. Comment ne pas y succomber ?

C’est à Ariane Moffat que revenait l’honneur de lancer l’édition 2015 du FME. Visiblement, elle savourait cet honneur qui marquait également la fin de sa tournée estivale. Elle l’a d’ailleurs mentionné à quelques reprises, soulignant au passage la chaleur de la soirée qui était bien loin des célèbres soirées froides de l’Abitibi! «FME, tu es splendide» a-t-elle lancée. Le public lui aussi partageait son enthousiasme, s’enflammant dès les premières notes.

Faut dire que la table aux allures électro-pop avait été mise par les deux groupes d’ouverture, soit Syzzors et Doldrums. Ce dernier, à la voix plus féminine, était accompagné par un drum et ses multiples tables électroniques. En plus de danser et de chanter, souvent le micro sous le bras!

C’est donc dans cette atmosphère électrique qu’Ariane a fait son entrée sur une scène plutôt minimaliste côté instruments. Définitivement, on avait affaire à une soirée électro et tous les succès (Debout, Je veux tout, Tous les sens) sont passés dans la ‘machine’ pour ressortir complètement métamorphosés.

Même le célèbre In the air tonight de Phil Collins, dans un moment nostalgie, a été revisité et a donné lieu à un passage à la batterie d’Ariane Moffat qui s’était réservé LE moment intense de la chanson. Soulignons l’énergie et la présence sur scène de ses comparses, soit Laurence Lafond-Beaulne (Milk & Bone), Étienne Dupuis-Cloutier et Jonathan Dauphinais (et son étrange key-bass).

C’est seule à sa guitare qu’Ariane a terminé la soirée avec Montréal au grand dam du groupe Barraso qui avait déjà commencé à jouer croyant le spectacle terminé.

 

Découvrir l’Abitibi par sa musique

De pair avec l’ouverture de festival, la ville de Rouyn-Noranda en partenariat avec Icimusique.ca a lancé une webradio (icimusique.ca/webradio-abitibi-temiscamingue). Sous forme de liste de lecture concoctée par Félix B. Desfossés, on y retrouve 78 chansons de plus de 48 artistes qui ont soit été inspirés par l’Abitibi-Témiscamingue ou encore proviennent du terreau artistique fertile qu’est la région.

Le lancement a été aussi l’occasion « d’introniser » dans le nouveau temple qu’est le fraîchement rénové Petit Théâtre du Vieux-Noranda, la guitare de Jérôme Lemay, l’un des deux Jérolas qui est natif de Rouyn-Noranda. La fameuse Gibson se démarque puisqu’elle est la seule guitare québécoise à avoir foulé les planches du célèbre Ed Sullivan Show.

Ce fut également un moment unique pour l’artiste Louis-Philippe Gingras de gratter ses cordes pour y jouer le succès de Jérolas, Méo Penché, et deux nouvelles compositions dont Vieux-Noranda en hommage au fameux quartier où se déroule le FME.

Vos commentaires