Zeds Dead
Critique Publié le

Bluesfest d’Ottawa 2018 – Jour 9 | Grandtheft et Zeds Dead

Vendredi soir, le DJ Grandtheft a envenimé la foule juste avant l’arrivée du célèbre duo de musique électronique Zeds Dead.  Vers 20h45, le DJ a commencé en force malgré la fine pluie qui tombait sur la capitale et a joué des chansons clef pour capter l’attention des festivaliers. 

Alors que beaucoup de spectateurs se tenaient d’abord vers l’arrière du terrain en observant la scène au loin, certains n’ont pas hésiter à se rapprocher de la foule pour s’émerger dans l’ambiance après quelques minutes.

Ils ont eu à dépenser beaucoup d’énergie alors que le DJ canadien les invitait constamment à sauter et danser. La sélection de chansons classiques comme Soundclash de Flosstramadus, Lose Yourself du rappeur Eminem, The Next Episode de Dr. Dre et l’intemporel Seven Nation Army de The White Stripes était loin d’être novatrice, mais a tout de même eu son effet sur la foule qui s’est fait un plaisir à chanter en choeur pendant ces instants de nostalgie.

Grandtheft a par ailleurs joué son grand succès Easy Go au grand bonheur des festivaliers : c’est un des seuls moments où la foule chantait en choeur une création de l’artiste. Les effets visuels ont également su apporter un bel effet au spectacle tout au long de sa performance.

Malgré tout, Grandtheft a complètement électrisé son auditoire, remix après remix, l’énergie était à son comble. Son « set » fut presque impeccable : le seul hic était qu’il ait un peu su profiter de l’utilisation de chansons trop « mainstream ». Cependant, dans l’ensemble, Grandtheft a certainement plu aux amateurs de musique électronique et répondu à leurs attentes, en donnant un peu de tout à chacun.

Il a terminé son spectacle en beauté avec sa chanson Number One, en collaboration avec le DJ populaire Major Lazer. Chose certaine, c’est que le DJ basé à Toronto a su réchauffer avec brio son public avant l’arrivée de la tête d’affiche de la scène Blacksheep.

 

Zeds Dead : bien, sans plus

Vers 21h45, ce fut le moment tant attendu des festivaliers : la pluie avait cessé et ils avaient eu un avant-goût d’un spectacle digne de ce nom juste avant l’arrivée du célèbre duo de DJ canadiens Zeds Dead. À leur arrivée, c’était l’hystérie.

Malgré les attentes, le spectacle fut bon, mais sans livrer une performance hors du commun. Les DJ n’ont pas su être à la hauteur de ce à quoi ils sont réputés, alors que plusieurs moments de leur performance étaient assez lents. C’est plusieurs minutes que la foule passait à anticiper le prochain moment fort, ce pourquoi c’était parfois difficile à bien suivre.

À certains temps, Zeds Dead ne tardait pas à jouer des chansons bien appréciée dans le monde de la musique électronique – comme Take Ü There de Jack Ü (duo formé de Skrillex et Diplo), mais à d’autres, c’était bien plus long avant de passer à une chanson entrainante.

Du côté des effets visuels, c’était bien ordinaire : des motifs et lasers qui défilent de manière aléatoires, mais on était loin d’avoir vu un visuel novateur, comme c’est souvent le cas dans les performances du DJ Excision, par exemple.

Point positif, c’est que les chansons originales du groupe – comme Frontlines ou Where the Wild Things Are – qui ont raviver les festivaliers. L’énergie dégagée lors de l’écoute de ces productions originales reflétaient bien l’appréciation du duo de DJ des amateurs d’EDM.

Après une série de moments forts et de moments plus faibles, le spectacle s’est enfin terminé sous le coup de confettis rouges pour marquer la clôture de la soirée. Sans aucun rappel de la foule, Zeds Dead a quitté la scène Blacksheep vers 23h après avoir laissé des fans satisfaits, mais sans plus.

Artistes
,
Villes
Salles

Vos commentaires