La Grosse Lanterne 2015 | Malajube refait surface

La petite ville de Béthanie, à mi-chemin entre Granby, Drummondville et Sherbrooke, accueillait plusieurs festivaliers de vendredi à dimanche. Outre le tant attendu retour de Malajube, plusieurs gros noms étaient au programme pour la 2e édition de Grosse Lanterne: Milk & Bone, Koriass, Karim Ouellet, Loud Lary Ajust et bien d’autres.

La foule s’était presque toute dirigée vers la scène quand Malajube y a fait son entrée aux alentours de 22h samedi soir. C’est là que les nostalgiques se sont fait bercer aux doux airs de Montréal -40Pâte Filo et Synesthésie.

Offrant leur seul concert de l’été – et le premier depuis trois ans – Malajube avoue quand même s’être ennuyé. L’énergie du groupe est contagieuse et la foule, elle aussi, profite du moment à fond. Malajube offre même un rappel après les généreux applaudissements du public. Seul bémol à leur performance: le son, qui n’était pas à son meilleur pour offrir aux spectateurs la poésie chantée de Malajube.

 

Karim Ouellet

Gravissant la scène après les performances de Milk & Bone et Koriass, Karim Ouellet n’avait d’autre choix que de se surpasser samedi en début de soirée. Pour ce faire, il a choisi de bonifier son spectacle de chansons connues, dont du Major Lazer. On pouvait aussi reconnaître Thomas Hébert et Jonathan Drouin de la formation Misteur Valaire qui jouaient sur scène.

Reste que les chansons de Karim, elles, ne se renouvellent pas, et bien que les fans apprécient le charisme du chanteur, ils sont impatients d’entendre ses nouvelles compositions.

Loud Lary Ajust

Fidèles à eux-mêmes, Loud, Lary et Ajust sont montés sur scène avec une énergie débordante et un rap punché. Les rappeurs québ ont surtout interprété des titres de leur dernier album Blue Volvo, paru à l’automne 2014.

C’est pour la chanson Automne, qui met en vedette Karim Ouellet, que le jeune prodige est remonté sur scène aux côtés du trio. La foule a également eu la surprise de voir Koriass refaire surface pour la chanson Rap Queb. LLA nous a aussi offert Cendres en version écourtée, mais – malheureusement – sans Fanny Bloom.

 

Bien plus que de la musique…

Les festivaliers les plus courageux se sont rendus sur le site dès vendredi après-midi pour profiter des installations de camping, des projections en plein air et des performances musicales des DJ en soirée.

Habitué d’accueillir des chevaliers du Moyen Âge le temps d’un « GN », le site de Grosse Lanterne se présente sous forme de village typiquement ancien: auberge, village, grand terrain vague et rivière. Pour l’occasion s’ajoutaient au paysage – outre la scène – les foodtrucks Landry & filles et Nice Truck ainsi qu’un guichet ATM spécialement installé pour les visiteurs du 21e siècle.

Le samedi avant-midi a été plutôt tranquille du côté de Béthanie, là où plusieurs festivaliers en profitaient pour faire la grasse matinée, s’étendre au soleil ou se baigner dans la rivière. On pouvait aussi déguster des « ployes » – crêpes au sarrasin du Nouveau-Brunswick, offerte par le foodtruck Landry & filles – ou des croissants déjeuners au Nice Truck. C’est seulement en après-midi que les fidèles amateurs de musique se sont rassemblés devant Gabrielle Papillon, Bernhari, Face-T, Dear Denizen, Ponctuation et Heat.

Située en plein coeur de la Montérégie, Béthanie est nommée d’après la ville du même nom en Terre sainte près de Jérusalem. Du haut de ses 315 habitants, Béthanie a certainement vu sa population doubler lors de ce weekend mémorable en forêt.

Pour plus de détails, visitez le site web de l’événement.

Vos commentaires