crédit photo: Maude Bond
Karkwa

Festival d’été de Québec – Jour 6 | Karkwa sur les plaines d’Abraham : la soirée qui a failli ne pas avoir lieu

Ce qui s’annonçait être une excellente soirée ce mardi avec Karkwa, Fleet Foxes, Tokyo Police Club et Les Hay Babies a pris une tournure inattendue. La soirée a presque été gâchée par l’annonce d’orages qui a forcé l’évacuation des festivaliers.

Ceux qui entretenaient l’espoir de revoir Karkwa après le passage de la forte pluie ont eu une belle surprise : l’organisation du Festival d’été de Québec a annoncé sur les réseaux sociaux que le spectacle allait avoir lieu à 22h comme prévu, mais que celui-ci était maintenant gratuit pour tous.

Ce qui semblait être une soirée gâchée a plutôt bien tourné. Les plaines d’Abraham étaient remplies à nouveau. On a pu voir la prestation complète des Hay Babies et quelques chansons de Tokyo Police Club avant que la soirée ne soit écourtée par les mesures d’évacuations. Le seul oublié de la soirée était le groupe de folk américain Fleet Foxes, au grand désarroi de plusieurs festivaliers.

Karkwa

Le projet mené par Louis-Jean Cormier est rené de ses cendres après une dizaine d’années d’inactivité, mais leur retour n’est pas prévu pour durer pour l’instant. Alors qui sait, c’était peut-être une des dernières chances de les voir. En tout cas, sur les plaines, c’était la dernière fois, « à moins que le groupe revienne dans 28 ans avec des solutés accrochés aux bras », dit Louis-Jean Cormier en plaisantant.

On remercie Karkwa d’avoir tenu à livrer son spectacle malgré les circonstances d’évacuation du site. « On était en train de picoler après l’évacuation », dit Louis-Jean Cormier, mais le groupe a décidé de faire le spectacle quand même. Le public a bien répondu à l’appel. « On va devoir se forcer, ça veut dire », continue Louis-Jean Cormier.

Malgré le fait de se trouver sur une des plus grosses scènes extérieures du Québec, le groupe a privilégié une configuration qui entrerait presque dans une salle comme L’Escogriffe, à Montréal. Rassemblés au milieu de la scène, les musiciens souhaitaient reproduire une ambiance intimiste propre aux plus petites salles de spectacles.

Malgré qu’il se soit écoulé 25 ans depuis la création du groupe, il n’y avait que des jeunes au devant du parterre. Qui plus est, des jeunes qui chantaient toutes les paroles des chansons par cœur. Louis-Jean Cormier le souligne d’ailleurs, ça le touche. Des filles à l’avant brandissaient des pancartes sur lesquelles ont pouvait lire « Karkwa, marie-moi! ». Il s’agit de gens qui n’ont pas nécessairement connu Karkwa dans leur début ni leur ascension vers la gloire, mais ça démontre à quel point le groupe s’est taillé une place de choix au sein de la scène musicale québécoise. Un groupe incontournable!

Des invités spéciaux sont venus sur scène pour célébrer la musique de Karkwa. C’est CRi qui a ouvert la soirée en proposant des remix de chansons du groupe légendaire. Le chanteur ontarien Talk, qui entretient un lien fort avec le Québec et la francophonie, a fait une brève apparition pour chanter Parfaite à l’écran, nouvelle chanson de Karkwa sortie en 2023. Klô Pelgag est venue chanter Moi léger et les Hay Babies ont servi de choristes sur plusieurs des chansons de la soirée.

Marie-Pierre Arthur, bassiste, chanteuse et conjointe de François Lafontaine, cofondateur de Karkwa, est venue chanter Oublie pas, chanson à laquelle elle a collaboré, sa voix se trouvant sur l’album Le Volume du vent, paru en 2008. Cette chanson est si touchante que je la considère comme une des plus belles que le groupe ait jamais écrites. Louis-Jean Cormier livre tellement bien l’émotion qu’elle contient. J’ai eu quelques frissons!

Les plaines n’étaient pas désertes, loin de là. Certains fans motivés ont rebroussé chemin, car ils savaient qu’ils vivraient une soirée mémorable. Certains n’ont pas eu la chance de revenir sur le site, et on comprend leur frustration. C’était une soirée à ne pas manquer.

Les Hay Babies

L’énergique trio d’Acadiennes est venu ouvrir la soirée dans leurs belles tenues western rouge vif. Les Hay Babies sont venues nous jouer du nouveau matériel, tout comme des vieilles chansons. Une chose est sûre, elles savent rocker! Julie Aubé a sorti ses plus belles guitares et même son banjo pour l’occasion.

Contrairement aux autres artistes en première partie de Karkwa, elles ont pu jouer pendant tout le temps qui leur était alloué. Elles étaient fort honorées de jouer sur la Scène Bell avant Karkwa : « Nous sommes fans depuis le high school, confie Vivianne Roy, chanteuse principale du groupe. C’est de même qu’on a commencé à écouter de la musique ». Karkwa est certainement une influence francophone pour Les Hay Babies ainsi que pour bien des musiciens.

Nos photos en vrac

Karkwa

Les Hay Babies

Tokyo Police Club

Événements à venir

Vos commentaires