Laura Sauvage
Critique Publié le

Laura Sauvage au Verre Bouteille | Performance spontanée

C’est dans le cadre du Taverne Tour que Laura Sauvage, projet solo de Vivianne Roy des Hay Babies, a fait son retour sur scène à Montréal, un peu moins d’une année après la sortie de son premier album Extraordinormal paru le 25 mars 2016 chez Simone Records. Un moment privilégié avant son départ ce mois-ci pour l’Europe, avec des dates prévues en France et en Suisse.


Casquette de moussaillon vissée sur la tête, l’Acadienne donne le meilleur d’elle-même ce samedi soir au longiligne Verre Bouteille. Son charmant flegme allié à un humour tranchant lui confère une présence fascinante, voire iconique, lorsque les expressions corporelles et faciales peignent le portrait d’une Laura Sauvage vivant intensément son moment sur la petite scène du bar.  Elle rit même de ses erreurs pendant que d’autres, eux, se liquéfieraient sur place.

C’est sûrement ce qui rend le concert si attachant avec l’envie certaine de déconner pendant le reste de la soirée avec le quatuor. Cette soirée-là, le son embrasé de Laura Sauvage a résolument fait frémir pendant une heure les nombreux spectateurs de la petite salle du Plateau, comme en témoignent les chaleureux applaudissements. La chanteuse a déployé ainsi toutes ses cartes pour conquérir les aficionados d’un rock garage à la fois incisif et planant.

 

Justesse et spontanéité

Sa musique s’avère être une ode à la justesse. Mais aussi à la spontanéité. En fait, c’est un rock généreux que Laura Sauvage propose. Le concert commence d’ailleurs efficacement avec l’enchaînement de Subway Station et You’ve Changed, qui diffère (positivement) du titre issu de son EP Americana Submarine. La symbiose entre les musiciens, et ce dès l’entame des premières notes, rend cette introduction épique, d’autant que la basse de Dany Placard s’affirme de plus en plus comme sur Have You Heard The Good News ?

Pour ce concert, ce seront plus de quinze titres qui seront joués, dont deux nouvelles à savoir Hello Hello et la passionnante Vegas. On passe ainsi par plusieurs moments et émotions comme avec les réussies Avalanche, I.D.W.Y.S ou encore Dirty Ways To Make Your Money. Il y a aussi de ces moments où la frénésie de la scène laisse place à la réinterprétation comme sur White Trash Theatre School qui se termine en tourbillon de folie sans prétention.

On découvrira aussi une Laura Sauvage déshabillée de ses musiciens, qui quitteront la scène pour la laisser seule, face au public avec une guitare à la main et une lumière tamisée sur son visage apaisant nous interpréter magnifiquement You Think I’m Cruel et No Direction Home.

Laura-Sauvage-Taverne-Tour-2017-7214

Polyvalente Laura

Laura Sauvage est une artiste hybride. Elle est capable de faire frissonner ou dynamiser la foule à travers son magnifique timbre de voix grave. Qu’elle s’aventure seule ou accompagnée par ses excellents musiciens, c’est un inépuisable repas rock, au demeurant très accompli, qui est offert. Et quand on affectionne ces sonorités qui rappellent notamment Beck, dont la reprise de Cyanide Breath Mint reste encore en tête, on ne souhaite alors qu’une seule chose : réécouter en boucle Extraordinormal pour se souvenir de ce moment unique passé en compagnie de cette artiste extraordinaire.

Grille des chansons

  1. Subway Station
  2. You’ve Changed
  3. Have You Heard the Good News ?
  4. Avalanche
  5. I.D.W.Y.S
  6. Jesus Wants to Be My Buddy
  7. White Trash Theatre School
  8. Dying Alone
  9. You Think I’m Cruel
  10. No Direction Home
  11. Hello Hello (Nouvelle)
  12. Dirty Ways To Make Your Money
  13. Nothing To Something & Vice Versa
  14. Cyanide Breath Mint (Reprise de Beck)
  15. Vegas (Nouvelle)
  16. Fucker (Stole My Phone)

Événements à venir

Vos commentaires