Mastodon

Festival d’été de Québec – Jour 11: Mastodon et Grimskunk au Parc de la Francophonie

15 juillet 2012 – Parc de la Francophonie

20h – Grimskunk

Pour un groupe qui va bientôt fêter ses 25 ans, Grimskunk avait de l’énergie à revendre dimanche soir au Pigeonnier.

Jouant tous ses plus grands succès – Gros Tas et Le Gouvernement Songe étaient des moments particulièrement forts – la foule est embarqué avec un aplomb rarement vu au cours des 11 derniers jours.

Tenant toujours un discours aussi politisé, le chanteur Franz Schuller a su bien interagir avec la foule tandis que le claviériste Joe Evil a diverti avec ses simagrées.

Le groupe était en pleine forme et semble jouer de façon encore plus serré qu’avant.

 

21h30 – Mastodon

La pluie aura finalement eu le dernier mot du 45ième Festival d’Été de Québec. Le ciel s’est ouvert lors de l’excellente performance du groupe métal Mastodon, l’empêchant de terminer son spectacle.

La performance a débuté quelques minutes à l’avance; on sentait déjà le vent se lever et Mastodon a du juger bon d’embarquer le plus rapidement possible. Du coup, le groupe ne s’est pas adressé du tout à la foule entre ses chansons, les enchainant à un rythme effarant.

Le chanteur et bassiste Troy Sanders était particulièrement impressionnant avec ses contorsions bizarres.

Mastodon a eu droit à des effets de lumière non planifiés: durant tout le concert, le ciel s’allumait sporadiquement comme un stroboscope.

Combiné à la musique pesante du groupe et aux projections vidéo un peu psychédélique, l’effet final serait le mieux défini comme étant apocalyptique.

Tout était plus grand que nature et puis… plus rien. La pluie s’est abattue violemment sur le Pigeonnier, forçant Mastodon à quitter la scène. Quelques durs de durs sont restés, espérant un retour de leur groupe fétiche, mais en vain.

Et c’est ainsi que s’est terminé le Festival d’Été de Québec, en véritable queue de poisson. Dommage, car Mastodon était en train d’assurer une soirée de clôture solide.

Comme quoi rien n’est parfait, puisque sans cette soirée, le Festival d’été de Québec aurait affiché un score parfait côté météo!

Vos commentaires