crédit photo: Lian Benoit
Franky Fade

Franky Fade présente ses CONTRADICTIONS au Ausgang Plaza cette semaine

Deux mois après la parution de son album solo CONTRADICTIONS, François Marceau (alias Franky Fade) présentera celui-ci devant public au Ausgang Plaza, à Montréal, jeudi et vendredi soir. C’est la première fois que le rappeur montréalais lance un projet solo sur une scène montréalaise. Sors-tu? en a discuté avec le principal intéressé.

Depuis la sortie de Contradiction, François est allé roder son show loin de Montréal: il s’est rendu en Abitibi et en Gaspésie. Là-bas, son expérience sur scène était différente de celle à laquelle il est habitué avec son band Original Gros Bonnet (O.G.B.). En entrevue au téléphone, il choisit méticuleusement ses mots: « ce qui est différent, c’est que j’ai une relation un peu plus directe avec le public. »

Il faut dire qu’avec son projet solo, Franky Fade se confie (très) intimement à ceux et celles qui l’écoutent. Des angoisses amoureuses à celles qui viennent avec la vie d’artiste gagnant en notoriété, il s’ouvre carrément. Quand il monte sur scène en tant que rappeur-du-groupe-O.G.B., il se donne automatiquement le rôle de porte-parole du groupe et, inévitablement, ça se voit dans les paroles des pièces composées pour le collectif. Ce n’est pas quelque chose de calculé, souligne-t-il, « c’est juste une conséquence de quel projet est sur scène à un certain moment. »

Photo par Paméla Lajeunesse

Dans son projet solo, c’est de lui-même dont il parle. Sur scène, il peut donc se permettre de se présenter de manière plus personnelle. «Après avoir fait quelques shows en solo déjà, je trouve que veut, veut pas, comme je suis presque seul je n’ai pas pas le choix d’interagir un peu plus avec le public […], je suis plus à l’aise qu’avant aussi, j’assume plus ma présence sur scène », décrit-il.

Ces habitudes se transposeront certainement lorsqu’il montera sur scène avec les autres membres d’Original Gros Bonnet, assure-t-il. D’ici là, on peut s’attendre à une performance intéressante lors de ces deux passages au Ausgang Plaza cette semaine. Ce seront les premiers gros show à Montréal avec ce projet. Projections, scénographie étudiée ; Franky Fade compte mettre le paquet. De quoi faire changement des quelques représentations données au Quai des Brumes à la suite de son premier EP.

En Abitibi et en Gaspésie, il explique avoir «fait des shows de rodage», où il essayait sa formule en duo ou en trio. Le producteur et beatmakeur Sambé (qui oeuvre avec O.G.B.) l’accompagne sur scène aux platines, et le batteur Alexis Gagnon sera également de la partie, ce qui devrait ajouter « une dimension de plus aux chansons ». L’équipe de Franky Fade a donc tâté le terrain: « on essayait des trucs pour voir ce qui fonctionnait le mieux, question de nous mettre un peu plus à l’aise avec ce projet-là. »

Le saxophoniste Arnaud Castonguay (d’O.G.B. également) sera de la partie le temps d’une pièce. Franky Fade sera également rejoint sur scène par Maky Lavender et SLM, qui figurent sur la pièce VVM. En plus de jouer toutes les pièces de Contradiction, le rappeur performera quelques morceaux inédits et deux singles, ainsi qu’une chanson figurant sur son premier opus solo, le EP Diamonds (in the rough).

François Marceau affirme avoir beaucoup évolué, d’ailleurs, depuis la sortie de ce EP en 2017. Dans Contradiction, dit-il «les textes sont mieux construits». Il faut comprendre qu’à l’époque, il commençait tout juste à écrire et à rapper. À ses yeux, «il y avait une certaine immaturité dans les textes» , d’où le titre Diamonds (in the rough).

Franky voyait dans son oeuvre un potentiel évident, mais beaucoup de chemin restait à être parcouru pour atteindre le niveau désiré. «C’est encore le cas aujourd’hui, assure-t-il, mais il y a cette maturité-là de plus qui a été développée en travaillant avec O.G.B. et d’autres collaborateurs, ou juste en vivant les expériences de vie que j’ai eues dans les dernières années».

Pour Contradiction, ce qui allait être mis en musique et les sujets qui allaient être abordés ont bénéficié de plus de réflexions et de temps. Ça s’est aussi manifesté au niveau des sonorités et des compositions musicales. Celui dont la première passion musicale était le piano est derrière la moitié des beats: « j’ai beaucoup plus mis du mien. […] Il y a toujours Sam qui m’aide, Sambé, mais sur le EP c’était quasiment juste ses beats à lui. »

La réception de ce premier album le satisfait. « Je suis content de faire chanter les gens, de faire danser les gens, d’avoir des moments plus intimes qui vont faire vivre d’autres émotions», ajoute-t-il en parlant de ces deux soirs de lancement qui, on le rappelle, se dérouleront au Ausgang Plaza ce jeudi 9 et vendredi 10 décembre.

Billets par ici.

Événements à venir

Vos commentaires