Plants & Animals

Critique concert: Plants and Animals à Montréal

Samedi 10 mars 2012 – Cabaret Mile-End (Montréal)

Le groupe Plants & Animals se produisait hier soir au Cabaret Mile-End à l’occasion d’une longe série de spectacles en Amérique. À l’image du dernier album The End of That, qui s’est avéré «pas aussi démarqué que Parc Avenue», Plants & Animals a livré la marchandise avec brio.

Warren C. Spicer de Plants & Animals. Photo par Renaud Sakelaris

L’ensemble est rôdé et sans surprise, efficace malgré le fait que ce ne soit que leur troisième arrêt de cette tournée. Une légère distorsion à la guitare, un son plus épuré et un public dynamique et averti ont permis une meilleure écoute des mélodies telles Bye Bye et Crisis!. On s’étonne même de la complexité des morceaux, en considérant le peu de moyens dont dispose l’ensemble dans un contexte indie rock.

À 22h20, le quatuor – eh oui! P&A a embauché le bassiste Éric Digras à la basse – monte sur scène avec le morceau le plus endiablé de la soirée Crisis! Audacieux? Peut-être pas…. Warren demande à la foule de taper des mains afin de s’assurer que tout le monde embarque. Mission accomplie!

Photo par Renaud Sakelaris

Divisée en 2 actes, la prestation a d’abord permis d’apprécier une approche basée sur des mélodies folk acoustiques (Before, The End of That), puis une deuxième partie plus rock avec des guitares toutes en distorsion (The Mama Papa, Lightshow). On aurait souhaité tendre l’oreille sur des pièces accrocheuses telles que Fake it ou 2010 mais bon, ce sera surement pour une prochaine fois.

Ravi d’être de retour devant les siens, Warren s’est exprimé dans les 2 langues à quelques reprises pour remercier son public qui a fait salle comble, ses instants passés dans leurs studios d’enregistrement et sa déception de ne pas avoir exploité au maximum un nouveau piano qu’il s’est procuré dernièrement (problème technique).

Il aura laissé les fans de l’avenue du Parc (Parc Avenue) sur les dernières notes de Faerie Dance quelques minutes avant minuit pour mieux rêver et combler cette heure de sommeil en moins.

 

 

Thus: Owls

Une sorte de voyage baroque avec une ambiance débridée, la chanteuse nous emmène dans un univers où se chevauchent les mondes de la fragilité et de l’intensité. À travers 8 chansons, les mélomanes ont indubitablement découvert une perle rare. Un groupe qui ira très très loin.

Liste des chansons (Plants & Animals):

Crisis!
Feedback in the fields
Song for Love
Lola Who
The Mama Papa
Runaways
Game Shows
No Idea
New Kind of Love
Before
Why and Why
Sparks
Lightshow
Bye Bye Bye

Rappel:

The End of That
Faerie Dance

Événements à venir

Vos commentaires