crédit photo: Frédérique Ménard-Aubin
Francouvertes

Francouvertes 2024 – Demi-finales soir 1 | Karolan Boily, Soleil Launière et Sensei H, un départ canon

C’est hier soir qu’étaient lancées les demi-finales du concours-vitrine les Francouvertes au cabaret Lion d’Or. Si on en juge par cette soirée, la compétition sera relevée. Le public a eu droit à trois performances de qualité. Karolan Boily a donné une leçon d’indie rock de sa voix ouatée-écorchée, Soleil Launière et son univers métissé nous ont envoûtés et Sensei H nous a séduits par son originalité et sa spontanéité.

Rappelons qu’au terme des préliminaires, 9 des 21 artistes en lice se sont démarqués auprès du jury et du public et ont ainsi pu se hisser en demi-finale. Signe d’une programmation bien équilibrée, chacune des sept soirées des préliminaires a propulsé au moins un artiste en demi-finale.

Qui sont ces neuf finalistes? Sors-tu? les annonçait lors de la dernière soirée des préliminaires : Soleil Launière, PRINCESSES, Loïc Lafrance, Le Belladone, La Monarque, Karolan Boily, Patrick Bourdon, Nectar Palace et Sensei H.

Les compteurs remis à zéro, ce sont Karolan Boily, Soleil Launière et Sensei H qui ont parti le bal lundi soir, toujours au cabaret Lion d’Or, en espérant se tailler une place en grande finale.

Karolan Boily 🎵🎵🎵

C’est sur une ambiance rock planante que l’artiste de Saint-Raymond a fait tranquillement son entrée sur scène, chantant de sa voix feutrée, et faisant rapidement forte impression.

L’artiste originaire de Saint-Raymond s’est distinguée lors de la troisième soirée de préliminaires par son charisme et ses compositions indie rock, alternatif, post-rock et progressif. Malgré des soucis techniques, sa performance avait été la plus marquante de la soirée.

Sur scène, les compositions sont solidement servies par Nikolas Benoit-Ratelle à la guitare, Olivier Cousineau à la batterie, Charles St-Amour aux synthétiseurs et Thierry Clouette à la basse. Dans ses interventions avec le public, Boily se montre vulnérable en évoquant sa dernière année chaotique où tout a pris en feu, mais brouille suffisamment ses propos pour qu’on n’en apprenne pas vraiment sur sa vie. Un bel équilibre entre proximité et distance.

Photo par Frédérique Ménard-Aubin.

Si sur De mon mieux, chantée seule à la guitare, on est à même d’apprécier l’agréable timbre de voix de Karolan Boily, c’est sur les compositions aux arrangements indie rock comme Blocage et (interlude) que le projet prend tout son sens. Je ne comprends pas en est un autre bel exemple, un titre pas du tout banal où l’intensité explose à mi-chemin au plus grand plaisir de nos oreilles.

Karolan Boily devrait pouvoir tirer son épingle du jeu dans le paysage musical québécois. Les textes autobiographiques sont simples, mais universels, les arrangements riches, la voix d’une grande maturité pour une jeune artiste, et la principale intéressée fort sympathique.

Pour cultiver son unicité, elle aurait avantage à foncer à toute allure sur ces routes indie rock et progressif qui lui vont si bien.

Soleil Launière 🎵🎵🎵🎵

L’artiste innue originaire de Mashteuiatsh, près de Roberval, s’est distinguée en demi-finale, elle qui avait terminé en tête des préliminaires. Notre collègue avait trouvé son interprétation captivante, mêlant images et musique, transportait l’auditoire dans une ambiance forestière, entre sérénité et tourments. J’attendais donc avec impatience la performance de Soleil Launière.

Comme Karolan Boily juste avant elle, Soleil Launière est apparue sur scène alors que ses musiciens avaient créé une atmosphère musicale dramatique fusionnant l’industriel, le traditionnel autochtone et l’expérimental.

Le premier titre, Era Ew, a frappé comme un poids lourd, libérant nos peines tout en nous secouant. Ses paroles nous rappellent notre humble place dans l’univers, tandis que la musique allie la force du rock et des sonorités autochtones, touchant au plus profond de l’âme. Le titre suivant, Au bout, bien que moins saisissant, a été éclipsé par la puissance du premier.

L’intensité émotionnelle a atteint son apogée avec MMIWG2S, un hommage poignant à des femmes décédées en 2023. Soleil Launière a offert une performance scénique marquante, illustrant le message de la chanson en grattant le sol pour simuler le déterrement d’une longue tripe rouge.

Photo par Frédérique Ménard-Aubin.

On entend et voit que Soleil Lumière a tout ce qu’il faut pour aller en finale. Son aisance sur scène est indéniable, elle agrémente sa prestation de danse et de théâtralité.

Pour toucher un public plus large et moins attentif (le public est en or au Lion d’Or) dans le futur, une connexion plus personnelle avec ce dernier pourrait être établie par de brèves anecdotes sur les chansons. Puisqu’elles sont parfois chantées en innu-aimun et même dans une langue qu’elle a inventée, cela permettrait de mettre la lumière sur les messages véhiculés, qui semblent importants dans son œuvre.

Sensei H 🎵🎵🎵 1/2

Il en faut du cran pour se présenter sur scène après deux performances bien enrobées musicalement, particulièrement lorsque l’on propose un projet rap. S’il y a une chose qui se démarque chez Sensei H, toute dernière au‍ classement des préliminaires, c’est justement cela : le courage. Le courage de se relever dans la vie après, dit-elle, une vie marquée par des difficultés, mais aussi le courage artistique.

Plutôt que de se présenter avec un band, comme elle l’a fait lors de préliminaires, et ainsi moins contraster avec les deux premières parties assez fortes musicalement, Sensei H a choisi de se produire seule avec sa complice de l’album Trop de chance, Vérone. Une rappeuse et une contrebassiste. Intéressant.

Photo par Frédérique Ménard-Aubin.

Pourtant, le premier titre 5 sens a laissé perplexe. Le débit des paroles était trop rapide pour être compris, et l’absence apparente de refrain ou de motif musical récurrent rendait la connexion avec le titre difficile. Départ raté.

Mais habituée à se relever, à partir du deuxième titre Serpent, la mayonnaise a pogné. Sirine Hassini a varié son débit, ajoutant des passages chantés et même des touches de reggae. Son plaisir était palpable, et elle a su nous entraîner dans son élan, et presque même nous faire danser.

Sensei H est attachante, drôle et engagée dans ses performances. Son duo sur scène avec Vérone est sensationnel et offre encore un potentiel inexploité. La performance de Palme d’or, avec Sirine Hassini à la voix pendant que Vérone jouait de la contrebasse avec un archet, utilisant des effets d’écho ou de réverbération et manipulant des boucles avec son pied droit, était un vrai plaisir auditif et visuel.

Si l’on considère ses textes, son charisme et l’originalité de son approche, Sensei H mériterait certainement sa place en finale. C’est du moins la performance qui a le plus fait réagir le public.

Bien que son projet ne soit pas le plus abouti de la soirée, il déborde de potentiel. Et c’est un peu cela l’objectif des concours-vitrines : développer cedit potentiel.

Classement après le soir 1 des demi-finales

  1. Soleil Launière
  2. Sensei H
  3. Karolan Boily

Grilles de chansons

Karolan Boily

  1. Du calme au noir
  2. Blocage
  3. Depuis toi
  4. (Interlude)
  5. De mon mieux
  6. Je ne me comprends pas
  7. Nulle part sauf ici

Soleil Launière

  1. Pimiteu
  2. Era Ew
  3. Pimishkau
  4. Au bout
  5. Kapatau
  6. MMIWG2S
  7. O’Broc
  8. Piekuakami
  9. Nitei : outro

Sensei H

  1. 5 sens
  2. Serpent
  3. Palme d’or
  4. Galère
  5. 10 novembre
  6. Dernière lune
  7. Hors du commun

Vos commentaires