Supertramp

Critique concert: Supertramp à Montréal

Jeudi 16 juillet 2011 – Centre Bell (Montréal)

L’histoire d’amour entre le public montréalais et les Britanniques de Supertramp s’est poursuivie ce jeudi soir, alors que le légendaire groupe était de passage au Centre Bell pour clôturer la portion canadienne de sa tournée mondiale.

Intitulée « 70-10 », la tournée souligne les quarante ans de carrière du groupe et ses nombreux succès radiophoniques. Le fondateur du groupe, Rick Davies, ainsi que le batteur Bob Siebenberg et le saxophoniste John Heliwell, sont entourés sur scène d’une bande de musiciens de bon calibre, qui reproduit fidèlement les chansons telles que le public les a connues sur disque.

Le tout a débuté tièdement avec You Started Laughing, durant laquelle les gens dans la salle étaient peu attentifs. Mais ça s’est peu à peu replacé au fil des chansons, surtout lorsque les premières notes de Ain’t Nobody But Me furent jouées; le spectacle a alors réellement commencé.

John Heliwell faisait office de maître de cérémonie, comme toujours, et s’est adressé à la foule en français, du moins le temps de quelques mots.

La formation a offert de beaux moments, comme lors de From Now On, l’une des meilleures pièces de Supertramp, superbement interprétée au chant et au piano par Rick Davies. Give a Little Bit fut un autre grand moment, le premier morceau où le public s’est levé debout et a vraiment participé.

Remplacer Roger Hodgson

Le groupe a su remplacer au fil des ans son ancien guitariste, Roger Hodgson, en les personnes de Jesse Siebenberg (le fils de Bob) et Gabe Dixon, qui se partagent les chansons du populaire compositeur, et possèdent chacun de très bonnes voix. D’ailleurs, ce sont encore ces chansons qui amusent le plus les amateurs du groupe, si l’on se fie aux réactions des gens présents au Centre Bell.

Tous les gros titres furent joués: It’s Raining Again, Rudy, Take The Long Way Home, The Logical Song. Il s’agissait vraiment d’un spectacle axé sur la nostalgie, sans nouvelle musique à promouvoir. Et bien que le groupe semblait vaguement être sur le pilote automatique tout au long de la soirée, la prestation s’est avérée somme toute agréable.

Le son, étonnamment peu élevé pour cet endroit, permettait de bien entendre les voix, dont celle de Davies, qui n’a pas changé au fil des ans et qui transmet encore une gamme étonnante d’émotions.

Davies a d’ailleurs offert le meilleur moment du spectacle lors d’un long solo de piano, totalement enlevant, pendant la chanson Another Man’s Woman. À l’autre bout de la scène se trouvait un homme sous un parasol, lisant un journal (The Gazette) et buvant une bière (de marque Molson Canadian), imitant ainsi la pochette de l’album Crisis? What Crisis? dont est tirée la pièce. Un sacré bon solo, qui fut chaudement applaudi.

Goodbye Stranger a mis fin au spectacle et le groupe est revenu offrir trois autre classiques en rappel: School, Dreamer et Crime of the Century. Un spectacle plaisant, un peu convenu, mais qui a su décrocher de nombreux sourires et faire revivre, le temps de deux petites heures, une tonne de souvenirs.

Grille des chansons :

1. You Started Laughing

2. Gone Hollywood

3. Put on Your Old Brown Shoes

4. Ain’t Nobody but Me

5. Breakfast in America

6. Cannonball

7. Poor Boy

8. From Now On

9. Give a Little Bit

10. Downstream

11. Rudy

12. It’s Raining Again

13. Another Man’s Woman

14. Take The Long Way Home

15. Bloody Well Right

16. The Logical Song

17. Goodbye Stranger

Rappel:

18. School

19. Dreamer

20. Crime of The Century

Événements à venir

Vos commentaires