Heymoonshaker
Critique Publié le

Heymoonshaker au Petit Outremont | Le blues dans métropole

Heymoonshaker semble être en tournée non-stop depuis 5 ans. Et ce n’est pas en 2016 qu’ils vont s’arrêter, semble-t-il. Après avoir parcouru pas loin de 100% du Québec, de St-Georges de Beauce à Cap-aux-Meules, le duo revient sur Montréal pour deux dates au théâtre Outremont.

Ça paraît, que les gars jouent presque tous les soirs depuis des années. Chaque fois qu’on les voit, ils maîtrisent un peu mieux leur art.

C’est probablement cette envie de perfectionnement et de pratique incessante qui les a amenés de leurs performances dans les rues d’Europe à des shows salle comble dans Outremont.

Certes, la formule est encore la même qu’à leurs débuts en sol québécois. Ils ne sont toujours qu’eux deux sur scène, sans effets, avec un seul ampli, pas de jeux de lumière.

Dave Crowe (le percussionniste buccal) est toujours le maître de cérémonie, qui, avec son charisme de gourou, a la foule dans le fond de sa poche dès les premiers mots qu’il prononce.

Andy Balcon est toujours le bluesman torturé à la voix sans pareil et à la gueule de mannequin.

Il y a toujours un moment de preach qui nous invite à être heureux et libres.

Les gars lancent encore une copie de leur album dans la foule, après avoir fait le meilleur pitch de vente du monde.

Et ils s’accordent encore chacun un moment solo pendant le spectacle.

Mais certaines choses ont tout de même changé. D’abord, Crowe a des cheveux. Plus intéressant, par contre, il est devenu un meilleur beatboxeur. Son solo de bouche nous a permis de l’entendre se servir d’un paquet de nouvelles techniques, d’ailleurs.

Il est aussi devenu un meilleur « drummeur », sachant quand prendre l’arrière-plan et assumer le rôle de percussion.

Ce qui a changé le plus par contre, c’est la sortie de leur nouvel album, Noir.

Alors que sur leurs efforts précédents, le groupe s’en tenait plutôt à des compositions proches des standards de blues, sur Noir, ils expérimentent avec le folk, le funk, de nouveaux instruments.

En deux mots, les chansons sont meilleures, fait que ça aide à rendre la prestation meilleure.

Vos commentaires