ZAZ

Les bonnefemmes sortent #1 | Oh my GIF, on va voir ZAZ au Centre Bell!

Il y a déjà quelques mois que j’ai fait la demande pour couvrir le show de Zaz, le 26 avril, au Centre Bell. Pas parce que je trippe sur elle, mais parce que j’ai créé une merveilleuse petite humaine qui elle, l’adore. Alors en plus de demander de couvrir le show, j’ajoutais une condition de Diva (ma première À VIE): ma fille m’accompagnerait, ou je passais c’vendredi-là devant mes programmes de meurtre, en mou, la yeule pleine de biscuits Grissol.

Je ne pensais jamais que ça allait marcher. Jusqu’à ce que je reçoive ce message à genre… neuf heures du show.

OH MY GIF! Ma fille allait TRIPPER toutes sortes de balles!!!

Et OH MY GIF, moi, la pire gardienne de secret qui existe, devait fermer son immense trappe du moment où ma princesse descendra de l’autobus jusqu’à notre arrivée au Centre Bell. Les quatre heures les plus longues de ma vie, mes amis. J’ai eu moins de contractions corporelles quand j’ai accouché de c’t’enfant-là.

 

 

Pis ensuite…

 

Mais je réussis. Même si j’ai choké mon plan de base: lui faire croire qu’on allait chez le pédiatre pour des vaccins. Mais quand même, elle ne se doute de rien.  Elle croit qu’on s’apprête à passer une soirée de filles. Dans sa tête, on vit une mauvaise chanson de Marie-Chantal Toupin.

Pis là, on arrive devant le Centre Bell. Pis elle comprend.

Ceci sera la première vidéo filmée dans le mauvais sens qui vous gossera pas.

 

Sa face, avec son p’tit parapluie de La Reine des neiges, man. My god.

 

On arrive pour la première partie, pis il fait trop noir pour trouver nos sièges. On pogne les deux plus proches, pis tout le long, j’me dis qu’on a pris la place d’un couple princier saoudien qui a fait fortune dans l’immobilier et les 6/49. Bref, les places sont ben trop bonnes. La première partie aussi. Claudio Capéo, c’est la version masculine de Zaz. C’est… Zoz?  C’t’un gamin de 34 ans à qui on a envie de chanter des berceuses pendant qu’il nous chante des berceuses. Attachant, attendrissant pis pas dur sur l’oeil pantoute. Si la madame à côté de moi avait pas chanté tout le long du set pour montrer à tout l’monde qui s’en sacre qu’elle connaît les paroles de toutes les chansons, j’aurais capoté sur la première partie. Claudio Capéo gagne vraiment à se faire connaître. J’m’ennuie de lui, juste pour vous dire.


 

Et maintenant… Zaz

Entracte. Il est presque 21h. Livia commence à être brûlée. C’pas facile, la première année, you guys. Il fait assez clair pour qu’on trouve nos vrais sièges.

Laissez-moi vous parler de nos vrais sièges.

On est pratiquement au parterre. Y’a une grosse couverture en tissus de rideau de scène; t’sais, un beau tissus qui  a l’air au dessus des moyens du p’tit peuple, là. Le rideau est relevé juste par-dessus de nos deux sièges. Sérieux, Evenko, vous êtes des anges. J’ai pitché trois trente sous par terre parce que pour un soir, j’ai eu l’impression que j’pouvais me l’permettre.

Zaz embarque sur scène avec son énergie de p’tite puce de quatre ans et demi. Le Centre Bell est rempli de gens venus voir cette partie d’eux qui est trop souvent endormie. Ses succès upbeat soulèvent la foule qui ne demande que ça, tandis que ses tounes plus rock, plus relax, l’endorment: le tiers du public est composé d’enfants convaincus qu’ils resteront éveillés jusqu’à minuit.

 

Les projections sont débiles, Zaz est à croquer, mais il y a des longueurs. C’est la seule chose que je peux reprocher au show. J’aurais coupé dans le drama pis enchaîné les tannanteries. Deux heures et quart de show avec une première partie quand t’as ben des fans qui viennent d’apprendre à écrire en lettres attachées, c’est un peu too much, DIT LA MÈRE QUI DOIT ATTENDRE UN TAXI PENDANT UNE HEURE À’ PLUIE BATTANTE AVEC UNE PRINCESSE DE 45 LIVRES ENDORMIE DANS SES BRAS.

Une princesse qui m’a prise dans ses bras en me disant que ce billet est le plus beau cadeau qu’elle ait reçu. Une princesse que j’ai vu pleurer de joie pour la première fois. J’ai jamais eu un enfant qui a pleuré de joie. Ça te décompose une mère, ça. On a passé cinq minutes à brailler, enlacées, dans nos sièges à mille piasses.

En gros, on a été reçues comme des reines pour voir le show de deux artistes impossibles à détester.

 

Ladies and gentlemen, notre plus jeune critique EVER

J’avais prévu terminer cet article avec une série de questionnements débiles, genre « Quand Zaz se cogne le p’tit orteil sur un coin de table, est-ce qu’elle crie ou est-ce qu’elle chante du Groovy Aardvark? », « Est-ce que Zaz a déjà vomi? » ou « Quand elle est toute seule, est-ce que Zaz mange du pâté chinois sans ustensiles en braillant? »; mais je préfère laisser une place à la plus jeune collaboratrice de Sors-tu.ca, Livia Deraiche (7 ans).

Voici sa critique du spectacle de Zaz :

J’ai adoré! Mon moment préféré, c’était quand j’écoutais ses chansons. À la fin j’étais un peu fatiguée parce que c’était très très long mais au début j’étais super contente. J’ai jamais su que j’allais la voir; ouh! Ouh! Ouh! J’ai adoré tellement. Superbes places. C’était trop amusant, et c’était une soirée de filles! La chanson que j’ai le plus aimé entendre c’était toutes les chansons.

J’ai adoré ses robes; elles étaient trop belles. Quand elle jouait de la musique avec ses mains et ça faisait « Wouwouwou! », c’était superbe! J’ai adoré Zaz, c’est la meilleure chanteuse!

J’ai pas trop aimé être fatiguée car je voulais entendre toutes les chansons comme il faut.

Je vais me rappeler de tout le spectacle de Zaz. Et j’ai pas entendu de blagues. OH, MAMAN, IL Y A UNE ARAIGNÉE DANS LA CUISINE!

Oh et le pop corn était bon. J’ai tellement aimé Zaz que je veux tout avoir de Zaz! J’aimerais encore voir quand Zaz parle de ce qu’elle rêve d’être quand elle va être une maman!

Maintenant, je vais essayer de mettre ma pince à cheveux sur mon pouce!

Je n’ai rien à ajouter, à part OH MY GIF!

 

Photos en vrac

Événements à venir

Vos commentaires