Desaster
Critique Publié le

Desaster au Pirahna Bar | Les cornes montaient, la bière descendait

La vie offre parfois des opportunités qu’on ne peut pas manquer. Vous savez, ces moments auxquels on pense quelques années plus tard, et pour lesquels on dit fièrement « J’étais là! »? Le 27 mai dernier, au Piranha Bar de Montréal, c’était l’un de ces moments. Desaster, groupe allemand de blackening thrash, jouait pour la première fois au Canada. Pour rendre l’événement encore plus unique, Montréal était le seul arrêt en sol canadien de leur petite tournée nord-américaine. Maintenant ou jamais. Ceux qui ont franchi les portes de la salle ce soir-là pour lever les cornes bien haut se souviendront longtemps de ce concert. Parce que c’était tout simplement incroyable.


Délétère

La soirée a débuté avec Délétère, un groupe black métal de Québec. Le visage et les bras grossièrement noircis, les musiciens ont livré une performance de qualité devant un public malheureusement trop réduit. Les pièces alternaient entre des rythmes agressifs et atmosphériques, permettant tantôt au public de se libérer d’une semaine de travail terminée, tantôt de savourer la tonalité hivernale du délicieux métal noir québécois. Délétère a pris d’assaut la scène avec un léger retard, mais ils ont fait vibrer les murs de la salle pour les 35 minutes qui leur était allouées. Si certains ont pu se demander la pertinence d’ouvrir une soirée plus thrash avec un groupe de black, le mur de son que Délétère a servi, qui les a fouetté en plein visage, les a probablement convaincus.

Deletere-Piranha-2016-1

Soothsayer

Soothsayer a ensuite pris la relève. La réputation du groupe n’est plus à faire; les musiciens roulent leur bosse au Québec depuis les années 80. Créé à l’époque du Golden Age du thrash, Soothsayer a conservé le même genre de musique depuis. Ils ne réinventent donc pas le style, mais les délivrent bien. Quelques problèmes de son ont retardé le début de leur prestation, ce que le chanteur n’a pas hésité à souligner en maugréant sur scène. Les jurons, insultes, et autres mots peu élégants ont d’ailleurs fusé de toutes parts pendant 45 minutes. Oreilles sensibles s’abstenir. La rapidité et l’énergie du groupe ont semblé dégeler le public, jusque-là timide. Le mosh-pit a finalement bouillonné. Pour être certain de le garder bien actif, le guitariste de Soothsayer s’est précipité à plus d’une reprise au centre de la foule, faisant sonner son instrument à genoux. Les clameurs de la foule indiquaient que les fans ne souhaitaient pas que ça finisse. D’un autre côté, on sentait l’impatience de tous de voir les Allemands dominer la scène.

Soothsayer-Piranha-2016-1

 

Desaster : pour une première fois au Canada!

Dominer la scène, c’est le moins que l’on puisse dire pour décrire le premier passage de Desaster au Canada. Héritiers infernaux des Big Teutonic 4, les membres de Desaster ont servi leur recette bien connue de black/thrash. C’était fort, c’était violent, c’était magnifique. Un mauvais son au début a obscurci les premières pièces, mais tout est rentré dans l’ordre afin de poursuivre comme il se doit le rituel de brassage de cheveux.

La salle ne s’est malheureusement pas remplie comme on pouvait s’y attendre pour la présence des thrashers germaniques. La qualité d’un concert ne se mesure cependant pas à la quantité des gens présents, mais bien à leur qualité. L’énergie de ceux qui se sont présentés devant la scène ce soir-là était sans borne. Les crinières ont fouetté l’air sans arrêt, le pit brûlait, les cornes s’élevaient et la bière descendait. Parlant de bière, Desaster a fait honneur à la réputation assoiffée des Allemands, et a partagé à de nombreuses reprises le précieux liquide houblonné avec des chanceux de la foule. La proximité du groupe avec son public, autant en frais d’espace que d’échange d’alcool et de dialogues, a créé une sorte d’intimité dans la salle.

Desaster-Piranha-2016-3

L’horaire original affichait une prestation de 70 minutes des Allemands. Pour une première canadienne d’un groupe tel que Desaster, c’était approprié. Le retard du début de soirée ainsi que les problèmes de son de Soothsayer ont retardé l’entrée en scène des thrashers germaniques de 30 minutes. Est-ce qu’ils ont écourté leur concert pour autant? Hell no! La soirée s’est donc étirée jusqu’à 00 :15, non pas sans que la foule ne scande le nom du groupe plusieurs fois. Les membres du groupe ont achevé le concert en serrant les mains des fans et en saluant tout le monde. Personne ne voulait que ça se termine. Sans les obligations légales, la nécessité de dormir et toutes les autres aspects vitaux de la vie, tout le monde y serait encore.

Un concert incroyable, vraiment.

Vos commentaires