Laurence-Anne

Laurence-Anne aux Katacombes | Lumineuses ténèbres

Bon sang qu’on aime ça quand des artistes décident de monter des concepts autour de leur show. Même quand c’est l’Halloween au début décembre.

Laurence-Anne avait décidé que, pour son prochain show à Montréal, nous allions assisté à La Nuit des Ténèbres.

Aux Katacombes, bar-spectacles lui-même au seuil des ténèbres, qui propose généralement des spectacles punk ou métal, ce qui en fait un contre-emploi intrigant.

L’affiche donnait l’impression d’un film d’horreur série B, avec son visage balafré mais serein, pensif.  Une photo d’Etienne Dufresne, sous la direction artistique de Marie-Pier Meilleur avec un maquillage signé Mary Jane Khalif.

On avait annoncé la « distribution » à coup de publications dans le groupe Facebook : quelques invités de marque dont Jesse Mac Cormack, Hubert Lenoir, Les Deuxluxes, VICTIME et Félix de Choses Sauvages.

Ça donne tout de suite une posture différente.

À notre arrivée, les Katacombes ont l’air d’une maison hantée de parc d’amusements bon marché, avec des néons de toutes sortes de couleurs qui frappent les visages des spectateurs et le fameux poteaux orné de têtes de mort au beau milieu du lieu. Un filet avec des sifflets suspendus nous accueille, juste pour être sur qu’on comprenne que ce sera un peu bizarre ce soir.

Et finalement, c’était pas si bizarre.

Jesse Mac Cormack jouait en solo pour assurer la première partie. Niveau d’écoute de la foule : nul. Quelques chhhhhhhhhhhhhhuts auront l’effet escompté, et on pourra jouir de deux chansons dans un silence relatif. On l’aime Jesse. Mais il s’impose mieux quand le public est là pour le voir lui, plutôt qu’en première partie d’une autre artiste avec un public fébrile.

Puis vint le moment de nous dévoiler l’univers de la Nuit des Ténèbres. Dans une mise en scène (volontairement) bric-à-brac, Laurence-Anne apparaît au deuxième étage au-dessus de la scène en elfe prise dans un filet, qu’un homme-crabe viendra délivrer avec des ciseaux à haie, pendant que Félix de Choses Sauvages joue de la flûte traversière en chest.

Ok, c’est peut-être un peu bizarre dit de même, finalement.

* Photo par Élise Jetté / Feu à volonté

Les cinq musiciens gagnent la scène, vêtus comme des sauveteurs. Laurence-Anne les rejoint sous les acclamations de son public, et c’est parti pour un party musical, entassés sur la toute petite scène des Katacombes.

Après de bonnes interprétations de Miel, Yeux-Bactérie, Dents de scie et Botanique, Les Deuxluxes viennent s’ajouter à la fête pour l’excellente Instant Zéro. La soirée passe à vitesse grand V en compagnie des excellentes chansons de Laurence-Anne.

Au rappel, l’artiste laisse la place à Laurence Gauthier-Brown afin qu’elle puisse venir faire gronder la basse et chanter Fatigue, chanson de son projet dance-punk VICTIME qui est venu secouer les puces dans la place.

Tout de suite après, rien de mieux qu’un bon vieux cover de Starmania, Ce soir on danse à Naziland, et la maison hantée prend soudainement des airs de discothèque… ou de Pantoum, puisque Hubert Lenoir surgit de nulle part et vient ajouter son grain de sel à tout ça. Et ça se transforme en Fille de personne 3 pour l’apothéose.

Au final, Laurence-Anne nous a interprété pas mal toutes les chansons de son seul album à date, le sous-estimé Première Apparition, un de nos albums préférés de 2019. Mais elle nous a aussi proposé quelques nouveaux titres, dont la jolie Orchidées, et l’excellente Accident en toute fin de rappel, possiblement la chanson la plus rock du répertoire de Laurence-Anne à date.

Belle façon de susciter de l’intérêt envers cette artiste qui prend du galon de show en show.

Elle sera d’ailleurs en spectacle le vendredi 27 mars 2020 au Zaricot, à Saint-Hyacinthe, avec Duu, ainsi qu’à l’Église de Lavaltrie (qui remplace ni plus ni moins la Chasse-Galerie incendiée) le 30 avril 2020 avec Mat Vézio. Ce sera pas La Nuit des Ténèbres, mais ça demeure un bon show à voir pour découvrir la potentielle next best thing de la chanson indépendante au Québec.

* Photo par Élise Jetté / Feu à volonté

Grille de chansons

  1. Miel
  2. Yeux-Bactérie
  3. Dents de scie
  4. Botanique
  5. Instant Zéro (avec Les Deuxluxes)
  6. Chaque nuit (avec Les Deuxluxes)
  7. Poison
  8. Orchidées (nouvelle chanson)
  9. C’est un virus

Rappel

Fatigue (par VICTIME)
Ce soir on danse à Naziland (avec Hubert Lenoir)
Fille de personne 3 (avec Hubert Lenoir)
Accident (nouvelle chanson)

Vos commentaires