crédit photo: Jesse di Meo
The Smile

The Smile au MTELUS | La continuité de Radiohead se porte bien

C’est la question à 100 piasses dans la communauté de fans de Radiohead : la troupe anglaise va-t-elle un jour lancer un dixième album, ou c’est terminé pour de bon, après trente ans d’excellence?  Pour bien des observateurs, la réponse à cette question est étroitement liée au succès que connaîtra le projet parallèle de Thom Yorke et Jonny Greenwood : The Smile. À en juger par ce qu’on a vu et entendu sur scène au MTELUS vendredi soir, le retour de Radiohead n’est pas pour demain la veille. Et ce n’est peut-être pas une si mauvaise nouvelle, au fond.

Lorsque le chanteur (Yorke) et le guitariste principal (Greenwood) de Radiohead ont dévoilé leur projet de trio avec le batteur de Sons of Kemet, Tom Skinner, au printemps 2021, plusieurs ont sauté aux conclusions : ça en est fait pour la suite de Radiohead.

En janvier dernier, le monde entier avait droit à une toute première impression sous la forme d’un concert en webdiffusion, que nous avons couvert d’ailleurs. On sentait les deux acolytes inspirés, heureux, comblés au sein de cette formule plus simple, mais non moins créative. C’est comme un nouveau terrain de jeu, avec moins de bagage à traîner comme un boulet, moins d’attentes à combler, moins de comparaisons avec les OK Computer, Kid A et In Rainbows.  Pas besoin de jouer les vieux hits, pas besoin de se demander si Creep devrait ou pas se retrouver dans la grille de chansons. Pas besoin de rejouer Paranoid Android pour la 600e fois.

L’arrivée du premier album, A Light for Attracting Attention, en mai dernier, confirmait que le nouveau trio n’était pas qu’un feu de paille. Soyons francs, c’est possiblement le meilleur album signé Yorke/Greenwood depuis In Rainbows en 2007.

La tournée allait forcément suivre, et sans surprise, un arrêt à Montréal était annoncé. Rappelons que Thom Yorke ne met jamais Montréal de côté : Radiohead est venu donner pas moins de neuf spectacles dans la Métropole québécoise au cours des 21 dernières années, sans compter le récent concert du projet solo de Yorke à la Place Bell en 2019.

Mais il faut remonter 25 ans en arrière pour trouver un contexte de spectacle aussi « intime » avec les deux illustres musiciens britanniques. C’est en août 1997 que Radiohead avait mis les pieds au Métropolis la dernière fois.

Sans surprise, les trois musiciens semblent apprécier cette proximité, cette absence d’artifices, même si la scénographie est tout de même chouette. Les éclairages sont à points, mais le focus est davantage mis sur la prestation musicale. On sent que les trois complices s’y plaisent.

 

Comble de malheur pour ceux et celles qui craignent la fin de Radiohead : The Smile a sorti un seul album en mai, mais ils jouent déjà plusieurs nouvelles chansons en spectacle. Comme quoi un éventuel deuxième album ne serait pas bien loin…

Pire encore : ces chansons sont… pour le moins intéressantes!  Bending Hectic, par exemple, est une assez longue chanson de près de sept minutes, qui débute avec la délicatesse mélodique d’un morceau de Radiohead pour aboutir vers une étonnante finale en power chords distorsionnées, approche que Radiohead n’a pas osé toucher depuis Pablo Honey (et qui rappelle presque les années Siamese Dreams des Smashing Pumpkins)! Le genre de liberté que leur groupe principal ne leur aurait peut-être pas permis.

Sinon, presque tout l’album officiel a été abordé, y compris l’excellente Skrting on the Surface, qui est née d’un morceau inachevé de Radiohead, les explosives A Hairdryer et We Don’t Know What Tomorrow Brings, sans compter la plus électro Waving a White Flag. On le note, parce que dans l’ensemble, The Smile est un projet qui ramène un peu plus le son rock à l’avant-plan. You Will Never Work in Television Again en est le parfait exemple : on peine à se rappeler la dernière fois où Thom Yorke a chanté un air aussi désinvolte sur une guitare aussi échevelée qu’ici.

Il y a quelque chose de sympathique à entendre Thom Yorke dire « This one you may know » avant de jouer The Smoke, après avoir interprété quelques titres inédits. L’album de The Smile, rappellons-le, n’a que six mois, et déjà, le chanteur présente certaines des chansons comme un vieux succès du répertoire de The Smile.

On peut interpréter les indices de bien des manières. Mais à ressentir l’énergie qui se dégage de ce projet, sur disque comme sur scène, ça semble prendre des airs de second souffle pour deux musiciens expérimentés qui ont peut-être — on dit bien PEUT-ÊTRE — fait le tour de leurs années au sein d’un des groupes les plus influents des trois dernières décennies.

La bonne nouvelle, c’est que si c’est le cas, il reste encore de la bien bonne musique à venir.

 

Grille de chansons

The Same
Thin Thing
The Opposite
Speech Bubbles
Free in the Knowledge
A Hairdryer
Waving a White Flag
Colours Fly (nouvelle chanson)
We Don’t Know What Tomorrow Brings
Bending Hectic (nouvelle chanson)
Skrting on the Surface
Pana-Vision
People on Balconies (nouvelle chanson)
The Smoke
You Will Never Work in Television Again

rappel

Open the Floodgates
Read the Room (nouvelle chanson)
Feeling Pulled Apart by Horses (tirée du répertoire solo de Thom Yorke)


Photos en vrac

  

Événements à venir

Vos commentaires