Yelawolf
Critique Publié le

Yelawolf au Théâtre Corona | Début de tournée qui sonne comme un début de tournée

Le rappeur (ou artiste country, ou rocker, dépendamment de qui en parle) était au Corona (ou Théâtre Virgin Mobile, dépendamment de qui en parle) ce jeudi pour la première date de sa nouvelle tournée. Et ça paraissait un peu, que c’était la première date.

Yelawolf a un excellent sens du spectacle. Et du spectaculaire. Dès les premiers instants de sa performance il a craché certains des plus complexes et rapides versets de son répertoire, prenant bien soin de lancer le micro par terre à la fin de ceux-ci.

Puis, il est monté sur la table de son DJ, il a lancé sa bière dans le public, il a ramassé un grand drapeau dans la foule, qu’il a ensuite paradé sur la scène, il a levé son chapeau à la mémoire de feu Merle Haggard (décédé cette semaine), il a incité tout le monde à graver son CD tant que c’était pour le donner à quelqu’un d’autre, etc.

Un bon gars, avec une bonne énergie.

Mais y’a aussi des accrocs :

Il a tenté un wall of death, mais la très grande majorité de la foule ne semblait pas trop comprendre ce qui se tramait fait que ce fut un pas pire flop.

Son guitariste a glissé et est tombé, et, pour extérioriser sa colère, il a lancé sa guitare par terre. C’était très cool à voir sur le coup, mais beaucoup moins cool après, parce qu’il a dû jouer avec une autre guit dont le son était moyen.

Son DJ a lancé un tambourin dans la foule, dans un excès de générosité, mais il a été obligé de la redemander deux fois à la fin du show, parce qu’il en avait besoin et que c’était son seul tambourin.

Donc rien de majeur, simplement des petits trucs qu’ils amélioreront certainement au cours de la tournée.

Fefe Dobson

Ce qui était le plus décevant par contre, c’était la première partie de la soirée, assurée par la Canadienne Fefe Dobson.

À la base, le mix Fefe/Yelawolf est à peine croyable. Mais les deux artistes sont tourtereaux, et Fefe a évolué depuis ses années pop bonbon, donc on se dit « eille peut-être que ça peut marcher ».

Nope.

La musique de Dobson est peut-être plus rock qu’à ses débuts, mais reste qu’en spectacle, surtout en première partie où ton travail est de réchauffer la foule, le résultat était très très mou. Et l’attitude blasée de la dame n’aidait pas.

Ceci étant dit, elle est revenue à la fin en duo avec Yela et c’était cette fois plutôt réussi. Les chansons plus récentes du rappeur tournant vers la pop étaient un juste milieu entre la vision des deux artistes, et on peut peut-être espérer les entendre encore ensemble sur le futur album de Yela, Trial by Fire.

Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires