Hedwig et le pouce en furie
Nouvelle Publié le

René Richard Cyr présente le spectacle non genré «Hedwig et le pouce en furie»

René Richard Cyr a dévoilé ce matin le nouveau projet de théâtre musical « Hedwig et le Pouce en furie », traduit et adapté de « Hedwig and the Angry Inch » (écrit par John Cameron Mitchell et avec la musique de Stephen Trask). Lors de la conférence de presse, nous avons eu le privilège d’assister à deux extraits du spectacle, dans une ambiance nocturne et explosive, surprenante pour un mardi matin!

Un parcours tragique et des chansons glam rock

 Photo: Cindy Boyce et Marie Des Neiges Magnan

À travers Hedwig et le Pouce en furie, on pourra connaître l’histoire d’Hedwig, chanteuse allemande personnifiée par un homme, qui se fait faire un changement de sexe (raté) afin de franchir le Mur de Berlin vers l’Ouest. Mettant en vedette les comédiens Benoît McGinnis et Élisabeth Gauthier Pelletier, ainsi que quatre musiciens sous la direction d’André Papanicolaou, l’oeuvre se veut subversive.

René Richard Cyr nous explique brièvement les origines de Hedwig and the Angry Inch. « C’est parti de spectacles dans des clubs, et d’improvisations. C’est un peu comme si c’était un show qui était parti chez Mado. » Un film a ensuite été créé en 2001. Hedwig and the Angry Inch s’est retrouvé à Broadway en 2014, et a remporté pas moins de quatre prix Tony.

« C’est très rock, c’est pas de la petite ballade tranquille… Il y a aussi des moments plus touchants. C’est un spectacle assez complet, et on va avoir beaucoup de plaisir à le faire. On a déjà eu beaucoup de plaisir à monter juste ce petit bout-là! », dit-il en parlant de la performance offerte ce matin.

Et comment se classifierait l’oeuvre? « C’est du théâtre, mais c’est du théâtre musical aussi. C’est du stand-up comique, c’est aussi un show de rock… C’est une espèce d’affaire hybride bien singulière! », résume le metteur en scène. « C’est comme un stand-up drag queen, mêlé avec un show rock », explique à son tour Élisabeth Gauthier Pelletier.

* Photo par Roxane Labonté

Défaire les codes

Hedwig et le pouce en furie, par ailleurs nommée d’après ce pouce de chair qui contraint le protagoniste à se situer quelque part entre un homme et une femme, est une pièce non genrée. « Un gars joue une fille, et une fille joue un gars. […] On essaie de défaire les codes; les codes du théâtre, les codes des rôles sexuels, avance René Richard Cyr. Comme si on se disait « On a le droit de tout faire! » Et ça fait du bien, dans le temps qu’on est, de se dire qu’on a la permission de tout faire. »

De son côté, Élisabeth Gauthier Pelletier interprète le rôle de Yitzhak, le mari d’Hedwig. Elle précise d’ailleurs qu’elle ne joue « pas un drag king », mais bien un « homme drag queen ». À ce propos, elle élabore sur ce qu’elle pense du fait d’incarner un homme. « J’ai vraiment hâte, parce que l’année passée, j’ai joué dans Fame au Théâtre St-Denis. Je jouais Carmen, le personnage principal, qui est une latina hyper-féminine. Là, je tombe dans le contraire, dans le masculin. Ce défi-là, de passer aux extrêmes en si peu de temps, est un défi d’actrice magnifique! J’ai hâte de voir la transformation, aussi », dit-elle, précisant qu’elle sera maquillée afin de ressembler à un homme, et qu’elle portera une perruque de cheveux courts.

* Photo par Roxane Labonté

Brouiller les frontières

Bref, Hedwig et le pouce en furie: une pièce qui promet de brouiller les frontières entre les genres, et de questionner l’hétéronormativité à travers l’énergie du rock. Elle sera présentée du 14 au 23 mai 2020 à L’Astral, et voyagera à travers le Québec en janvier 2021, en passant notamment par Laval, St-Jean-sur-Richelieu et Brossard. D’autres dates sont à venir.

Les billets sont en vente juste ici!

Événements à venir

Vos commentaires