Lancement de Fuck Toute | Fausse cocaine et trash Escogriffé

Avec un nom pareil, on se doutait que le groupe n’était pas là pour trier des lentilles. Dans un genre que le commun des mortels refuse d’appeler musical,  la formation grindcore punk de Montréal lançait vendredi soir son premier album homonyme avec fracas.

Fuck Toute est un groupe qui vit son concept jusqu’au bout. Comme en faisant un lancement d’album sans album physique et juste deux chandails à vendre. Par contre, il y avait des faux sachets de cocaïne (le chanteur s’excusera de ne pas avoir les moyens d’en faire des vrais) qui contenait des codes pour télécharger l’album. On ne peut qu’admirer leur créativité.

L’Esco est rempli lorsque le quatuor finit tant bien que mal sa balance de son. Et c’est parti pour une tempête de brutalité et d’intensité.  Malgré un son de guitare assez crade et un chant qui aurait mérité d’être plus fort, la puissance de Fuck Toute reste assez destructrice. Beaucoup plus punk et approximatif en concert que sur le « disque », leur grindcore sème immédiatement le chaos dans le bar. Le trash explose et dans la lumière rougeâtre s’entrechoquent les membres d’un public varié où se perdent quelques métalleux.

Entres quelques riffs vraiment accrocheurs et des blast-beats ponctués de lourds passages down-tempo, les compositions de Fuck Toute sont très efficaces. Le chanteur n’est pas sans rappeler Barney de Napalm Death, même dans certaines mimiques. Il se donne avec rage et sueur, plongeant régulièrement dans la foule chaotique, et se roulant sur le sol imbibé de bière. Et rare sont les groupes du genre qui font l’effort de chanter en français, même dans des excès de violence d’une minute et quart qui représentent beaucoup de leurs chansons.

Et c’est déjà fini. L’Esco retrouve des allures de vendredi soir tranquille, alors qu’un dernier groupe conclue comme il peut la soirée. Mais dur de passer après ça, comme le reconnaîtra avec humilité et honnêteté le chanteur « C’est un peu comme si Silverchair closait pour Slayer… ».

Peu importe. Le chaos de nos misérables existences continuera demain, et il faut bien des gens pour le hurler. Fuck la pluie. Fuck le prix de la vie. Fuck Donald Trump. Fuck Toute.

Vos commentaires

Sors-tu.ca vous recommande...