FLIP Fabrique
Critique Publié le

Montréal Complètement Cirque 2016 | Première mondiale de Transit (de Flip Fabrique) : Du cirque rock

C’est en se tenant derrière un lutrin en forme de cadre de vélo multicolore que le maire de Montréal, Denis Coderre, a souligné le talent circassien québécois avec le lancement jeudi soir à la TOHU de la 7e édition de Montréal Complètement Cirque. «À Montréal, a dit le maire, tout est possible. C’est un centre de créativité qui en fait la plus belle métropole du monde. Ce festival est celui du cœur d’enfant.»

Ironiquement, c’est une compagnie de Québec, Flip Fabrique, qui ouvrait le bal avec, en première mondiale, son deuxième spectacle haut en couleurs et en émotions, Transit.

La compagnie québécoise a été formée en 2011 par des finissants de l’École de cirque de Québec, dont la rivalité avec l’École nationale de cirque de Montréal fouette les troupes. Ils sont cinq gars et une seule fille, un ratio semblable à Montréal où les finissants de l’École nationale de cirque, cuvée 2016, sont composés de 23 gars et de seulement cinq filles.

Photos: Norbi Whitney

Photos: Norbi Whitney

Transit est un spectacle concept qui réinvente les différentes disciplines du cirque qui y sont exploitées. D’abord, pas de piste de cirque, mais une configuration de salle à l’italienne. Le décor, ingénieux, d’Ariane Sauvé est constitué d’une imposante empilade de caissons destinés au transport aérien par cargo. Les artistes ne feront pas que grimper dessus, mais les utiliseront comme accessoires principaux à toutes sortes de fins, c’est-à-dire de prouesses d’un cirque nouveau genre. Le voyage sera fait avec la compagnie Air-Transit qui cherchera constamment à créer de l’émotion chez les voyageurs devant l’éternel que nous sommes.

Partout à la fois, ils jonglent à deux avec des balles fluo jaunes, ils s’amusent comme des enfants dans une cours d’école en se défiant à plusieurs avec des diablos endiablés, ils volent et dansent dans le vide avec les sangles, ils réalisent des acrobaties vraiment vertigineuses, ils réinventent la corde à danser avec un haut degré de difficulté, ils jonglent à plusieurs cette fois avec des quilles qui à la volée changent de couleur sous nos yeux ébahis.

Maître du cerceau

Photos: Norbi Whitney

Photos: Norbi Whitney

Livrée à elle-même, ou interpellée par les autres qui lui en ajoutent, Jade Dussault est une véritable virtuose du cerceau. Elle paraît avoir quatre bras et quatre jambes, avec un équilibre parfait des hanches. Les éclairages de Bruno Matte apportent aussi une nouvelle dimension à son jeu, juste et fluide.

Le concepteur sonore Antony Roy ajoute pour sa part aux numéros une sensation de risques, même calculés, et leur donne un aspect de cirque rock, tellement on est loin du traditionnel. Les artistes parlent, crient, s’exclament, s’interpellent, s’époumonent ou se montrent contents et satisfaits, ce qui rend aussi ce cirque très théâtral.

Le spectacle de 75 minutes mis en scène par Alexandre Fecteau communique une bonne humeur généralisée, en même temps que l’époustouflante impression de maîtrise, de force et d’adresse dont font preuve ses exécutants et qui nous dépasse.

Le numéro final, avec un trampoline déplié et fixé devant nous, et dont il ne faut rien dire pour ne pas enlever l’effet de surprise, est d’une absolue beauté. Encore là, du jamais vu!


* Transit, de Flip FabriQue, est présenté à la TOHU! jusqu’au 16 juillet prochain, dans le cadre de Montréal Complètement Cirque. Détails et billets par ici.

 

Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires