Critique | BadBadNotGood pour l’ouverture du Théâtre Fairmount de Montréal

Ce dimanche 1er mars a été marqué par l’ouverture du nouveau Théâtre Fairmount. Une première soirée célébrée en grande pompe avec le Red Bull Bass Camp Montréal (RBMA Bass Camp) et la venue de BadBadNotGood dans ce tout nouveau lieu. Explosif !

Les petits plats dans les grands pour la ré-ouverture de l’enceinte. La direction pour le coup n’a pas fait les choses à moitié. Non seulement le Théâtre Fairmount a été choisi par l’édition Red Bull cette année, mais en plus le trio BadBadNotGood pour inaugurer les lieux. Une soirée haute en énergie !

Une belle grande salle

Peau neuve. C’est peu dire. Le tout nouveau Théâtre Fairmount a véritablement tout pour plaire au plus grand nombre d’entre nous. Une scène au centre de la salle. Et le public au même niveau que les artistes gravitant tout autour. Des plateformes plus hautes que d’autres et des rambardes le long desquelles le public peut s’assoir sur des sièges. Le bar est accessible à tous et donne vue sur la scène.

La proximité avec les artistes est de mise au Théâtre Fairmont. Et ça, c’est plus qu’appréciable! Pureté dans la luminosité qui se contente de néons au plafond. Un concert intimiste au plus près du groupe.

Une débauche d’énergie

Bon sang, que ce concert était intense! Parfois les instruments et l’énergie dégagée par un band fait l’affaire. Les paroles sont inutiles. C’est le cas avec BadBadNotGood. Des compositeurs hors pairs qui ont déployé une telle fougue sur scène.

Ils ont réussi à faire se soulever la foule. Chaque musicien vit le moment à fond. Batterie, basse, et clavier. Rien de plus. Excepté une trompette et un saxophone. De vives mélodies. Certains moments nous font partir en transe. Les têtes bougent, et les mains claquent. Beaucoup de changements de rythme également qui donnent au live un meilleur goût. Chacun y va de son solo. Le bassiste fait rêver et harangue la foule autant de fois qu’il peut, quand c’est pas le batteur qui gueule au micro et fracasse ses tambours.

Hommage à la scène montréalaise

BadBadNotGood n’hésite pas non plus à remercier tout le monde, sans exception. Se livre au travers du micro monopolisé par le batteur. Ne cache pas non plus le plaisir qu’ils ont de revenir à Montréal. La scène montréalaise les fait rêver. Et la ville en elle même les inspire. Rend également hommage aux artistes comme Jacques Greene, Tommy Kruse, Lunice et même Kaytranada, présent ce soir là (à confirmer). Ils pousseront l’hommage jusqu’à une reprise du titre Bugg’n du projet TNGHT (Lunice et Hudson Mohawke) en version rock/jazzy. Un caviar démentiel!

Ce dimanche, le Théâtre Fairmount a ouvert ses portes de la meilleure des manières! Un concert de grande envergure avec la venue de BadBadNotGood. Électrisant, transcendant! Plein d’énergie et de modestie. Car il ne faut pas l’oublier, le band compose pour nombre d’artistes de renoms et dernièrement avec Ghostface Killah (Wu Tang-Clan) sur leur tout nouvel album : Sour Soul.

Le travail de compositeur est une chose. En faire un live s’en est une autre. Et BadBadNotGood le fait à merveille!

Vos commentaires