Festival Igloofest
Critique Publié le

Boiler Room à Igloofest 2020 | Une formule intimiste des plus immersives

Pour la dernière soirée OFF IGLOO, l’équipe d’Igloofest a frappé fort avec Boiler Room. Projet londonien organisant des soirées électro pour de plus petits publics et diffusant le tout en live sur Internet, Boiler Room sait créer des soirées sortant des sentiers battus et transportant son public dans une autre dimension. Cette fois-ci, ce sont les DJ Danny Daze, Ellen Allien, Overland et Trance Wax qui étaient présents. La configuration scénique inhabituelle et intimiste donnait l’impression d’être dans un club underground européen, mais la neige abondante d’hier soir venait rappeler que c’était plutôt une soirée Igloofest bien réussie.

Pour cet événement OFF IGLOO, la scène principale a été fermée et les participants ont été redirigés vers la scène secondaire – la scène Vidéotron. Au centre du plancher de danse habituel, une basse scène avait été aménagée afin de recréer l’expérience Boiler Room traditionnelle. Les fans de techno présents se retrouvaient donc tout autour du DJ et avaient une vue privilégiée sur les consoles des artistes.

Entouré des conteneurs typiques du site d’Igloofest sur lesquels sont projetés les animations des VJ Rémi Vincent aka Tetsouille, et Josselin Bey aka Bewoy, le site donnait l’impression d’être complètement ailleurs, d’être dans un petit endroit isolé et immersif.

Overland et Danny Daze : Faire monter la température

La soirée a débuté tranquillement avec Overland. La DJ canadienne a progressivement fait accélérer le tempo alors que les festivaliers arrivaient au compte-gouttes. Ses rythmes un peu plus calmes en début de set convenaient parfaitement à ouvrir la soirée en douceur.

Danny Daze a ensuite pris la relève aux platines. Le DJ de Miami a offert un set très constant et bien mixé. Ses rythmes technos teintés d’influences diverses ont su témoigner de ses talents et ont fait danser les fans sans arrêt. La foule se faisait plus nombreuse et de plus en plus animée. Faisant constamment grimper l’intensité, Danny Daze a terminé son set sur une excellente note et sous un tonnerre d’applaudissement.

Ellen Allien : Légendaire et hypnotisante

Ensuite, c’est la légendaire Ellen Allien qui s’est imposée. Pionnière de la scène techno depuis bien des années déjà, la DJ originaire de Berlin émanait confiance et contrôle. Acclamée chaleureusement avant même d’avoir fait jouer un seul son, il était clair que la soirée allait atteindre un autre niveau grâce à la fascinante Allemande. Dès les premiers instants, de basses profondes se sont fait entendre et aussi ressentir. Le tempo frénétique a rapidement entraîné la foule dans un mouvement uniforme ; tout le monde dansait comme bon lui semblait.

Bien que la musique techno soit souvent qualifiée de répétitive, Ellen Allien est venue donner une classe de maître et a prouvé que chaque subtilité sonore apporte quelque chose de bien spécifique. Ravivant perpétuellement l’intérêt des fans avec des sons inattendus et plus deep les uns que les autres, elle a su surprendre grâce à ses rythmes enivrants et hypnotisants.

Trance Wax : Conclure en force

Trance Wax, projet du DJ britannique Ejeca et faisant partie de la famille Anjunabeats, était mendaté de fermer de la soirée présentée par Boiler Room. Toujours dans l’univers techno, mais significativement différents des autres DJ l’ayant précédé sur la scène, les rythmes offerts par Trance Wax ont terminé sur une note moins teintée de basses profondes, mais plutôt de rythmes plus lumineux et beaucoup plus près de l’univers trance.

Concluant avec une version remixée de la classique Rhythm of the Night de Corona, le set de Trance Wax a semblé trop court. Lorsque les lumières crues se sont allumées pour signaler que les fans devaient quitter, plusieurs semblaient déçus qu’une aussi belle soirée se conclue aussi rapidement. Une chose est sûre, l’événement Boiler Room x Igloofest a été un succès que les fans de techno aux quatre coins du globe pourront voir et revoir sur le site de Boiler Room ou sur la page Facebook d’Igloofest.

Vos commentaires