The Dillinger Escape Plan
Critique Publié le

The Dillinger Escape Plan aux Foufounes Électriques | Une (dernière) soirée survoltée

Malgré le fait que The Dillinger Escape Plan termine sa tournée d’adieu, le spectacle de dimanche soir aux Foufs avaient tout sauf les allures d’un au revoir larmoyant. Conjuguant intensité et brutalité, ils ont su impressionner le public grâce à leur prestation endiablée. Ce fut une soirée délirante, tant sur la scène que sur le parterre!

The Dillinger Escape Plan a, en effet, annoncé leur intention de se séparer après cette tournée et un dernier album, Dissociation, paru en octobre 2016. Le chanteur Greg Puciato a affirmé dans le cadre de certaines entrevues que le groupe avait atteint son apogée et que les membres préféraient arrêter tandis qu’ils sont encore au sommet.

Le public montréalais a eu la chance de voir le groupe pendant le festival Heavy Montréal l’été passé, où il avait annoncé qu’il s’agit de leur dernière tournée. The Dillinger Escape Plan avait offert un bon spectacle et le son était particulièrement fort. Cela était également le cas dimanche soir, aux Foufounes Électriques, mais le concert présenté était beaucoup plus intéressant que celui offert l’été passé, tant au niveau de l’intensité et que de l’ambiance.

Le groupe a débuté la soirée avec un morceau tiré de leur nouvel album, Limerent Death, que le public a aimé, sans plus. Ce fut la chanson qui a suscité le moins d’intérêt. En ce qui concerne les autres chansons jouées, elles furent toutes, à une exception près, applaudies avec beaucoup d’enthousiasme. En fait, le parterre était survolté et il y avait un circle pit très participatif. Le groupe a encouragé les spectateurs à monter sur la scène afin de pouvoir sauter dans la foule et faire du body surfing, le chanteur a même aidé certaines personnes à monter sur la scène!

Photo par Alex Gingras (prise sur Facebook)

Photo par Alex Gingras (prise sur Facebook)

La deuxième pièce, Panasonic Youth, a définitivement provoqué de très belles réactions. The Dillinger Escape Plan était visiblement en forme; les musiciens ont interprété les chansons avec une pesanteur hors du commun et avec une fureur engageante. Les gens ont tous été séduits, et ce, instantanément. When I Lost My Bet ainsi que Sugar Coated Sour furent des incontournables de la soirée. Puciato et sa bande étaient si allumés et énergiques qu’il est difficile de ne pas se laisser porter par ce courant électrisant.

Pendant la chanson Hero of the Soviet Union, le chanteur a aidé une spectatrice à monter sur la scène, qu’il a ensuite prise dans ses bras. Sans jamais cesser de chanter, il a sauté sur la foule, sans jamais échapper la fille, les deux ont ainsi pu faire du body surfing. Le public fut tellement ébahi par cette prouesse qu’il a oublié d’applaudir !

Les musiciens ont poursuivi avec Milk Lizard, comme si rien de n’était, tandis que Puciato regagnait la scène. Le seul petit bémol que l’on pourrait souligner est qu’il y a eu quelques petits problèmes techniques, rien de très distrayant par contre. Cependant, la voix du chanteur était puissante et le jeu des musiciens était solide et précis.

DEP a également joué une nouvelle chanson, Low Feels Blvd, qui fut accueillie avec beaucoup d’enthousiasme. La formation du New Jersey a tenté de conclure ce concert avec Nothing to Forget et Prancer, mais, à ce moment précis, il apparaissait clair que le niveau d’énergie brute et enlevant, tant de la part du groupe que de l’audience, indiquait que la soirée ne pouvait se terminer aussi hâtivement.

Après quelques minutes, les musiciens sont revenus afin d’offrir trois chansons supplémentaires, dont la magnifique Mouth of Ghosts. Ce fut une excellente soirée, The Dillinger Escape Plan a joué avec une passion incroyable, très dense. La foule était captivée et participative. La fin éminente de la formation ne fut pas abordée et, à en juger par la réaction du public, personne ne semblait nostalgique.

Hashed Out

Le groupe de Montréal a présenté un court spectacle particulièrement dynamique. Jouant une musique punk ultra rapide et très lourde, les musiciens ont fait preuve de beaucoup d’intensité. Sur scène, ils se démènent avec fougue et ne tiennent pas en place, au grand bonheur des spectateurs qui commençaient à arriver en plus grand nombre et à prendre le pouls de l’ambiance qui se dessinait.

Leur dernière pièce, To the Wolves, fut interprétée avec beaucoup d’énergie; le batteur martelait son instrument et le chanteur avait rejoint le public sur le plancher. La table était mise pour Dillinger Escape Plan.

 

Kennedy

La formation montréalaise offre un mélange de punk et de hardcore. Ils ont joué cinq chansons des plus énergiques: tandis que les musiciens jouaient leurs instruments sur la scène, le chanteur était sur le plancher de danse afin d’interpréter avec vigueur leur court segment. Ils alternent entre une voix d’outre-tombe et un chant plus clair, comme plusieurs autres groupes, mais ils jouent avec une pesanteur peu commune. Il n’y avait que très peu de spectateurs, mais ceux-ci semblent avoir apprécié le bref passage des Kennedy.

 

 

Grille de chansons (DEP)

  1. Limerent Death
  2. Panasonic Youth
  3. Symptom of Terminal Illness
  4. Farewell, Mona Lisa
  5. When I Lost My Bet
  6. Sugar Coated Sour
  7. Black Bubblegum
  8. Surrogate
  9. Hero of the Soviet Union
  10. Milk Lizard
  11. Low Feels Blvd
  12. One of Us Is the Killer
  13. Nothing to Forget
  14. PrancerRappel
  15. Mouth of Ghosts
  16. Sunshine the Werewolf
  17. 43% Burnt

Événements à venir

  • vendredi Kennedy

    Kennedy

    Apriliis festival | avec Cortez, Cleric, Greber, Hammerhands, Scare, The Black Years, Cell Press

    Lieu : Sala Rossa

Vos commentaires

Sors-tu.ca vous recommande...