Breakbot
Critique Publié le

Breakbot au Théâtre Fairmount | Disco Jesus à Montréal

La communauté française toute entière s’était réunie au Théâtre Fairmount mercredi soir afin d’aller prier leur « Disco Jesus » en personne. Plus connu sous le nom de Breakbot (mais de son vrai vrai nom Thibaut Berland), le musicien s’est avancé derrière ses claviers, tout de blanc vêtu, accompagné par un air de musique classique et a débuté le spectacle avec une pièce instrumentale.

Son fracassant succès Baby I’m Yours a probablement hanté tous les bars et toutes les soirées dansantes de la planète, sans jamais nous offrir autre chose à se mettre sous la dent, depuis 2012, à notre grand désarroi. Fier représentant de la French Touch, Breakbot fait partie de la classe des musiciens qui inspirent et expirent le Funk depuis la naissance, du moins c’est ce que son album By My Side (2012) donnait comme sensation.

Il nous revient en 2016 avec Still Waters, un album qui a pris la tangente vers le Nu disco de façon assez subtile, pour s’éloigner de la finesse de la French touch; à certains moments, on l’a presque confondu avec David Guetta (les cheveux longs pis toute).

Pour les fans de l’ancien album, ça a fait un petit pincement au coeur qui a vite fait de se faire oublier dû à l’urgence de danser. Le bassiste (vraiment excellent) a troqué sa basse pour la guitare électrique à plusieurs reprises durant le spectacle pour nous envoyer des riffs à la Daft Punk et a pour ainsi dire volé la vedette à Breakbot. Bien que Irfane et Yasmin, les deux chanteurs de la bande, ont un groove prometteur, les meilleurs moments de la soirée demeurent les pièces instrumentales (ou quasi-instrumentales), celles qui distillent l’essence même de l’électro-funk.

Preuves à l’appui:

Quelques morceaux du nouvel album nous ont étrangement ramené en début d’années 2000 avec des airs plutôt RnB réinventé. Plus particulièrement, cette chanson qui détonnait tout à fait du reste de l’album. Oups.

La prestation en beauté lorsque la foule a grimpé sur la scène pour rejoindre les musiciens et prendre quelques selfies.

 

Fonkynson et De Lux en ouverture

La première partie de la soirée était assurée par le Montréalais Fonkynson, qui a certainement une brillante carrière devant lui. Une belle entrée en matière pour celui qui lancera son premier album intitulé #FollowMe le 27 mai prochain.

Quant à De Lux, belle découverte! À mi-chemin entre le indie et le post-punk, il nous ont gueulé dans les oreilles et on a pas mal aimé ça.

Vos commentaires