Rétrospective 2010-2019
Nouvelle Publié le

Rétrospective 2010-2019 | Nos 20 albums internationaux de la décennie!

La deuxième décennie des années 2000 tire à sa fin, et plutôt que de vous servir l’habituelle rétrospective des albums qui ont marqué notre équipe cette année, on a plutôt décidé d’y aller pour une rétrospective… de la décennie! Retour aujourd’hui sur les 20 albums internationaux qui ont fait vibrer le coeur et les oreilles de notre équipe de rédaction.

Afin de compiler les résultats que vous verrez ci-bas, nous avons procédé à un vote en deux rondes auprès d’une vingtaine de nos collaborateurs. Cet exercice n’a rien de scientifique, alors si vous n’êtes pas d’accord avec les résultats, nous vous invitons à nous partager votre avis dans des termes respectueux au bas de cet article.

Écoutez d’abord notre playlist :


 

Allons-y avec nos 20 albums préférés, dans l’ordre !

20. Arctic Monkeys – AM (2013)

Les Arctic Monkeys étaient des superstars dans leur Royaume-Uni natal dès la sortie de leur premier album en 2006. Le succès les a suivi à chacun des albums suivants un peu partout sur la planète, sauf en Amérique du Nord. Mais grâce à un riff de guitare profond et hypnotisant sur Do I Wanna Know, le public d’ici a enfin compris la perle qui se cachait en Grande-Bretagne. Ça aide que AM est rempli à raz-bord d’hymnes rock accrocheurs aux extrémités juste assez sombres. Avec leur cinquième album, le groupe s’amuse autant à balancer des chansons dansantes à la Snap Out of It et des riff à la limite du métal sur Arabella qu’à jouer aux crooners sur I Wanna Be Yours. Tout ça avec des textes aussi brillants que délirants.

Estelle Grignon

19. Frank Ocean – Channel Orange (2012)

Peu de gens comprenaient exactement ce qu’ils avaient dans les mains lors du doux jour de juillet où Frank Ocean a fait paraître son tout premier album studio. Channel Orange était une capsule intemporelle, un album qui explore les styles musicaux comme s’il n’y avait ni frontières, ni limites. Globalement, on peut parler de R&B, mais ce ne serait pas assez pour expliquer concrètement ce que le jeune chanteur offre. Frank est influencé par le psychédélique, le jazz, l’électronique, le hip-hop et la pop. Et l’amour aussi, dans tous ses recoins et toutes ses couleurs. Mais surtout l’orange, couleur qui le ramène à l’été de son premier boy crush et source d’inspiration de l’album. Channel Orange, c’est la confirmation que Frank Ocean est l’un des meilleurs auteurs-compositeurs de sa génération, capable de ballades éparses et intimes, oui. Mais aussi d’odyssées grandioses qui nous amènent de l’ombre des pyramides aux néons du bar de danseuses.

-Estelle Grignon

18. LordeMelodrama (2017)

L’attente aura porté fruit. Quatre ans après le phénomène Pure Heroine, Lorde revient avec Melodrama, résultat d’une étroite collaboration avec Jack Antonoff, connu pour son travail sur 1989, Reputation et Lover de Taylor Swift. Melodrama est la preuve que le talent de Lorde n’est pas qu’un feu de paille. Toujours aussi linéaire dans son approche, l’album est agencé de manière à pouvoir bien suivre (et ressentir). Lorde continue ainsi son coming-of-age avec un album moins minimaliste mais tout aussi épuré, un album où l’on découvre une Lorde plus fêtarde (avec notamment Homemade Dynamite) mais aussi parfois plus triste (avec Liability). Explorant davantage, Lorde se permet d’ajouter astucieusement des chansons moins conventionnelles (comme Liability (Reprise) et Hard Feelings/Loveless) et ajoute du piano à son album, rendant le projet beaucoup plus authentique. S’il faut encore attendre 4 ans pour un nouvel album de Lorde, nous saurons que l’attente en vaudra la peine.

– Philippe Granger

17. Beach House – Bloom (2012)

Beach House fait partie de ces rares artistes qui ne peuvent jamais se tromper. Bloom, c’était le quatrième album de la formation, qui se taillait déjà une place de chouchou chez les critiques. Sauf qu’ici, le dream pop du groupe atteint l’équilibre parfait entre les aspirations plus lo-fi des premiers albums et un son de plus en plus organique. Le tout est encore une fois transporté par la voix éthérée de Victoria Legrand, qui agit comme une présence de l’au-delà. Mêlée à des textures réfléchies et enveloppantes, chaque chanson sonne comme un petit miracle, comme un moment d’extase embouteillé sous vide. Seize albums ont été votés comme étant « meilleurs » que Bloom dans cette liste. Je vous assure toutefois qu’il n’existe pas autant d’albums aussi beaux, tout simplement, que Bloom dans cette décennie.

-Estelle Grignon

16. The War On Drugs – Lost in the Dream (2014)

Adam Granduciel en a broyé du noir pour en arriver à l’écriture des chansons qui constituent cet excellent album de The War On Drugs, surement le meilleur du groupe (à date). Musicalement, le groupe est au sommet de son art, les guitares s’entrecroisant pour créer une courtepointe à la croisée du rock et de l’Americana. Merveilleux dans les arrangements, génial dans les compositions, ajoutez à cela l’interprétation vocale qui véhicule tout ce qu’il faut de chagrin, de profondeur et d’intimité pour en faire un des grands albums de la décennie.

– Marc-André Mongrain

15. Frank Ocean – Blonde (2016)

À l’été 2016, cela faisait une éternité qu’on attendait le deuxième album de Frank Ocean. Puis, le 19 août, le voilà enfin. Frank Ocean fait paraître… un album visuel exclusif à Apple Music. Mais coup de théâtre: le lendemain, Blonde fait son apparition sur iTunes. Sans rien enlever à Endless, qui permet à Ocean de sortir de son contrat avec Def Jam, Blonde est véritablement l’album qu’on n’espérait plus de Frank Ocean. Ce nouveau projet bâtit sur les influences présentées sur Channel Orange, avant de briser tous les murs possibles. Les chansons sont libres de se développer, les styles se mélangent à même chaque pièce et de nouveaux fragments mélodiques se font découvrir à chaque écoute. Rarement a-t-on entendu un auteur-compositeur-interprète autant en contrôle de son art. Oui, l’album possède plusieurs chansons-clés qui s’écoutent assez bien individuellement. Mais la force de Blonde réside dans l’univers que Frank Ocean crée, donnant un album qu’on se doit d’écouter du début jusqu’à la fin au moins une fois. Ensuite, libre à nous de le réécouter encore et encore, autant pour y découvrir de nouveaux détails que pour revivre l’expérience une autre fois.

-Estelle Grignon

14. Maggie Rogers – Heard It It A Past Life (2019)

Maggie Rogers nous donne probablement un avant-goût de ce que la prochaine décennie nous réserve. Proposant une folk-pop colorée, Rogers agence parfaitement sa voix ensorcelante à des sonorités très variées, et surprend par l’exploration de ses relations interpersonnelles sous une lunette introspective. L’artiste américaine n’hésite pas à reconnaître son aveuglement amoureux dans Say It ou son désir de stabilité émotionnelle dans On + Off. Largement connotée par un sentiment de selfcare (« if you lie to me, I’m gone », entend-on dans Overnight) et une empreinte féministe (illustrée simplement par le titre Back in My Body), Heard It in a Past Life ne ressemble à rien d’entendu auparavant.

– Philippe Granger

13. Lana Del Rey – Norman Fucking Rockwell! (2019)

Lana Del Rey a une constance impressionnante. De manière paradoxale, elle réussi à garder son style nonchalamment sensuel à travers ses nombreux albums et, pourtant, il est très facile de tous les distinguer. Lana Del Rey se surpasse à chaque album, et le prouve à nouveau avec son dernier opus. Avec Norman Fucking Rockwell!, Lana Del Rey se montre plus franche, moins sulfureuse. Ayant moins peur d’expérimenter, elle offre Venice Bitch, une pièce de 10 minutes, troublant par sa prestance notre perception du temps qui passe. Dans sa plus belle pièce, The Greatest, Lana Del Rey partage sa nostalgie traditionnelle en confiant « I miss New York and I miss music ». Lana Del Rey a la force d’avoir créé son propre style: aucun.e autre artiste populaire n’arrive à l’atteindre dans ce créneau, lui permettant de s’y baigner à son aise. À notre plaisir.

– Philippe Granger

12. Parquet Courts – Wide Awake! (2018)

À un certain moment, Parquet Courts représentait un vent de fraîcheur sur la scène punk. On aimait leurs chansons accrocheuses, bien garage et juste assez garrochées. Mais voilà qu’en 2018, le quatuor décide d’aller plus loin. À la grande surprise d’à peu près tout le monde, le groupe fait affaire avec le producteur Danger Mouse. Le résultat est un album qui va au-delà de tout ce que Parquet Courts a pu faire auparavant. On y retrouve un groupe aux sensibilités funk, post-punk et dansantes, avec une pointe de politique bien aiguisée. Le tout est présenté avec une aisance et une fluidité nécessaire pour en faire une écoute démentielle, avec ou sans les paroles. Parquet Courts a toujours eu un petit quelque chose de spécial qui les démarquaient du reste. Avec Wide Awake!, on a enfin pu mettre le doigt dessus.

-Estelle Grignon

11. A Tribe Called QuestWe Got It from Here… Thank You 4 Your Service (2016)

A Tribe Called Quest aura été l’un des groupes les plus marquants du hip-hop des années 90. Et longtemps, on croyait que le groupe y resterait figé. La formation avait fait quelques spectacles au milieu des années 2000, mais la possibilité d’un sixième album semblait utopique. Mais voilà que le destin a frappé. Le groupe a fait une première performance télé le soir des attentats de Paris de 2015, et Phife Dawg commençait à souffrir de complications liées à son diabète. Un sentiment d’urgence a envahi les légendes du rap, menant à la sortie improbable de We Got It From Here… Et il s’agit de bien plus qu’un simple tour de victoire: en 2016, les messages de paix, d’amour et d’urgence du groupe étaient nécessaires plus que jamais. Si bien qu’il ne pouvait pas prévoir à quel point le refrain de We The People… serait autant d’actualité à la sortie de l’album, le weekend après l’élection de Donald Trump. «All you Black folks, you must go/All you Mexicans, you must go/And all you poor folks, you must go/Muslims and gays/Boy, we hate your ways»

R.I.P Phife

-Estelle Grignon

Voir notre Top 10 (très POP) par ici :

Événements à venir

Vos commentaires